Labrador: grande traversée en moto

  • Superbe vue des icebergs à partir de la route 510 au sud de Red Bay. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Superbe vue des icebergs à partir de la route 510 au sud de Red Bay.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 1 / 5
  • L'arrivée à Manic 5, lors de la 2e journée. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    L'arrivée à Manic 5, lors de la 2e journée.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 2 / 5
  • Arrêt à Battle Arbour. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Arrêt à Battle Arbour.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 3 / 5
  • Arrêt à Battle Arbour. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Arrêt à Battle Arbour.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 4 / 5
  • Arrêt à Battle Arbour. (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE)

    Plein écran

    Arrêt à Battle Arbour.

    PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

  • 5 / 5

La «Trans-Lab» a beau être au Labrador, l'aventure commence bien avant la frontière; c'est en fait une boucle de près de 1800 km en pleine taïga, d'abord sur la route 389 à Baie-Comeau, ensuite sur la route 500 à Labrador City, la route 510 à Goose Bay, pour se terminer sur la route 138, à l'ouest de Blanc-Sablon. Récit d'un inoubliable voyage à moto au bout du monde.

Kilomètre 0 Baie-Comeau

1 La frontière du Labrador s'annonce dès Baie-Comeau, lorsque l'on s'engage sur la route 389 Nord. Au petit-déjeuner, nous avons eu droit à un avant-goût de ce qui nous attend, merci à Douglas et à Denis, deux motocyclistes rencontrés par hasard devant notre hôtel. Denis choisit même de nous accompagner jusqu'à Manic-5, à travers les lacets tracés par la route 389 dans les montagnes de l'arrière-pays.

Kilomètre 213 Manic-5

2 Impossible de ne pas s'arrêter devant cette époustouflante structure de béton, qu'on n'avait jamais imaginée aussi imposante. Le barrage Daniel-Johnson est le plus grand barrage à voûtes multiples et à contreforts du monde. Avec ses 214 m de hauteur, il dépasse de 49 m le mât du Stade olympique. Sans compter sa largeur maximale en crête de 1314 m. On peut le visiter entre le 24 juin et le 31 août.

> En savoir plus sur le web

Kilomètre 390 Gagnonville

3 L'asphalte, neuf depuis Relais Gabriel, s'engage tout à coup entre des bordures de béton, qui cèdent le pas à des trottoirs et bientôt à un boulevard en chaussée séparée, avec un beau terre-plein central gazonné. Mais il n'y a rien d'autre. On est au centre de la ville fantôme de Gagnon, rasée en 1985 à la suite de la fermeture de la mine de Fire Lake. On imagine mal que près de 4000 personnes vivaient ici en 1980. Sinistre et surréaliste.

Kilomètre 550 Mine du mont Wright

4 Un interminable tortillon de gravier de 65 kilomètres nous amène à la pénombre devant la mine du mont Wright. Avec le bruit sourd des concasseurs et la gigantesque machinerie qui s'étale à perte de vue sous une constellation de projecteurs, on se croirait propulsés dans un monde postapocalyptique. La pluie froide et soudaine nous sort toutefois de nos rêveries futuristes et nous force à gagner Labrador City sans passer par Fermont. Ce sera pour une prochaine fois.

Kilomètre 824 Churchill Falls

5 C'est ici que l'on goûte dans toute sa mesure à l'hospitalité légendaire des gens du Labrador. On a beau marcher sur l'une des plus importantes centrales hydroélectriques souterraines du monde - on peut la visiter gratuitement -, c'est la panne de courant générale quand on arrive dans la seule station-service du village. Soudain, un gaillard au volant de son pick-up nous demande de combien d'essence on a besoin. En refusant catégoriquement d'être payé!

>Pour visiter la centrale de Churchill Falls

Kilomètre 1100 Goose Bay

6 Rien de mieux que de rouler à moto pour s'imprégner pleinement de la nature sauvage qui nous entoure. C'est particulièrement vrai à l'approche de Goose Bay, quand la Trans-Lab plonge dans la vallée de la rivière Churchill. Il fait soudainement plus chaud, les frêles épinettes cèdent le pas à de vigoureux bouleaux, on a l'impression de changer de pays. Avec le soleil couchant dans le dos, c'est tout simplement magnifique.

Kilomètre 1492 Port Hope Simpson

7 Près de 410 km de gravier sans aucun signe de civilisation. C'est le plus long tronçon de route sans points de service en Amérique du Nord. Le décor s'apparente de plus en plus à la toundra, avec de grandes tourbières, de gros cailloux et quelques arbustes chétifs. Le hameau de Port Hope Simpson s'annonce au bas d'une grande côte, du haut de laquelle on voit le fjord de la rivière Alexis, qui se jette quelques kilomètres plus loin dans l'océan Atlantique.

Kilomètre 1633 Red Bay

8 Après plus de 600 km de gravier, l'asphalte reprend à Red Bay. C'est ici que se trouvait, au XVIe siècle, la plus importante station de baleiniers basques. Mais on y trouve aussi le meilleur fish and chips de tout Terre-Neuve-et-Labrador! Accompagnés d'une bonne bière brune de la microbrasserie Qui Vidi, les tendres filets de morue enrobés d'une fine panure épicée nous ont réconciliés avec la civilisation. Ça et notre chambre donnant directement sur la baie et ses icebergs!

Whalers Restaurants&Cabins: 709 920-2156

Kilomètre 1697 phare de Point Amour

9 Construit en 1858, c'est le deuxième phare du pays par sa taille. Il fonctionne toujours et on peut le visiter. C'est aussi un centre d'interprétation des nombreux naufrages qui ont eu lieu au large. Le nom de l'endroit fait d'ailleurs référence à ces drames; l'Anse-Amour est en fait une déformation du nom français L'Anse-aux-Morts...

Kilomètre 1793 Vieux-Fort

10 La Trans-Labrador Highway se termine 70 km plus tôt, mais c'est ici que s'achève vraiment cet incroyable voyage, sur les quais du petit port de pêche de Vieux-Fort, que ses habitants au fort accent terre-neuvien appellent Old Fort. En revenant vers Blanc-Sablon, on en profite pour s'imprégner une nouvelle fois des paysages à couper le souffle de ce tronçon secret de la 138, qui serpente inlassablement entre collines, bras de mer, anses, baies et lacs salés, avec à l'horizon le golfe Saint-Laurent. On peut ensuite retraverser la frontière et revenir à L'Anse-au-Clair, où démarre le Labrador Pioneer Footpath, un sentier pédestre historique qui bientôt atteindra Red Bay, quelque 110 km plus loin.

>En savoir plus sur le web




À découvrir sur LaPresse.ca

la boite:1600176:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer