Sun Peaks: du ski à dimension humaine

  • Avec ses 2000 heures d'ensoleillement et ses 6 m de poudreuse par année, Sun Peak bénéficie d'un microclimat assez particulier. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Avec ses 2000 heures d'ensoleillement et ses 6 m de poudreuse par année, Sun Peak bénéficie d'un microclimat assez particulier.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 1 / 5
  • Au sommet, on admire le ciel parfaitement bleu, les montagnes à perte de vue, la neige qui reflète les lueurs du soleil et les arbres croulant sous la neige. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Au sommet, on admire le ciel parfaitement bleu, les montagnes à perte de vue, la neige qui reflète les lueurs du soleil et les arbres croulant sous la neige.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 2 / 5
  • Impossible de se perdre à Sun Peaks puisque le village est concentré, en plus d'être ski-in ski-out à 85%. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Impossible de se perdre à Sun Peaks puisque le village est concentré, en plus d'être ski-in ski-out à 85%.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 3 / 5
  • Le chalet de bois de mi-montagne. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Le chalet de bois de mi-montagne.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 4 / 5
  • Entre Kelowna et Sun Peaks, sur la route 97, le trajet est marqué par le passage de troupeaux de boeufs. (Photo Bernard Brault, La Presse)

    Plein écran

    Entre Kelowna et Sun Peaks, sur la route 97, le trajet est marqué par le passage de troupeaux de boeufs.

    Photo Bernard Brault, La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Skier l'hiver

Voyage

Skier l'hiver

Consultez notre dossier pour savoir où skier cet hiver. »

(SUN PEAKS) Chaleureuse, sympathique, accessible, charmante. Les qualificatifs sont élogieux à l'égard de Sun Peaks, une station de ski britanno-colombienne qui gravite souvent dans l'ombre de sa grande soeur Whistler. Plus familiale, moins fréquentée, moins clinquante et à dimension plus humaine, elle a tout pour séduire.

Mi-décembre. C'est le début de l'hiver à Kelowna, en Colombie-Britannique. Première surprise: aucune trace blanche en vue. Après un trajet d'autocar rythmé par les traverses de boeufs et la pluie qui tambourine contre les fenêtres, nous arrivons à Sun Peaks, où il pleut aussi.

Heureusement, la station de ski, qui vient à peine d'ouvrir pour la nouvelle saison, possède une bonne base enneigée. Au cours de la nuit, 15 cm de poudreuse fraîche s'y ajouteront.

Un domaine en plein expansion 

Sun Peaks, deuxième domaine skiable au Canada pour la superficie, bénéficie d'un microclimat particulier. Ses trois sommets - Tod, Morrisey et Sundance - reçoivent annuellement plus de 6 m de poudreuse... tout en profitant de quelque 2000 heures d'ensoleillement.

Rachetée en 1992 par Nippon Cable, l'ancienne Tod Mountain, fondée en 1961, a profité d'importants investissements dans les dernières années. Aujourd'hui, Sun Peaks arrive presque à maturité avec 133 pistes (10% faciles, 58% intermédiaires, 32% expertes), 11 remontées mécaniques, un immense parc de planche à neige et 7000 lits d'hébergement (hôtels, condos, chalets). «Notre plan directeur est fixé à 18 000 lits, mais nous pourrions en avoir 25 000. Impossible de s'y perdre, tout est concentré, et c'est ski-in, ski-out à 85%», explique Peter Nixon, gestionnaire immobilier pour Sun Peaks Resort Corporation.

À l'assaut de la montagne 

Skis aux pieds, nous sommes prêts à explorer les cimes enneigées. Aucune attente pour monter à bord du Sunburst Express, un télésiège quadruple qui se rend à mi-montagne. On peut y emprunter Crystal Lane afin d'accéder au télésiège Crystal. Pendant la montée jusqu'au sommet du mont Tod, on admire le ciel parfaitement bleu, les montagnes à perte de vue, la neige qui reflète les lueurs du soleil et les arbres croulant sous la neige. 

Nulle trace de la pluie d'hier. La neige se fait abondante, la température est clémente (-1 °C), bref, c'est le bonheur. «Quand je suis arrivé ici, je suis tombé en amour avec la montagne, s'extasie le directeur des sports, Vincent Lafontaine, d'origine québécoise. Il y a quelque chose ici, une ambiance particulière. Sun Peaks a tout à offrir.»

Guides dévoués 

On nous dirige vers la piste 5 Mile, qui serpente sur le mont Tod sur 8 km. Très étroite par moments, avec quantité d'arbres enneigés, c'est l'une des plus populaires. Nous faisons halte au télésiège Elevation puisque nos deux guides, l'Allemand Wülf Trotter et le Norvégien Thor Grundel, veulent nous faire essayer la piste Cariboo (noire), qui procure son lot de sueurs froides.

À Sun Peaks, les guides au manteau orange sont omniprésents et dévoués. Ils connaissent les moindres recoins de la station. On peut skier avec eux quotidiennement. Et si vous préférez la compagnie de l'ex-championne olympique Nancy Greene Raine, elle délaisse chaque week-end son poste de sénatrice pour renouer avec la montagne dont elle est l'ambassadrice. Elle offre conseils et anecdotes les samedis et dimanches.

Descente magique en soirée

Les jeudis et vendredis, les skieurs affamés se réunissent à 17h. Le but: monter à bord du Sunburst Express dans le noir pour le Fondue Dinner, au chalet de mi-montagne, où l'on déguste fondues bourguignonne, au fromage et au chocolat au son d'un chansonnier.

Les convives trinquent, racontent leurs exploits et dansent parfois, mais sans abus, car il faut redescendre à la lueur d'une simple lampe frontale. L'expérience, effrayante de prime abord, s'avère magique. La montagne est si paisible, si faiblement éclairée que l'on voit parfaitement les étoiles qui constellent le ciel. Inoubliable.

Skier au lever du jour 

Le lendemain, nous sommes invités au First Tracks Breakfast. Trois fois par semaine, des privilégiés s'amusent à dévaler les pentes dès 7h45, avant l'ouverture de la station. La neige, parfaitement damée, procure des sensations de glisse exceptionnelles. Et à 9h, on range les skis pour le petit-déjeuner au chalet.

Ce matin, nous souhaitons explorer les sommets Sundance et Morrisey, où l'on trouve surtout des pistes faciles et intermédiaires. Nous montons dans le télésiège Crystal, évitons la Gil's Zone et ses pistes noires, dont la populaire Offset, qui fait le bonheur des téméraires. Nous empruntons plutôt Last Chance, The Other Way et l'étroite et amusante Homesteader, qui nous mène au Sundance Express, en route pour les pistes du mont Sundance.

Une station à dimension familiale 

Nos guides nous font découvrir Rambler puis East Village Way, qui contourne la montagne pour mener au mont Morrisey. Mais nous leur faussons compagnie pour voir la zone familiale, où des groupes d'enfants suivent des leçons.

«Mes enfants sont en camp de ski toute la semaine, nous dit Marie-Claude Park, originaire de Trois-Rivières, qui habite maintenant Toronto. C'est un endroit fantastique pour les familles. Les pistes sont belles et il n'y a pas trop de monde.»

Sun Peaks sait accueillir les enfants. Quantité d'activités leur sont destinées. Lors de notre passage, des Québécois exilés en Colombie-Britannique leur faisaient déguster de la tire sur la neige. 

Et les grands ne sont pas oubliés. Jusqu'au 25 janvier, le 17e Sun Peaks Winter Okanagan Wine Festival bat son plein. L'été, quelques concerts musicaux d'envergure sont organisés. Car oui, la station regorge également d'activités l'été, mais ça, c'est une autre histoire.

Les frais de ce voyage ont été payés en partie par Voyages Gendron.

Repères

POUR S'Y RENDRE

En avion

De Montréal, il faut se rendre à Calgary ou à Vancouver, puis prendre un vol vers Kelowna (2 h 30 de navette) ou, mieux, Kamloops (navette de 45 minutes). Air Canada et Westjet assurent le service. 

En voiture

De Vancouver, le trajet en voiture prend 4h15.

En autocar

Des navettes partent à destination de Sun Peaks plusieurs fois par semaine des stations de ski Whistler Blackcomb (5h30), Big White (4h30) et Silver Star (3 h).

Tarifs quotidiens

Adultes: 84$ Enfants de 6 à 12 ans: 42$  13-18 ans et 65 ans et plus: 67$

Forfaits

Voyages Gendron offre des forfaits comprenant le vol, 7 nuits d'hébergement, 5 journées de ski, les repas et les transferts pour des tarifs allant de 1595$ à 1925$ selon l'hôtel choisi. L'agence Skican commercialise aussi des forfaits semblables.

Parmi les géants

Sun Peaks n'a rien à envier à plusieurs montagnes reconnues internationalement. Voici quelques points de comparaison.

SUN PEAKS (COLOMBIE-BRITANNIQUE)

Une montagne intime, familiale et sympathique pour tous les niveaux.

Altitude: 2152 m

Domaine skiable: 1728 ha

Dénivelé: 882 m

Nombre de pistes: 133

WHISTLER/BLACKCOMB (COLOMBIE-BRITANNIQUE)

Le plus vaste domaine skiable en Amérique du Nord.

Altitude: 2181 m et 2284 m

Domaine skiable: 1925 ha et 1382 ha

Dénivelé: 1530 m et 1609 m

Nombre de pistes: 100 et plus pour chacune des deux stations

REVELSTOKE (COLOMBIE-BRITANNIQUE)

Le plus haut dénivelé en Amérique du Nord. Pour skieurs aguerris.

Altitude: 2340 m

Domaine skiable: 1263 ha

Dénivelé: 1713 m

Nombre de pistes: 65 pistes

VAIL (COLORADO)

Poudreuse en abondance au coeur de la plus importante station des États-Unis.

Altitude: 3527 m

Domaine skiable: 2140 ha

Dénivelé: 1052 m

Nombre de pistes: 195

TREMBLANT (QUÉBEC)

La plus importante station québécoise dispose d'un charmant village. 

Altitude:  875 m

Domaine skiable: 268 ha

Dénivelé: 645 m

Nombre de pistes: 96

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer