Recherche Voyage

Les merveilles du Sud

Se déplacer à scooter ou en vélo est... (Photo Rodolphe Lasnes, collaboration spéciale)

Agrandir

Se déplacer à scooter ou en vélo est la meilleure option pour admirer la beauté des paysages de Hpa-an.

Photo Rodolphe Lasnes, collaboration spéciale

(Mawlamyine) La Birmanie a vu son nombre de touristes exploser depuis 2011. La majorité d'entre eux se dirigent vers les trois sites phares birmans - Bagan, Mandalay et le lac Inle - avant d'aller bronzer sur la plage de Ngapali. Il existe pourtant bien d'autres régions intéressantes et faciles à visiter, où en plus les prix n'ont pas subi d'augmentation draconienne. Parmi celles-ci, la longue et fine pointe sud du pays, coincée entre la Thaïlande et la mer d'Andaman, renferme monts et merveilles.

Se ressourcer au Golden Rock

Situé à quatre heures de route de la capitale Rangoon, ce rocher doré, qui tiendrait en équilibre grâce à un cheveu de Bouddha, a déjà fait la une de bien des magazines. Le site est beau mais peut-être pas aussi impressionnant qu'on aurait pu le croire. Alors, mieux vaut venir avant tout pour assister à la dévotion des pèlerins. Déchaussés, ils (et nous de même) affrontent les céramiques brûlantes de la grande esplanade où le fameux rocher semble un peu perdu, au milieu de tant d'hôtels, de stands de restauration et de boutiques touristiques. Bref, un «incontournable» que l'on peut éviter.

S'activer à Hpa-an

À deux heures de route au sud du Golden Rock, Hpa-an réserve de belles journées d'exploration. En scooter ou à vélo, on arpente des routes de campagne qui serpentent entre d'impressionnants monts karstiques et de photogéniques rizières. Certaines montagnes renferment des grottes où sont vénérées des effigies de Bouddha. Pour avoir une vue d'ensemble des environs, rien ne vaut les hauteurs du mont Zwegabin. Le sentier qui mène au sommet (compter deux heures de marche) est malheureusement jonché de détritus, mais la vue depuis le monastère qui y trône vaut les efforts.

Flâner à Mawlamyine

On est facilement pris d'une certaine langueur à Mawlamyine (prononcer Mau-lau-mi-aïne), si bien qu'on y reste toujours plus longtemps que prévu. Cette ville côtière, à l'embouchure de la rivière Than-Lwin et de la mer d'Andaman, ne compte pas de belle plage, mais s'avère un excellent endroit pour goûter à l'art de vivre birman. L'architecture coloniale est encore bien présente, l'immense marché regorge de produits locaux et sur la longue promenade qui borde l'eau, on se régale de poissons. De la colline qui surplombe la ville, on admire l'un des plus beaux couchers de soleil en Asie du Sud-Est. Les alentours recèlent de nombreux attraits qui sont autant d'excuses pour s'éterniser ici. Par exemple, l'île aux ogres (Bilu Kyun) située à une petite heure de ferry de Mawlamyine. À vélo ou en scooter, on traverse de nombreux villages dont certains se spécialisent dans l'artisanat de qualité. Les étrangers n'ayant pas le droit de dormir sur Bilu Kyun, attention à ne pas rater le dernier ferry!

Se prélasser autour de Dawei

À une dizaine d'inconfortables heures de car au sud de Mawlamyine, Dawei est une autre bourgade tranquille avec de beaux restes d'architecture coloniale. La gigantesque Shwe Taung Zar, la plus grande pagode de la ville, mérite une visite. Mais, si on est descendu jusqu'ici, c'est avant tout pour profiter des plages. Bien moins connue et développée que celle de Ngapali (au nord-ouest de Rangoon), Maungmakan Beach (à 20 minutes de route de Dawei) s'adresse principalement au tourisme local, pour l'instant. Les hôtels se comptent sur les doigts d'une main et, malgré un long alignement de bars et de restaurants de fruits de mer, il reste assez de kilomètres de sable fin pour se croire dans une île déserte, avec juste quelques barques de pêcheurs à l'horizon. Par contre, n'espérez pas vous rafraîchir dans la mer d'Andaman: la température des eaux turquoises s'élève facilement à 30 °C...

Rêver de Myeik

Toujours plus au sud, la région de Tanintharyi est malheureusement largement fermée aux touristes. Seule la ville de Myeik (sans grand intérêt) est accessible alors que les 800 îles de l'archipel de Myeik, le véritable bijou de l'extrême sud du pays, sont presque entièrement interdites aux visiteurs. La seule manière de profiter de cet endroit paradisiaque est de s'offrir une croisière de luxe ou un séjour princier dans un complexe touristique.

Carnet pratique

Formalités

Il est nécessaire d'obtenir un visa avant d'arriver au pays. Certaines zones de la région sud sont encore interdites aux étrangers. À noter qu'on trouve désormais des guichets automatiques dans toutes ces agglomérations.

S'y rendre

Tous les déplacements entre ces sites se font facilement en autocar, avec la possibilité d'effectuer le trajet de Hpa-an à Mawlamyine en bateau. Des liaisons aériennes relient Dawei et Myiek à Yangon quotidiennement (www.airkbz.com, compter entre 70$ et 120$). À noter que deux postes-frontière terrestres relient la Birmanie à la Thaïlande: Kawthoung (pour l'extrême Sud) et Mae Sot (à quelques heures de bus de Mawlamyine).




la boite:1600176:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer