Recherche Voyage

Cuba: cinq escales remarquables

  • Les musiciens investissent tous les endroits publics de Cuba. (Photo Andrée Lebel, La Presse)

    Plein écran

    Les musiciens investissent tous les endroits publics de Cuba.

    Photo Andrée Lebel, La Presse

  • 1 / 5
  • Le soir, les terrasses de La Havane sont très romantiques. (Photo Andrée Lebel, La Presse)

    Plein écran

    Le soir, les terrasses de La Havane sont très romantiques.

    Photo Andrée Lebel, La Presse

  • 2 / 5
  • Les édifices coloniaux restaurés côtoient les bâtiments délabrés dans les rues de La Havane. (Photo Andrée Lebel, La Presse)

    Plein écran

    Les édifices coloniaux restaurés côtoient les bâtiments délabrés dans les rues de La Havane.

    Photo Andrée Lebel, La Presse

  • 3 / 5
  • Ce chauffeur de taxi de Santiago de Cuba est fier de sa Ford Fairlane de 1959. (Photo Andrée Lebel, La Presse)

    Plein écran

    Ce chauffeur de taxi de Santiago de Cuba est fier de sa Ford Fairlane de 1959.

    Photo Andrée Lebel, La Presse

  • 4 / 5
  • La ferme familiale où Fidel Castro a passé son enfance, dans le village de Biran. (Photo Andrée Lebel, La Presse)

    Plein écran

    La ferme familiale où Fidel Castro a passé son enfance, dans le village de Biran.

    Photo Andrée Lebel, La Presse

  • 5 / 5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Andrée Lebel
La Presse

(Cuba) Visiter Cuba par bateau, c'est aussi découvrir cinq villes différemment.

Cienfuegos

La «perle du Sud» a été fondée par les Français en 1819 et son centre historique fait partie du patrimoine de l'UNESCO. Autour du parc José Marti, plusieurs bâtiments ont été restaurés, dont l'imposante cathédrale de l'Immaculée Conception, l'hôtel de ville et l'école San Lorenzo. Le théâtre Tomas Terry (1889), qu'on peut visiter gratuitement, a été déclaré monument national. Il possède un charme irrésistible avec sa galerie de photos des artistes qui s'y sont produits, entre autres Caruso et Sarah Bernhardt.

Le mail piétonnier Paseo del Prado est bordé d'édifices du XIXe siècle, de boutiques et d'un magasin d'État. Il faut aussi faire un arrêt au bar El Palatino, le plus vieil édifice de la ville, et prendre le temps d'admirer l'Arc de triomphe.

Parmi les excursions proposées, le Jardin botanique, fondé par l'Américain Edwin Atkins en 1901, compte environ 2000 espèces de plantes provenant des cinq continents. On peut aussi visiter le Palacio de Valle (1913), la forteresse Castillo de Jagua (XVIIIe siècle) et la petite ville coloniale de Trinidad, faire une partie de golf ou de la plongée.

L'île de la Jeunesse

À une centaine de kilomètres au sud des côtes de Cuba, l'île de la Jeunesse est un ancien repaire de pirates. Les passagers sont transportés en chaloupe jusqu'à la plage Latrobe, nommée d'après le pirate français qui en avait fait son terrain de jeu. On dit que les environs regorgent de trésors provenant des galions attaqués. La journée sur la plage de sable blanc est consacrée à la baignade et à la plongée dans des eaux cristallines.

L'île de la Jeunesse a aussi été un lieu de détention pour les nationalistes cubains, dont José Marti, qui est considéré comme le père de tous les Cubains. On y a même construit une prison modèle, Presidio Modelo, où Fidel Castro a été incarcéré de 1953 à 1955.

L'île compte plusieurs plantations d'agrumes qui, dans les années 60, étaient exploitées par des étudiants provenant du monde entier.

La Havane

La capitale de Cuba est incomparable. Le Louis Cristal étant à quai de 9h à 1h, les passagers peuvent profiter de sa vie nocturne palpitante après les visites touristiques du jour.

Les excursions proposées vont du tour de ville jusqu'à une soirée au mythique cabaret Tropicana en passant par des visites d'usines de rhum et de cigares. Mais on peut tout simplement se promener à pied et sans crainte, car les Cubains sont amicaux.

La vieille Havane possède un cachet unique. Les bancs des parcs sont des endroits privilégiés pour observer les Havanais. Entre les calèches, les vieilles voitures américaines et les vendeurs itinérants, c'est la vie quotidienne qui défile. Et on ne se lasse pas d'admirer l'architecture des édifices coloniaux.

La place d'Armes (la plus ancienne place de la ville), la place de la Cathédrale et la plaza Vieja sont à voir absolument. Mais le séjour ne serait pas complet sans une pause dans les bars ou sur une terrasse. Le soir, un éclairage jaunâtre leur confère un petit air suranné pendant que les musiciens égaient l'ambiance.

La forteresse San Carlos de la Cabana possède une riche collection d'armes. Des militaires en uniformes d'époque tirent un coup de canon en direction de la mer tous les soirs à 21h.

Holguin et Biran

Le navire reste au mouillage devant Antilla, un port jadis achalandé, mais en déclin depuis 1960. Les croisières redonnent espoir aux villageois.

Biran, le village natal de Fidel Castro, est situé à deux heures de route du port. Le trajet donne un bel aperçu de cette région agricole où alternent les champs de canne à sucre et de bananiers.

La ferme familiale où l'ex-président a passé son enfance est un immense complexe. Quelques bâtiments sont en rénovation, mais on peut visiter l'école primaire où il a étudié, et la maison que son père avait fait construire pour lui, en prévision de son retour de l'université.

Un peu plus loin, Holguin conserve jalousement ses traditions espagnoles. La «ville des parcs» est le premier endroit où Christophe Colomb s'est arrêté à Cuba. Selon lui, c'était «la plus belle terre à être vue par des yeux d'hommes». Holguin compte trois universités et plusieurs industries, dont une immense usine de cigares.

D'Antilla, on peut aussi aller à la fameuse plage de Guardalavaca ou se rendre en catamaran à Paradise Island, pour explorer ses belles plages et récifs de corail. Autre possibilité: un safari à bord d'une jeep permet de découvrir une faune abondante.

Santiago de Cuba

La deuxième ville du pays est reconnue comme le berceau de la révolution cubaine. Un mélange de couleurs et d'influences culturelles enrichit son héritage afro-cubain. Santiago de Cuba a une âme, une tradition musicale vivante et une joyeuse énergie.

Sa situation à quelque 1000 km de La Havane, mais à proximité de la Jamaïque, lui a permis de se construire une identité différente. On dit que c'est la ville la plus antillaise de Cuba.

Plusieurs bâtiments coloniaux, dont la basilique et le magnifique hôtel Casa Granda, entourent le parc Manuel de Cespedes, au centre du quartier historique. De là, on peut déambuler tranquillement dans ses rues pentues, visiter la casa de la Trova et autres édifices anciens tout en gardant un oeil sur l'architecture moderne. Ensuite, il ne faut pas hésiter à monter à bord d'une vieille voiture américaine pour se rendre au musée de la Révolution dont la façade a conservé des traces de balles. Les touristes aiment aussi assister au changement de garde du cimetière Santa Ifigenia, qui se déroule en l'honneur de José Marti.

Un peu à l'est de Santiago, la réserve naturelle Baconao a été reconnue par l'UNESCO. C'est aussi la région du café et des hauts sommets des Sierra Maestra.

Les frais de cette croisière ont été payés par Cuba Cruise. Transport assuré par Air Transat.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Cuba: Hemingway toujours là

    Cuba

    Cuba: Hemingway toujours là

    La présence d'Ernest Hemingway est encore palpable à Cuba, le pays qu'il a tant aimé. Même si l'écrivain est mort depuis 1961, ses traces demeurent... »

  • Cuba: le tour de l'île... par bateau

    Cuba

    Cuba: le tour de l'île... par bateau

    Il y a beaucoup plus que des plages à Cuba. L'histoire et la culture sont d'une richesse inouïe, ses villes débordantes de vie ont beaucoup à offrir.... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer