Recherche Voyage

Une journée dans la vie d'un (pseudo) gaucho

Cecilia pousse les veaux vers l'enclos.... (Photo Federico Cabrera, collaboration spéciale)

Agrandir

Cecilia pousse les veaux vers l'enclos.

Photo Federico Cabrera, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(TAPALQUE) Louisa a fait l'acquisition d'une dizaine de jeunes veaux, qu'il faut aller chercher dans un pré voisin pour les ramener à la ferme, où on doit les marquer, les castrer et les vacciner. Elle a pour cela conscrit Cecilia, une amie et voisine qui se décrit comme une gaucha pur cuir. Luis le gaucho en sera également, bien sûr (c'est son travail, d'abord!), de même que Martin, les bénévoles et... la journaliste.

Postés stratégiquement dans le pré, les novices empêchent les veaux de dévier de la course que leur imposent Martin, Cecilia et Luis. Cela demande adresse et rapidité, et les chevaux semblent y prendre vraiment plaisir (sans parler des cavaliers)!

>>> À lire: Argentine, comme des gauchos

Une fois les veaux rassemblés dans le corral, les gauchos se livrent à un mini-rodéo, comme c'est la coutume: attrapé du veau au lasso, maîtrise d'une bête à mains nues, etc. Seuls les veaux ne s'amusent pas, en fait... Mais ils auront tout de même un sursis: le soleil monte impitoyablement, il fait déjà bien chaud et les mouches deviennent harcelantes. Louisa renonce donc à castrer les bêtes aujourd'hui, d'autant plus que c'est pleine lune et qu'elles risquent de saigner davantage. On se contentera de les vacciner et de les marquer, ce qui se fait en quelques minutes.

Le jour du rodéo, seuls les veaux ne... (Photo Federico Cabrera, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Le jour du rodéo, seuls les veaux ne s'amusent pas vraiment. 

Photo Federico Cabrera, collaboration spéciale

Asado 

À midi, c'est l'heure de l'asado, gargantuesque repas de côte de boeuf, de chorizo et de morcilla (boudin) grillés, que Graziela prépare depuis le matin avec amour à l'ombre des grands arbres. Tout est fait maison, délectable, abondant, et chacun se leste suffisamment pour justifier la sieste avant la reprise des activités, à 16h. Au programme: course de barils et jeux d'adresse, où Mariposa, la jument préférée de Luis, se montrera particulièrement brillante.

À la fin du jour, le ciel se teinte d'or et de violet. À l'horizon monte une lune qui sourit à l'envers: c'est vrai, nous sommes dans l'hémisphère sud! En ce mois de novembre, le printemps éclate dans toute son exubérance. Le jasmin embaume et, au chant plaintif des tourterelles qui se sont répondu tout le jour, s'ajoute maintenant celui des grenouilles et des crapauds. 

Le gaucho peut se reposer!

Partager

lapresse.ca vous suggère

  • Comme des gauchos

    Argentine

    Comme des gauchos

    Parmi les images qu'on associe à l'Argentine, il y a la mythique pampa peuplée de fiers gauchos, où paissent des chevaux à demi sauvages et des... »

  • La tenue du gaucho

    Argentine

    La tenue du gaucho

    La tenue du gaucho n'est pas que folklorique. Elle a évolué au fil des siècles et varie quelque peu d'une région à l'autre, mais elle est toujours de... »

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer