Recherche Voyage

Tunisie: en route vers le désert

  • Les pancartes en bord de route indiquant la présence de dromadaires confirment que nous sommes aux portes du désert. (Photo Nathaëlle Morissette, La Presse)

    Plein écran

    Les pancartes en bord de route indiquant la présence de dromadaires confirment que nous sommes aux portes du désert.

    Photo Nathaëlle Morissette, La Presse

  • 1 / 5
  • Un spectacle à ne pas manquer: admirer le soleil qui disparaît derrière les dunes de sable. Il ne faut qu'une vingtaine de minutes à partir de Tozeur pour pouvoir contempler un tel paysage. (Photo Nathaëlle Morissette, La Presse)

    Plein écran

    Un spectacle à ne pas manquer: admirer le soleil qui disparaît derrière les dunes de sable. Il ne faut qu'une vingtaine de minutes à partir de Tozeur pour pouvoir contempler un tel paysage.

    Photo Nathaëlle Morissette, La Presse

  • 2 / 5
  • Dormir au beau milieu d'une oasis, dans un charmant petit bungalow perché dans les arbres, c'est ce qu'il est possible de faire sur le site de Diar Abou Habibi, à Tozeur. (Photo Nathaëlle Morissette, La Presse)

    Plein écran

    Dormir au beau milieu d'une oasis, dans un charmant petit bungalow perché dans les arbres, c'est ce qu'il est possible de faire sur le site de Diar Abou Habibi, à Tozeur.

    Photo Nathaëlle Morissette, La Presse

  • 3 / 5
  • À Kaiouan, la Grande Mosquée attire de nombreux visiteurs puisqu'il s'agit de l'une des plus anciennes du monde. (Photo Nathaëlle Morissette, La Presse)

    Plein écran

    À Kaiouan, la Grande Mosquée attire de nombreux visiteurs puisqu'il s'agit de l'une des plus anciennes du monde.

    Photo Nathaëlle Morissette, La Presse

  • 4 / 5
  • On aurait pu aisément surnommer Kairouan la ville aux portes bleues. (Photo Nathaëlle Morissette, La Presse)

    Plein écran

    On aurait pu aisément surnommer Kairouan la ville aux portes bleues.

    Photo Nathaëlle Morissette, La Presse

  • 5 / 5

(Kairouan) Avec ses 1300 km de côtes, la Tunisie est une destination attirante pour les amoureux du sable et de la mer. Mais il ne s'agit pas seulement d'un pays de plages. En quittant Tunis vers le sud, les voyageurs seront séduits par la Grande Mosquée de Kairouan ainsi que par le désert et les montagnes de Tozeur. Dépaysement garanti.

«À Kairouan, il y a la mosquée, la maison du gouverneur et les beaux tapis!» Voilà ce que se plaît à répéter le coloré propriétaire de La Société tapis Allami, située dans cette ville considérée comme la capitale spirituelle de la Tunisie.

Dès que l'on met les pieds dans cette ville, à environ 2 heures de route de Tunis, la Grande Mosquée, entourée de la muraille ceinturant la médina (vieille ville), frappe par sa beauté et par son architecture imposante. Et pour cause: il s'agit de l'une des plus anciennes du monde. D'ailleurs, sept pèlerinages à Kairouan équivalent à un pèlerinage à La Mecque, voyage spirituel que tout musulman doit faire au moins une fois dans sa vie.

Avant de pénétrer à l'intérieur des murs, les femmes doivent idéalement se couvrir les épaules et les cheveux. Les tenues sexy sont à proscrire. Vous n'avez pas de foulard, qu'à cela ne tienne, on vous en prêtera un. S'il est possible pour les visiteurs d'entrer dans la cour de la Grande Mosquée, les salles de prières ne sont toutefois pas accessibles aux non-musulmans. Tout de même, une brève incursion en ces lieux reste fort agréable. Impression de calme et de plénitude assurée.

Après ce moment de recueillement, rien de mieux que de se perdre dans les petites rues sinueuses de Kairouan, que l'on aurait pu surnommer la ville aux portes bleues. Un décor qui rappelle un peu celui de la Grèce. Dans ce qui s'apparente à un labyrinthe, on croise les gens du coin en vélo, à pied ou sur un cyclomoteur. On peut également se laisser tenter par les petits stands ambulants qui offrent une variété de noix pralinées.

Ici, les vendeurs de tapis sont légion. Il faut toutefois savoir où aller si l'on souhaite en rapporter un dans sa valise afin d'ajouter une touche maghrébine à sa salle à manger. Notre suggestion: La Société tapis Allami. Le propriétaire reçoit chaleureusement ses clients. Alors que son équipe et lui déroulent devant nos yeux une panoplie de tapis, tissés par les femmes de Kairouan, on peut siroter un réconfortant thé à la menthe accompagné de délicieuses pâtisseries tunisiennes. Après la démonstration, une visite s'impose. C'est que la Société a élu domicile dans l'ancienne maison du gouverneur de Kairouan. Une demeure luxueuse qui donne l'impression d'être dans un musée. Et en se promenant d'une pièce à l'autre, si on est chanceux, on peut tomber sur l'une de ces femmes artisanes, assises à son métier en train de tisser, presque mécaniquement, un tapis. Lors de notre passage, une d'elles nous a gentiment invités à venir à côté d'elle, histoire de nous initier à son art. Mission impossible...

Société tapis Allami: 3100, rue Sidi Abid, Kairouan

Tozeur, aux portes du désert

En mettant le cap vers le sud, à quatre heures de Kairouan, c'est un tout autre aspect de la Tunisie qui se dévoile. Au menu: désert, dattes et palmiers.

Voilà ce qui vient à l'esprit lorsque l'on veut décrire Tozeur, une oasis aux portes du désert. Pour bien découvrir la région, mieux vaut prévoir deux ou trois jours.

La grande richesse de Tozeur? Une palmeraie de quelque 2000 hectares. Et avis à ceux qui ont la dent sucrée: ces palmiers produisent 250 variétés de dattes différentes.

En plus de se régaler de ce fruit sucré, rien de mieux que de mettre les pieds dans une plantation. Edem Palm est un musée où l'on explique de long en large les origines des palmiers dattiers, le processus de pollinisation ainsi que la récolte qui se fait en automne et au début de l'hiver. Sur place, il est également possible de goûter à différents produits dérivés de la datte: sirop, confiture, caramel...

Un nom à retenir: Deglet Nour. C'est de loin la meilleure variété de dattes, fort appréciée pour son goût mielleux. En Tunisie, on l'appelle également «doigt de lumière».

Coucher de soleil inoubliable

Après une journée à profiter des joies de la palmeraie, c'est dans le désert qu'il faut aller voir le coucher du soleil. Direction Grand Erg oriental, à une vingtaine de minutes de Tozeur, à l'orée du Sahara. Pour s'y rendre, mieux vaut faire appel aux services d'une agence qui vous fournira un guide. À Tozeur, ils sont plutôt faciles à trouver. Ils possèdent des véhicules adaptés pour rouler dans le sable, et surtout, ils connaissent le chemin. Les indications routières, à part celles où l'on vous prévient de la présence de dromadaire, sont plutôt rares dans le coin...

En arrivant sur place, avant de faire son au revoir au soleil, on vous amènera probablement sur le site d'Ong Jmel.

En plein milieu du désert, l'endroit un peu surréaliste n'est pas un mirage. Il s'agit de l'un des décors lunaires ayant servi lors des tournages de Star Wars (épisodes 1 et 3). Les fans seront heureux de se retrouver sur la planète de Tatooine. Du 2 au 4 mai, un grand rassemblement d'amateurs de ce feuilleton cinématographique se tiendra d'ailleurs ici.

Après cette brève incursion dans l'univers de Luke Skywalker, l'heure d'enlever ses chaussures et de se plonger les deux pieds dans le sable a maintenant sonné. Le plus grand plaisir est de monter sur une dune pour avoir la meilleure vue possible. Le soleil qui disparaît tranquillement et la musique arabe émise par des postes de radio des quelques 4X4 garés plus loin donnent l'impression d'être transportés quelque part entre la Terre et la planète Tatooine...

www.eden-palm.com

Les frais de ce voyage ont été payés par l'Office national du tourisme tunisien au Canada.




À découvrir sur LaPresse.ca

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer