Recherche Voyage

Plonger dans le bleu du jardin Majorelle

Le bleu outremer intense que l'on voit un... (PHOTO NATALIE SICARD, COLLABORATION SPÉCIALE)

Agrandir

Le bleu outremer intense que l'on voit un peu partout dans le jardin Majorelle ne passe pas inaperçu.

PHOTO NATALIE SICARD, COLLABORATION SPÉCIALE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Natalie Sicard

Collaboration spéciale

La Presse

Si le bassin aux nymphéas de Monet est bien connu, il n'est pas le seul jardin de peintre célèbre. À 70 ans, le jardin Majorelle vaut le détour. Pas étonnant qu'il soit l'un des sites les plus visités de Marrakech, au Maroc.

Coupé du brouhaha de la ville, le jardin... (Photo Natalie Sicard, collaboration spéciale.) - image 1.0

Agrandir

Coupé du brouhaha de la ville, le jardin Majorelle, créé par l'artiste Jacques Majorelle, est une invitation à la rêverie.

Photo Natalie Sicard, collaboration spéciale.

Coupé du brouhaha de la ville, ce jardin créé par l'artiste Jacques Majorelle est une invitation à la rêverie. Avec, en trame sonore, le chant paisible de nombreux oiseaux, ses couleurs franches savamment déposées çà et là au milieu d'une végétation luxuriante, comme dans un tableau impressionniste, c'est l'endroit tout désigné pour une balade des plus photogénique. Quelque 700 000 personnes le visitent d'ailleurs chaque année.

Cet éden a été créé par le peintre orientaliste et décorateur lui-même, passionné de botanique. Il l'enrichira pendant près de 40 ans de yuccas, nénuphars, bougainvillées, palmiers et bananiers, ainsi que de plantes rares du monde entier. Jacques Majorelle était fasciné par la lumière et les paysages de Marrakech. Il a acquis ce terrain en 1927 et y a fait construire son atelier et une villa alliant architecture mauresque et style Art déco. C'est là qu'il créera ses grands décors, comme celui de l'un des plafonds du célèbre hôtel de la Mamounia.

Le bleu Majorelle

Le bleu outremer intense que l'on voit un peu partout dans le jardin ne passe pas inaperçu. Ce bleu auquel le peintre a donné son nom viendrait des villages de l'Atlas, où la couleur des chèches (foulards) des Touaregs est omniprésente. 

Le bleu Majorelle a fait le tour du monde. On le trouve encore en peinture pour la décoration et en vernis à ongles chez Yves Saint Laurent, qui a aussi beaucoup aimé Marrakech. D'ailleurs, Yves Saint Laurent et son compagnon et mentor Pierre Bergé ont racheté le domaine en 1980. Laissé à l'abandon après la mort du peintre, il a été sauvé de la décrépitude par ses nouveaux propriétaires.

Selon Bergé, le lieu était une source d'inspiration pour le couturier : « C'est au Maroc qu'Yves a découvert la couleur et l'orientalisme, les alliances des teintes avec les foulards, les cafetans, les burnous, les ocres du ciel », a-t-il déclaré à Paris Match en 2010.

Le prix d'entrée est de 70 dirhams (environ 10 $). On doit en rajouter 30 (4 $) pour visiter le Musée berbère de Marrakech, ouvert en 2011. Mais c'est aussi un must. Il regroupe la collection personnelle du couple français passionné par l'art berbère (tapis, costumes, artisanat). La scénographie de la salle aux bijoux, surmontée d'un dôme scintillant qui rappelle un ciel étoilé du désert, est absolument sublime. On ne manquera pas non plus de visiter le MACMA, le nouveau Musée d'art et de culture de Marrakech, situé à une vingtaine de minutes à pied du jardin. Présentant plusieurs oeuvres de Majorelle et d'artistes orientalistes de l'époque, c'est une excellente façon de conclure la découverte !




Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer