Recherche Voyage

Madagascar, terre de diversité

L'île de Madagascar a tellement à offrir que... (Photo Alexandre Piché, collaboration spéciale)

Agrandir

L'île de Madagascar a tellement à offrir que de décider quels endroits visiter et choisir parmi toutes les activités possibles s'avère un casse-tête. Observation de lémuriens, randonnées pédestres, plages, baobabs, plantations de vanillier, déserts, forêts humides, plongée... le choix est infini. Voici ce que l'on peut admirer en prenant la route vers l'ouest en partant de la capitale, Antananarivo.

Photo Alexandre Piché, collaboration spéciale

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alexandre Piché

Collaboration spéciale

La Presse

L'île de Madagascar a tellement à offrir que de décider quels endroits visiter et choisir parmi toutes les activités possibles s'avère un casse-tête. Observation de lémuriens, randonnées pédestres, plages, baobabs, plantations de vanilliers, déserts, forêts humides, plongée... le choix est infini. Voici ce que l'on peut admirer en prenant la route vers l'ouest en partant de la capitale, Antananarivo.

Il n'est pas rare de croiser un marché hebdomadaire lorsque l'on traverse des villages. Bondée de monde, la rue devient donc difficile à parcourir et on ne sait plus où regarder. Une chance que la norme ici est d'avoir un chauffeur-guide. Ainsi, on peut observer le chaos quotidien des Malgaches sans avoir peur de causer un accident. C'est aussi le temps de sortir et de faire aller vos talents de négociateur.

Parfois, on se demande ce qui est le plus efficace entre une charrette tirée par des zébus et un 4x4. Peu importe, même si une panne survient, il est toujours fascinant de regarder la vie autour de soi. Que ce soit les marchands de légumes, les enfants jouant dans la rue ou bien les différentes échoppes faites de bois ou de tôle.

En route, on s'aperçoit rapidement que chaque région a sa spécialité. C'est une surprise chaque fois. Dans ce coin de pays, c'est l'or qui est omniprésent. Les travailleurs viennent de loin pour espérer trouver ce précieux métal et ainsi pouvoir subvenir aux besoins de leur famille. Ils doivent collecter des fragments de sol, les concasser en poudre et ensuite les tamiser pour trouver moins d'un gramme d'or par jour.

Il n'est pas rare de croiser un marché... (Photo Alexandre Piché, collaboration spéciale) - image 2.0

Agrandir

Il n'est pas rare de croiser un marché hebdomadaire lorsque l'on traverse des villages. Bondée de monde, la rue devient donc difficile à parcourir et on ne sait plus où regarder. Une chance que la norme ici est d'avoir un chauffeur-guide. Ainsi, on peut observer le chaos quotidien des Malgaches sans avoir peur de causer un accident. C'est aussi le temps de sortir et de faire aller vos talents de négociateur.

Photo Alexandre Piché, collaboration spéciale

Une partie intéressante du road trip vers le Tsingy de Bemaraha est la traversée de la rivière en bac. C'est très rudimentaire comme système, mais combien utile pour traverser d'une rive à l'autre. Le bac peut seulement prendre quatre véhicules à la fois, mais aussi des piétons, poules, chèvres et zébus. Le trajet dure environ 45 minutes et on peut alors observer des pêcheurs se servant de leurs filets.

L'allée des baobabs est incontournable. Une fois ici, on est vite entouré de plusieurs enfants qui demandent des bonbons ou des crayons. Ils vendent aussi des noix de baobab, qui ont un goût assez particulier. Il est aussi possible d'acheter des sculptures de toutes sortes fabriquées en bois de palissandre.

Les baobabs offrent un spectacle sublime, mais la réalité des gens vivant ici l'est souvent moins. Les villageois des alentours doivent parfois parcourir des kilomètres pour aller chercher de l'eau. Enfants et adultes mettent la main à la pâte pour que chacun ne manque de rien.

Le Tsingy de Bemaraha, classé au patrimoine mondial de l'UNESCO, ressemble à une immense forêt de stalagmites. De hauts pics rocheux en calcaire forment cette étendue immense et unique au pays. Il est possible de se promener à travers ce labyrinthe rocheux, en dessous ou au-dessus des pinacles pointus en suivant les sentiers en compagnie d'un guide.

Parfois, on se demande ce qui est le... (Photo Alexandre Piché, collaboration spéciale) - image 3.0

Agrandir

Parfois, on se demande ce qui est le plus efficace entre une charrette tirée par des zébus et un 4x4. Peu importe, même si une panne survient, il est toujours fascinant de regarder la vie autour de soi. Que ce soit les marchands de légumes, les enfants jouant dans la rue ou bien les différentes échoppes faites de bois ou de taule.

Photo Alexandre Piché, collaboration spéciale

Après avoir traversé une forêt, parcouru de nombreuses grottes, escaladé des parois rocheuses, franchi des pics de roches acérés, s'être glissé à travers différentes crevasses, le moment de repos est enfin arrivé au point d'observation ou l'on peut admirer l'immensité de l'étendue du Tsingy.

Pendant la randonnée, il est possible de rencontrer plusieurs espèces animales, dont 11 races de lémuriens. Il est par contre difficile de les photographier, car ils se déplacent très rapidement et se tiennent souvent à la cime des arbres. On peut apercevoir ici un petit lémurien nocturne, le lépilémur de Bemaraha.

Un voyage à Madagascar ne peut se conclure sans un tour à la plage. Après avoir franchi la route RN 34, plusieurs options sont possibles. Un vol vers le nord-ouest de l'île permet de gagner Nosy Be afin de profiter de plages dignes de cartes postales. Nous avons plutôt exploré le village d'Anakao, dans le sud-ouest du pays. En plus de s'y relaxer, on peut aller à la rencontre du peuple vezo et déguster ses captures du jour.

Évidemment, il y a aussi beaucoup de diversité sous l'eau, alors pourquoi ne pas en profiter pour aller faire de la plongée sous-marine ou en apnée. À Anakao, on utilise des pirogues traditionnelles, ce qui ajoute au charme de l'activité. À noter, les baleines à bosse sillonnent les eaux d'Anakao et de l'île Sainte-Marie de juillet à septembre.

À propos de l'auteur

Alexandre Piché a décidé, à 37 ans, de partir à l'aventure pendant un an avec son amoureuse, Marie-Pier Drolet. Ils visiteront plusieurs régions d'Afrique et d'Asie.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer