Recherche Voyage

48 heures à Dar es-Salaam

  • On peut se faufiler à travers les embouteillages à bord d’un bajaj. (PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    On peut se faufiler à travers les embouteillages à bord d’un bajaj.

    PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 1 / 5
  • Dans le quartier de la mosquée Ithnasheri. (PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Dans le quartier de la mosquée Ithnasheri.

    PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 2 / 5
  • Poulet en plein air chez Mamboz. (PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Poulet en plein air chez Mamboz.

    PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 3 / 5
  • Des kangas, tissus colorés portés par les femmes un peu partout en Afrique de l’Est. (PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    Des kangas, tissus colorés portés par les femmes un peu partout en Afrique de l’Est.

    PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 4 / 5
  • La plage du White Sands Hotel, dans le secteur de Kunduchi. (PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE)

    Plein écran

    La plage du White Sands Hotel, dans le secteur de Kunduchi.

    PHOTO ÉMILIE CLAVEL, COLLABORATION SPÉCIALE

  • 5 / 5
Émilie Clavel

Collaboration spéciale

La Presse

Souvent considérée comme un simple point de transit vers Zanzibar ou l'un des nombreux parcs nationaux de Tanzanie, Dar es-Salaam est négligée par bien des touristes. Pourtant, l'effervescente métropole a tout ce qu'il faut pour devenir une destination à part entière.

JOUR 1

10 h

Marché Kariakoo

On commence notre visite de Dar es-Salaam dans un des coins les plus animés de la ville: le marché Kariakoo. D'abord, on choisit quelques fruits frais parmi les montagnes de melons, d'ananas et de jacquiers (un immense fruit à la chair blanche) entassés sous des parasols. Puis, on s'enfonce dans les méandres du marché intérieur, pour se perdre dans le dédale de tissus, de chaussures et de souvenirs fabriqués à la main. Si on reste plus longtemps, on en profite pour - pour trois fois rien - une robe ou un pantalon faits sur mesure par un tailleur local.

Rue Swahili

12 h

Urojo

À l'heure du lunch, les options ne manquent pas dans les rues de Dar es-Salaam, mais nous avons une idée bien précise en tête. Avec l'aide de Manny - un habitant de la ville qui accepte de nous servir de guide - nous partons à la recherche d'un bol d'urojo. Aussi appelé Zanzibar Mix, l'urojo est une épaisse soupe à base de gingembre et de purée de mangue, auquel on ajoute - selon nos envies - un oeuf, de la viande, du manioc ou des kachoris (boulettes à base de pomme de terre en purée). On déguste le nôtre bien arrosé de sauce piquante sur la terrasse improvisée d'une minuscule cantine du quartier Kariakoo.

13 h

Balade multiculturelle

Dar es-Salaam est une métropole résolument culturelle, et on s'en rend compte en explorant le centre-ville. Tout juste au nord de Kariakoo, on admire l'une des plus impressionnantes mosquées de la ville - la mosquée shiite Ithnasheri - reconnaissable à son minaret digne des Contes des mille et une nuits. En continuant notre promenade vers le port, on aperçoit la jolie église luthérienne d'Azania et l'imposante cathédrale Saint-Joseph - où des mariages sont célébrés presque tous les jours. Mais la véritable pièce de résistance se situe quelques centaines de mètres au sud. Temple Road, la minuscule «route des temples» abrite près d'une dizaine de différentes confessions. La plupart peuvent être visités moyennant une petite contribution.

Mosquée shiite Ithnasheri: 2393/73, rue Indira Gandhi

15 h

Dites-le avec un kanga!

Notre balade nous mène jusqu'à l'avenue Uhuru, célèbre pour ses nombreux vendeurs de kangas, ces tissus colorés portés par les femmes un peu partout en Afrique de l'Est. En choisissant parmi les montagnes d'étoffes, on pratique même notre swahili: chaque kanga arbore un proverbe swahili différent. Notre préféré: «Asante gari y'a muhishimiwa» («Merci à la voiture de l'Honorable»).

Avenue Uhuru

19 h

Poulet en plein air

Après une pause à l'hôtel, on est prêt pour un bon repas. Comme certaines rues de Dar es-Salaam sont à éviter après le coucher du soleil, on saute dans un taxi. À la simple mention du nom «Mamboz», un grand sourire se dessine sur les lèvres de notre chauffeur. Installé tous les soirs à l'angle des rues Libya et Morogoro, le kiosque de grillades en plein air a acquis au fil des ans la réputation de «meilleur poulet grillé en Tanzanie». Et le titre est mérité: on s'en lèche encore les doigts!

Angle Libya et Morogoro https://www.facebook.com/MambozSizgrill

JOUR 2

8 h 30

Au diable les embouteillages!

Aujourd'hui, notre visite nous mène vers le nord, hors des confins du centre-ville. Pour éviter de rester coincé dans les embouteillages, on opte pour un bajaj, le nom donné aux touk-touks par les Tanzaniens. Faisant fi de toutes les règles de circulation, le jeune chauffeur zigzague entre bus et voitures pour nous mener à destination en un rien de temps (mais un peu échevelés).

9 h

Marché artisanal

Notre courage est récompensé à notre arrivée au marché artisanal de Mwenge, l'un des meilleurs endroits en Afrique de l'Est pour acheter des sculptures makondé, fabriquées par le peuple du même nom. L'ambiance est conviviale et les vendeurs sont amicaux et enjoués. On est loin de l'insistance presque agressive des vendeurs du centre-ville! Les sculptures, traditionnellement faites en ébène, vont de la babiole à l'oeuvre d'art, en passant par une multitude de bijoux et de meubles. Même si nos valises sont déjà un peu trop pleines, on passe un bon moment à observer les artisans à l'oeuvre.

Route Sam Nujoma

11 h

Farniente au soleil

Il n'y pas qu'à Zanzibar qu'on peut profiter de l'eau délicieusement chaude de l'océan Indien. Quelques kilomètres au nord du centre-ville, à Kunduchi, les hôtels se succèdent, chacun avec sa plage privée*. À l'hôtel White Sands, on travaille notre bronzage et on fait trempette. À marée basse, on se rabat sur la piscine creusée et on savoure une assiette de chipsi mayai (littéralement: omelette de frites) bien calés dans notre chaise longue.

Secteur de Kunduchi http://www.hotelwhitesands.com/

La baignade est aussi permise sur les plages publiques plus au sud. Mais comme elles sont fréquentées par la population locale, la pudeur est de mise - particulièrement pour les femmes.

18 h

Soirée magique

Même après un après-midi à la plage, le soleil a encore de quoi nous émerveiller. On se rend sur la péninsule de Msasani, pour le regarder descendre sur la baie. La terrasse du resto-bar Waterfront, au coeur du complexe commercial Slipway, est sans contredit le meilleur endroit à Dar es-Salaam pour admirer le coucher du soleil en savourant un cocktail coloré. Au crépuscule, la terrasse s'illumine et la chaleur laisse place à une agréable brise. On commande un assortiment de grillades qu'on partage autour d'une bouteille de vin sud-africain. On aura donc mangé tous nos repas en plein air, comme le préfèrent les Tanzaniens!

Route de Slipway




Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer