Recherche Voyage

48 heures à Luang Prabang

Rien de mieux que de s'installer sur une... (PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE)

Agrandir

Rien de mieux que de s'installer sur une terrasse surplombant les rives du Mékong pour y admirer le coucher du soleil, tout en sirotant une bière fraîche.

PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Maud Cucchi

Collaboration spéciale

La Presse

Au confluent du Mékong et de la rivière Nam Khan, Luang Prabang, au Laos, constitue une étape de charme aussi reposante que dynamique. L'ancienne capitale royale, classée au Patrimoine mondial de l'Unesco, recèle mille trésors historiques et religieux. Pour les amateurs de plein air, une nature exubérante s'offre en toute sérénité à qui veut bien la découvrir hors des sentiers battus.

JOUR 1

10h: Centre historique

Terre! Après deux jours de croisière alanguie sur le Mékong, le voyageur venu par bateau ne sera pas mécontent de fouler les pavés de Luang Prabang. Il faut flâner longuement dans les venelles ombragées, grimper sur le mont Phousi, point culminant de la ville, puis redescendre dans les grands espaces de sérénité que sont les temples pour goûter au charme si particulier de cette ancienne capitale royale. Le quartier historique, classé au Patrimoine mondial de l'humanité, forme une péninsule de 2 km qu'il est facile de traverser en longeant l'artère principale. À son extrémité, le «Wat Xieng Thong» constitue le fleuron des temples lao avec ses colonnes laquées, ses mosaïques et ses dorures finement ciselées.

14h: Grottes Pak Ou

Sur les flancs percés des falaises plongeant dans le Mékong, les grottes Pak Ou, situées à 25 km de Luang Prabang, abritent des milliers de statues de bouddhas miniatures. L'escapade d'une demi-journée débute par une raide ascension jusqu'à la première caverne, où l'on peut s'arrêter prendre le frais avec vue sur le fleuve ou contempler les alignements de statuettes de toutes formes et de toutes tailles. À la sortie, sur la gauche, un autre sentier de quelque 250 marches conduit à la seconde grotte, entièrement plongée dans le noir. La visite à la lampe de poche ajoute à la beauté mystique du site, préservant ainsi une atmosphère de calme et de douceur.

luangprabang-laos.com/Les-grottes-de-Pak-Ou

Il y en a pour tous les goûts... (PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Il y en a pour tous les goûts au marché local. Couleurs et odeurs s'y entrechoquent dans un joyeux capharnaüm de marchandises posées à même le sol.

PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

18h: Apéritif en terrasse au coucher du soleil

Dans cette ville rythmée par l'accostage des «slow boats», le temps s'écoule au fil des conversations des hommes sirotant des cafés glacés. En fin d'après-midi, une promenade sur les rives du Mékong s'impose, où de nombreux hôtels-restaurants ont élu domicile avec vue imprenable sur le fleuve. On s'installera à l'un d'entre eux pour déguster une grande bouteille de Beer Lao et admirer le coucher du soleil. La lumière y est divine et le, WiFi gratuit à la terrasse du BelleRive Boutique Hotel. Ce qui n'a rien d'anodin lorsque l'on cherche encore un hébergement pour la soirée...

BelleRive Boutique Hotel, 99, Baan Phonehueang, Riverfront, thebellerive.com

20h: Marché de nuit

Passage obligé, le marché de nuit s'installe dans la rue principale dès 18h; un véritable patchwork coloré de textiles chatoyants, foulards tissés à la main, lanternes en papier de riz et autre artisanat local. Il se distingue des autres marchés par la relative absence de sollicitation de la part des vendeurs - souvent des femmes. On évitera le buffet à volonté du coin pour se diriger au restaurant Khaiphaen, une adresse incontournable à deux pas du marché. À conseiller: le Or Lam, bouillon de viande dont le goût épicé provient d'un bois de poivrier. Ou encore les aiguillettes de porc grillé et leur émulsion de courge agrémentée de miel d'hibiscus. Moderne et traditionnel à la fois. Succulent.

Khaiphaen: 100, Sisavang Vatana Road, Ban Wat Nong

22h: Lao Lao Garden

Avant de rentrer à l'hôtel, il serait dommage de ne pas faire un tour au Lao Lao Garden, du nom d'un alcool de riz populaire au Laos. Sous les frondaisons illuminées par des lampions, vous siroterez votre cocktail (ultra-sucré) dans l'immense jardin en terrasses. Il fait sombre et frais comme dans une grotte. Les lanternes bigarrées accrochées aux arbres dispensent une lueur à peine plus soutenue que celle des chandelles sur les tables. À l'écart de la ville, on célèbre ici la douceur de vivre dans un superbe écrin de verdure qui tient à la fois du restaurant, du bar à cocktails et du lounge.

Rue Phousi, dans le quartier des bars

Le rituel bouddhiste des offrandes: en file indienne,... (PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

Le rituel bouddhiste des offrandes: en file indienne, les moines sortent recueillir les dons alimentaires des fidèles agenouillés sur le trottoir.

PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

JOUR 2

6h: Offrandes aux moines

Le coq de la basse-cour voisine vous empêche de vous rendormir? Luang Prabang s'éveille aux aurores, et vous aussi. Profitez de ce réveil matinal pour enfourcher un vélo et sillonner les ruelles. Fraîcheur pastel, brume endormie, la ville se prépare doucement au rituel bouddhiste des offrandes. En file indienne, les moines sortent recueillir les dons alimentaires des fidèles agenouillés sur les trottoirs. Dans le secteur historique des temples, les processions - que l'on repère de loin aux robes safranées - sont barricadées. Mieux vaut quitter la cohue touristique entre le Wat May et le Wat Sene pour s'aventurer dans les quartiers périphériques de l'ouest où règne encore une paisible authenticité.

8h: Marché local

Le soleil darde ses rayons rougeoyants sur les toits des temples, des habitants cuisinent leur déjeuner dans la rue quand d'autres font leurs emplettes au marché local. Immersion sensorielle garantie! Face au Musée du palais royal, une allée grouillante de passants chargés de sacs signale l'emplacement du ravitaillement citadin. Couleurs et odeurs s'y entrechoquent dans un joyeux capharnaüm de marchandises posées à même le sol. Il y en a pour tous les goûts: fines herbes fraîches, fruits et légumes plantureux, mais aussi poissons dodus et rats séchés à la pièce.

11h: Chutes de Kuang Si

Déjà trop chaud? Les chutes de Kuang Si offriront une oasis bienvenue à 45 minutes en «tuk-tuk» du centre-ville. Un paradis de carte postale enfoui dans une jungle luxuriante. L'entrée s'effectue par le «Bear Rescue Center», zoo assoupi dont la mission est de sensibiliser les visiteurs aux mauvais traitements que subissent les ours. Défile ensuite une série de vasques, piscines naturelles d'eau turquoise bordées d'arbres. Les chaussures de randonnée sont préconisées si l'on se lance sur les sentiers serpentant à pic jusqu'au sommet de la chute. Encore un dernier effort pour redescendre, choisir un bassin où se baigner et paresser au frais, bercé par le bruissement des palmes et le chant des oiseaux.

Les chutes de Kuang Si, à 45 minutes... (PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

Les chutes de Kuang Si, à 45 minutes en «tuk tuk» du centre-ville, une oasis de fraîcheur enfouie dans une jungle luxuriante.

PHOTO MAUD CUCCHI, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

17h: La rivière Nam Khan

De retour en ville, il faut traverser la rivière Nam Khan pour découvrir un Luang Prabang préservé de l'afflux touristique, à l'opposé des rues saturées d'hôtels, d'auberges et de restaurants. Cet affluent du Mékong attire les enfants de la ville qui batifolent sur ses rives, se baignent et y pêchent. Deux options s'offrent au marcheur pour traverser: une passerelle en bambou érigée pendant la saison sèche (de novembre à mai), ou le «vieux pont» à trois kilomètres au sud et qui mérite bien son nom. Poutres vermoulues, clous dévissés, rambarde chancelante. Pour amateurs de sensations fortes.

19h: Fondue laotienne

On se remettra de ses émotions en dégustant une fondue laotienne au restaurant Dyen Sabai, nid gastronomique lové dans les bambous de l'autre côté de la passerelle saisonnière. On y soupe allongé sur des banquettes, le dos bien calé par un petit coussin d'appoint. Au centre de la table basse mijote un bouillon à base d'eau de coco dans lequel cuisent toutes sortes de légumes. La viande grille lentement sur les braises. Une fois commandés, les plats sont servis rapidement par un personnel avenant qui n'hésite pas à expliquer la marche à suivre pour préparer sa fondue. Un joli repaire en phase avec une clientèle venue se ressourcer avant de repartir à l'aventure.

Directement en surplomb du pont en bambou

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Voyage

Tous les plus populaires de la section Voyage
sur Lapresse.ca
»

publicité

Destinations

Asie Europe Afrique Amérique latine Océanie États-unis Canada Québec

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer