Noël Jamet, champion français du cri de cochon

Noël Jamet, champion français du cri de cochon... (Photo Anne Lataillade (URBANIA))

Agrandir

Noël Jamet, champion français du cri de cochon

Photo Anne Lataillade (URBANIA)

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Décès de Nelson Mandela

International

Décès de Nelson Mandela

Nelson Mandela s'est éteint à l'âge de 94 ans. Sa vie a été marquée par la lutte contre le régime de l'apartheid qui sévissait en Afrique du Sud. Il fut emprisonné pendant 27 ans, avant d'être relâché en 1990. Il accéda à la présidence sud-africaine en 1994. »

Sur le même thème

Anne-Laure Naumowicz / URBANIA

Dans la vie il y a des gens qui peignent des coquilles de palourdes, et d'autres qui sauvent des vies. Et quelque part entre les deux, il y a Noël Jamet. Son truc à lui, c'est d'imiter le cri des cochons. Même qu'il détient le titre suprême de champion de France depuis quatre ans. Normal, il fait ça comme personne. Même les cochons tombent dans le panneau.

PHOTO : Anne Lataillade

C'était votre choix de carrière, champion du cri de cochon?

Non, mes parents avaient une ferme, et c'est en faisant l'andouille à droite et à gauche avec des amis que j'ai appris à faire le cri. J'ai amélioré le truc, et pis c'est tout. C'est un don.

Vous entraînez-vous?

Rarement. Je fais ça machinalement.

Comment ça se déroule, une compétition de cri de cochon?

Ça dépend. À Paris par exemple, le public veut du spectacle. Donc je mets le paquet : je leur fais le cochon qui mange dans l'auge, le cochon amoureux qui cherche le verrat, ensuite la naissance, l'allaitement et, enfin, la mort du cochon.

Qui compose les jurys?

Ce sont les éleveurs, le président de la communauté de commune et le maire. Et des fois, le public vote.

Est-ce que la qualité du costume peut influencer les résultats?

Ah ben oui! Pour ma part, tout le monde le dit que j'ai un beau costume ! C'est le seul et unique, je l'ai fait moi-même. Les tétines sont faites à partir de tétines de biberon, et les oreilles et la queue, avec du fil de fer.

Quelle est votre technique infaillible?

Je mets mon doigt dans la bouche. En compétition, il faut y aller au maximum!

Est-ce que la concurrence est rude?

C'est sûr. J'ai déjà vu des Belges, des Anglais et même des Roumains. Il y a même des bébés qui participent : quand ils pleurent, il arrive qu'ils fassent le même bruit que les cochons.

Parlez-moi des différentes interprétations de cris possibles.

Ça dépend des races. Y a le cochon de Bayeux, le cochon de l'Ouest, le cochon tout rose... Chacun a son cri. Par exemple, dans la région de Bayeux, quand le cochon donne du lait, il fait rhm rhm rhm cruik cruik, alors qu'au Pays Basque, il fait rhm rhm rhm, et ça accélère.

Êtes-vous capable de communiquer avec eux?

Oui! Une fois, une truie avec ses petits s'est réveillée et elle est venue me voir. Les gens à côté disaient que c'était « incroyable »!

Mais si vous faites le cri du cochon qu'on égorge devant eux, ça doit les inquiéter, non?

Oh non, parce que parfois ils font ce cri quand ils se blessent... Enfin, j'en sais rien... J'habite pas la tête du cochon, moi!

 

>>> Abonnez-vous à Urbania! 

 

 

-30-

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer