Party 65 au Beachclub de Pointe-Calumet

Ça fêtait fort hier midi, au Beachclub de... (Photo Bernard Brault, LA PRESSE)

Agrandir

Ça fêtait fort hier midi, au Beachclub de Pointe-Calumet.

Photo Bernard Brault, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quelque 500 joyeux retraités sont débarqués au Beachclub de Pointe-Calumet, hier, pour prendre du soleil et faire la fête. Au menu: dîner sur le bord de l'eau, DJ, animations, «photobooth» et prestation musicale.

La preuve est faite: il n'y a pas d'âge pour prendre du soleil, danser et, surtout, fêter. Quelque 500 retraités en ont fait la joyeuse démonstration, hier, dans un «beach party» pas comme les autres organisé au célébrissime Beachclub de Pointe-Calumet.

«Tu ne vas pas aller là, grand-maman!» Les petits-enfants de Jacqueline Delisle, 77 ans, n'en revenaient tout simplement pas quand leur grand-mère leur a confié son projet de la journée. «Pourtant, on est encore plus bébés que quand on était bébés! À mon âge, on aime ça, faire la fête!» pouffait la grand-mère, à peine arrivée.

Organisé par le réseau des résidences pour aînés Chartwell en collaboration avec le Beachclub de Pointe-Calumet, le «beach party» a attiré des joyeux retraités par dizaines en autocar hier - de Trois-Rivières, Rimouski, Saint-Hyacinthe, même Cornwall.

C'est la deuxième année qu'ils font ici la fête, pour un dîner sur le bord de l'eau, avec DJ, animations, «photobooth» et même une prestation du groupe antillais Jab Jab, le tout pour une trentaine de dollars. Il faut dire que la première expérience a été, de toute évidence, un grand succès.

«L'an dernier, je m'étais amusée comme une petite folle!», confie Lise Cloutier, 77 ans, un chapeau d'Hawaii bien planté sur la tête. «C'est des choses qu'on ne faisait pas quand on était jeunes! Moi, j'ai toujours aimé la danse, j'allais au parc Belmont, au parc La Fontaine, mais on était plus craintifs. Là, on l'est moins! Peut-être que c'est parce qu'on n'a plus d'enfant à surveiller...»

Quelque 500 joyeux retraités sont débarqués... (Photo Bernard Brault, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Photo Bernard Brault, La Presse

«C'est le paradis!»

Il était tout juste 10 h 30 et déjà, ça dansait en ligne devant le DJ, en gougounes ou pieds nus dans le sable. Dans la piscine, Réjeanne Dupont, 62 ans, était la première dans l'eau. «C'est de valeur que ce soit si loin, confie la dame de Cap-de-la-Madeleine, parce que j'aime tout ici! La plage, la piscine, c'est le paradis!»

«Moi, je suis jeune de coeur, ici, je suis comblée!»

Peu avant 11 h, un couple de Cornwall commande une des premières bières du jour. «Il doit bien être midi quelque part», nous disent-ils en souriant, coquins. «Non, on n'a jamais rien vu de pareil», nous confient d'autres Ontariens.

Pour d'autres, la journée leur rappelle leurs folles soirées de folie de jadis. Entre une «toune» de Village People ou des Beatles, Ricardo, 74 ans, de Vaudreuil, se souvient qu'il dansait plus jeune «sept jours par semaine», au Do Ré Mi, au club Hélios, ou encore au Domaine Idéal, à Vimont. «Les vieux de mon âge, on se rappelle tous de ça! pouffe-t-il. Il n'y a pas une danse que je ne dansais pas, j'adorais ça!»

On se croirait dans un tout-inclus dans le... (Photo Bernard Brault, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

On se croirait dans un tout-inclus dans le Sud!

Photo Bernard Brault, LA PRESSE

Il ne danse malheureusement plus, car il a mal aux jambes. Mais on voit bien qu'il a le rythme dans la peau. Tout comme Raymond Gaulin, 85 ans, qui danse assis sur sa chaise, à quelques pas de là. L'homme a été pendant 50 ans pressier à La Presse. «Asteure, je me repose! dit-il en riant. Ma femme, elle, est toujours sur le plancher de danse!», dit celui qui se souvient encore de ses soirées chez Maurice ou au parc Belmont.

On se croirait dans un tout-inclus dans le Sud. Sauf qu'ici, l'alcool n'est pas inclus, «et ça paraît», dit en riant Jacqueline Savard, 70 ans, un verre à la main. Mais ça ne la refroidit pas, loin de là. «C'est la première fois que je fais une sortie comme ça, mais je vais en faire plus! Il y a juste du beau monde!»

Du beau monde, et surtout du monde bien dans sa peau. C'est du moins le constat qu'a fait Monique Bérard, 80 ans, de L'Île-Perrot. Elle n'ose pas se mettre en maillot, mais constate que peu se privent comme elle.

«Moi, je trouve que je n'ai pas de belles jambes, mais j'en vois qui s'assument! J'aimerais ça être comme elles, assumer la vieillesse. Faut le faire, sinon, t'es malheureux!»

Au loin sur une chaise longue, trois jeunes trentenaires tatouées en bikini détonnent un peu. Entre deux égoportraits, une des trois, Leslie Proulx, 33 ans, de Laval, nous confie trouver ce «beach party» franchement inspirant.

«Sérieux, dit-elle, s'ils peuvent sortir et s'amuser, c'est cool! Moi, je travaille là-dedans [auprès des personnes âgées], mais dans le public, et eux, ils n'ont rien. Alors moi, eux, je les félicite!»




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer