L'intégration grâce à la culture

Malgré leurs différences, les étudiants étrangers se reconnaissent,... (PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE)

Agrandir

Malgré leurs différences, les étudiants étrangers se reconnaissent, s'entraident et s'organisent entre eux pour se voir, partager des repas ou sortir en ville.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Comment faire pour mieux intégrer et retenir ici les étudiants universitaires étrangers de passage au Québec ? C'est la question que s'est posée la directrice générale de La Vitrine, Nadine Gelly. Sa réponse : un projet d'accueil culturel baptisé « Passeport MTL étudiant international ». Premier rendez-vous : l'Igloofest !

Off-Igloo. DJ WYLN mène le bal avec sa musique électro-futuriste. Il fait -15 ˚C. C'est la première activité culturelle offerte dans le cadre du programme « Passeport MTL étudiant international ».

Environ 300 étudiants universitaires étrangers ont défié le temps froid pour répondre à l'invitation de La Vitrine. Ils sont réunis autour des petits feux extérieurs, une tuque du 375e anniversaire de Montréal sur la tête et une Sapporo à la main. Ou à l'intérieur, bien au chaud, dans le petit bâtiment qui surplombe le quai Jacques-Cartier du Vieux-Port de Montréal.

Ici, c'est les Nations unies. France, Maroc, Tunisie, Algérie, Inde, Chine, Japon, Iran, Brésil, île Maurice, alouette ! Ils font partie des quelque 38 000 étudiants étrangers répartis sur les quatre campus universitaires montréalais (Université de Montréal, UQAM, Concordia et McGill) ou de leurs écoles affiliées. Même si un récent sondage (Quacquarelli Symonds) vient de couronner Montréal du titre de « meilleure ville universitaire du monde », à peine 16 % des étudiants resteront au Québec après avoir terminé leurs études.

« Les directions d'universités nous disent que la majorité de ces jeunes étudient ici et repartent aussitôt après, nous explique Nadine Gelly, directrice de La Vitrine, qui a mis sur pied ce programme durant la campagne Je vois Montréal. On nous dit qu'ils s'ennuient de leurs familles, qu'ils s'intègrent difficilement, qu'ils restent beaucoup dans leurs campus et qu'ils ne sortent pas beaucoup. On s'est demandé si on ne pouvait pas en convaincre plus de rester. »

D'où l'idée de Nadine Gelly : pourquoi ne pas les inviter dans des événements culturels, des festivals, les encourager à voir des expos et des spectacles ? « On sait que l'emploi et le français sont des facteurs d'intégration importants, nous dit Mme Gelly, mais je pense que la culture fait aussi partie de l'équation. Avec la désertion des salles de spectacles de Montréal, c'est aussi une façon d'aider le milieu culturel à attirer de nouvelles clientèles. »

LE DÉFI DE LA MIXITÉ

L'humoriste québécois d'origine marocaine Anas Hassouna anime la soirée de l'Off-Igoo. Sa mission : favoriser le mixage.

« J'essaie de mélanger les groupes, de faire en sorte que les Marocains, les Chinois ou les Iraniens ne restent pas entre eux, nous a-t-il expliqué. Que ceux qui étudient à McGill se mélangent à ceux de l'UQAM. Je me rends compte que la barrière la plus importante, c'est la timidité. Donc, je fais les présentations et j'essaie de favoriser les échanges, même si ça se fait quand même de façon organique. »

Il y a la timidité, bien sûr, mais d'autres barrières s'érigent devant ces étudiants venus des quatre coins du monde, à commencer par le français.

« C'est une barrière, avoue Afi, étudiant iranien en génie à Concordia. Mon colocataire est aussi iranien, je me rends compte qu'on se retrouve beaucoup entre nous, mais j'essaie de frayer avec les autres étudiants. Des occasions comme celles-ci sont formidables parce qu'on ne sort pas beaucoup. Le défi qui est encore plus grand je trouve, c'est de se mélanger avec les Québécois. »

Voilà un commentaire qui est revenu souvent parmi les étudiants étrangers rencontrés par La Presse. Cette impression de vivre un peu « dans une bulle ».

« La première chose qu'on apprécie en arrivant, c'est la diversité culturelle parmi les étudiants. Mais c'est difficile de trouver un cadre social. »

- Yassin, jeune Tunisien inscrit à la maîtrise de l'INRS

« On se fie beaucoup à l'association étudiante, il y a aussi le programme de l'expérience québécoise [de Citoyenneté et immigration]. J'ai travaillé à temps partiel chez Bell, et là j'ai pu rencontrer plus de Québécois », poursuit-il.

Parce que la plupart des étudiants nés au Québec ont déjà un important réseau d'amis et de parents, et un calendrier d'activités sportives et sociales bien rempli, leurs échanges avec les étudiants étrangers sont en général plus superficiels, nous souffle-t-on à l'oreille. En conséquence, malgré leurs différences, les étudiants étrangers se reconnaissent, s'entraident et s'organisent entre eux pour se voir, partager des repas ou sortir en ville.

LA MUSIQUE UNIFICATRICE

Weicai est un étudiant chinois de 22 ans. Nous le surprenons en pleine conversion avec deux étudiants indiens. Le Montréal étudiant, c'est un peu ça. Il est arrivé ici il y a un mois seulement, mais déjà, il aime sa ville d'adoption. « L'air est tellement propre ici ! », s'extasie-t-il. Le jeune homme a l'intention d'apprendre le français et même de s'établir ici s'il trouve un travail après ses études à Polytechnique.

Selon lui, la musique (en l'occurrence celle de l'Igloofest) reflète bien la diversité culturelle incarnée par les étudiants étrangers. Il s'intéresse aussi aux arts visuels et au cinéma. Mais beaucoup moins au théâtre, par exemple. « Je vais devoir apprendre le français avant, mais mon colocataire est un Vietnamien adopté par une famille québécoise, donc j'apprends un peu le français avec lui. »

Anas Hassouna, qui anime les soirées d'humour à L'abreuvoir, rêve de voir des Chinois ou des Iraniens venir le voir. « C'est sûr que pour apprécier ces soirées d'humour, il faut comprendre le français. C'est une barrière. Le théâtre attire aussi moins de jeunes étrangers pour les mêmes raisons. C'est le choc de l'immigration. Je l'ai vécu lorsque j'ai quitté Montréal-Nord, où je suis né, pour m'installer avec mes parents à Repentigny ! »

L'INTÉRÊT ÉCONOMIQUE DE LA CULTURE

BMO Groupe financier est le partenaire principal de La Vitrine. Nous avons posé quelques questions à son directeur général des opérations Claude Gagnon, associé au projet de Passeport MTL étudiant international depuis ses débuts.

QUELLE EST VOTRE CONTRIBUTION À CE PROJET D'ACCUEIL CULTUREL ?

C'est un partenariat plus qu'une contribution, même si nous investissons aussi des sous dans le projet. Nous avions soumis un projet de carte étudiante universelle dans le cadre de la campagne Je vois Montréal - où l'on offrait des réductions de toutes sortes -, tandis que La Vitrine avait un projet d'accueil culturel auprès des étudiants étrangers qui recevaient des crédits pour participer à des activités culturelles. En fait, on avait le même objectif, qui était de retenir davantage de diplômés universitaires.

MONTRÉAL ATTIRE POURTANT BEAUCOUP D'ÉTUDIANTS ÉTRANGERS, NON ?

Oui ! Grâce à la qualité de ses programmes universitaires et à ses faibles coûts, Montréal a une force d'attraction extraordinaire. C'est la deuxième ville d'Amérique du Nord (après Boston) qui attire le plus d'étudiants étrangers. Malheureusement, la Ville de Montréal a un taux de diplomation universitaire de 26 %, alors que plusieurs grandes villes comme Washington ont un taux qui monte jusqu'à 50 %, ce qui peut avoir un impact majeur sur l'économie d'une ville.

À PEINE 16 % DES DIPLÔMÉS RESTENT AU QUÉBEC. JUSQU'À QUEL POINT EST-CE QUE CE PROJET D'ACCUEIL CULTUREL PEUT JOUER UN RÔLE DANS LEUR RÉTENTION ?

On le voit déjà par l'intérêt que manifestent les étudiants qui ont reçu leur Passeport. Il y avait 2000 personnes au lancement et il y a plus de 6500 cartes en circulation. On a fait beaucoup de recherches pour savoir ce qui allait convaincre les jeunes diplômés à rester à Montréal et tout tourne autour de leur intégration. Ils sont intéressés par les rencontres qu'on organise pour eux. Il y a l'emploi et la langue, bien sûr, mais si on peut leur faire découvrir notre milieu culturel, qui est très diversifié, je crois que ça peut nous aider à atteindre nos objectifs.

QUEL EST VOTRE INTÉRÊT DE SOUTENIR UN PROJET COMME CELUI-LÀ ?

On a un intérêt économique dans ce projet. On le voit avec Montréal International qui tente d'attirer des entreprises internationales pour qu'elles s'installent chez nous. La première préoccupation de ces entreprises est de trouver une main-d'oeuvre qualifiée pour répondre à leurs besoins. Si on parvient à garder nos diplômés, on va pouvoir répondre à cette demande. Vous savez, 1 % des firmes étrangères installées à Montréal (l'équivalent de 2000 entreprises) comptent pour 10 % des emplois de la métropole. Au total, ça représente 20 % du PIB ! Donc on voit à quel point c'est important.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer