Deborah Cherenfant: de l'ambition et des projets plein la tête

À la suite de la création de son... (Photo Gaëlle Vuillaume)

Agrandir

À la suite de la création de son blogue Mots d'Elles, Deborah Cherenfant a donné une série de conférences dans les cégeps et différents organismes sur l'ambition au féminin.

Photo Gaëlle Vuillaume

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La Fondation Y des femmes a remis les prix Femmes de mérite la semaine dernière. Parmi les lauréates, Deborah Cherenfant a remporté le prix dans la catégorie Entrepreneuriat. Cette reconnaissance récompense celles qui se démarquent et dont les réalisations ont un impact dans notre société.

Tunique aux imprimés colorés, de la collection Coloré... (Photo fournie par Coloré design) - image 1.0

Agrandir

Tunique aux imprimés colorés, de la collection Coloré Design

Photo fournie par Coloré design

D'Haïti, Deborah Cherenfant est arrivée au Québec en 2005 pour poursuivre ses études à Montréal aux HEC Montréal. « Je voulais avoir les compétences en gestion d'entreprise, avoir la crédibilité et le diplôme pour pouvoir me lancer en affaires », explique la jeune femme.

Elle n'a pas perdu de temps. En 2011, elle crée Mots d'Elles, un blogue qui fait découvrir des femmes qui ont réussi en affaires. Mots d'Elles traite aussi de leadership et d'ambition au féminin et brosse des portraits de femmes en entreprises. « Ç'a toujours été important pour moi de m'inspirer de femmes du milieu des affaires, mais j'avais besoin de modèles de réussite et je suis allée à leur rencontre », explique-t-elle. 

Ses modèles ? Geneviève Grandbois (Chocolats Geneviève Grandbois), Danièle Henkel et Jocelyna Dubuc (du Spa Eastman), des femmes qui ont d'ailleurs reçu le même prix de la Fondation Y des femmes. « Vous imaginez ce que ce prix représente pour moi ! », s'exclame-t-elle. Elle cite également comme inspiration l'ex-ministre française de la Justice Christiane Taubira, qu'elle a eu la chance de rencontrer.

De la couleur dans l'hiver québécois

À la suite de la création de son blogue, Deborah Cherenfant a donné une série de conférences dans les cégeps et différents organismes sur l'ambition au féminin.

« On trouve toujours que les femmes manquent d'estime d'elles-mêmes et qu'elles ont peur d'avoir de l'ambition. Il faut y remédier et c'est pour ça que je m'implique. »

Pleine d'énergie, Deborah a lancé en 2012 Coloré design, une petite entreprise d'accessoires de mode et de design faits de tissus et d'imprimés originaux (en vente au www.etsy.com). « Je suis haïtienne et passionnée de mode, j'aime ce mélange de tissus et de motifs traditionnels d'Haïti, mais aussi d'Afrique et du Mexique, dit-elle. J'aime pouvoir faire revivre cette tradition, mais de manière plus moderne et surtout d'ajouter des couleurs vives dans notre hiver québécois ! »

« Tous les accessoires sont produits localement avec des imprimés qui représentent d'autres cultures et j'aime cette dualité », confie la jeune entrepreneure qui célébrera ses 31 ans à la fin du mois. Coloré design emploie des femmes couturières immigrantes qui travaillent dans un atelier à Montréal, dans le quartier Mile-Ex. « Il est essentiel pour moi qu'une femme soit autonome financièrement, et étant immigrante moi-même, je suis sensible à cette question, une question d'intégration. »

Marché éphémère

Deborah Cherenfant souhaite lancer un atelier en Haïti d'ici la fin de l'année avec des femmes qui sont atteintes du VIH. « Ce n'est pas évident de trouver un emploi quand on vit avec le VIH, ce sont des femmes qui ont un diplôme de couture et j'espère que ce projet leur redonnera confiance et pourra les réinsérer professionnellement », explique-t-elle.

Comme elle multiplie les projets, la jeune femme d'affaires a aussi lancé en décembre dernier Le Marché Coloré qui regroupe des créateurs d'ici et d'ailleurs qui partagent la même passion pour le textile et les motifs imprimés. Il s'agit d'un lieu où on découvre des pièces uniques faites par des artisans. Ce marché éphémère sera de retour au coeur du Quartier des spectacles à l'été.

La jeune femme prend aussi le temps de faire du bénévolat et de s'impliquer socialement. Ainsi, elle préside le conseil d'administration de Compagnie F, un organisme communautaire qui vise l'autonomie financière des femmes. Elle a aussi participé à la construction d'habitations en République dominicaine au sein de l'organisme Habitat pour l'humanité. « Ça me tient vraiment à coeur et je souhaite, avec ce prix, m'impliquer encore plus dans des projets qui facilitent l'emploi des femmes et le leadership au féminin. »

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer