Montréal en mode «coworking»

L'aire commune à l'entrée de WeWork est animée... (PHOTO FOURNIE PAR WEWORK/CRÉDIT: CAROLINA JEZ)

Agrandir

L'aire commune à l'entrée de WeWork est animée et l'ambiance est effervescente.

PHOTO FOURNIE PAR WEWORK/CRÉDIT: CAROLINA JEZ

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Ce printemps, Montréal adopte plus que jamais le « coworking » avec l'ouverture de deux grands espaces de travail collaboratif, WeWork et Crew Collective & Café. Regard sur un phénomène en pleine effervescence, qui témoigne d'une redéfinition en profondeur de la notion même du travail au XXIe siècle.

Le Crew Collective & Café s'installera dans l'ancienne... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Le Crew Collective & Café s'installera dans l'ancienne salle des comptoirs de guichet de la Banque Royale dans le Vieux-Montréal.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Travailleurs connectés

Être connectés. Voilà l'adage du XXIe siècle. Il y a la multitude de réseaux sociaux personnels et professionnels, de Facebook à LinkedIn. Mais si on poussait le 2.0 encore plus loin, en « connectant » dans un espace à la fois virtuel et réel une communauté de travailleurs autonomes, entrepreneurs et petites entreprises ? Voilà la mission que se donnent Crew Collective & Café et WeWork, deux nouveaux espaces de travail collaboratif montréalais.

À l'origine de Crew, une idée : aider les gens à « connecter ». Ayant travaillé comme designer autant à son compte qu'en agence, Mikael Cho voulait trouver le meilleur des deux mondes, entre l'inconstance du travail à la pige et la sécurité (sans liberté !) du travail en agence. « La question était : quel serait l'environnement idéal pour le travailleur, mais aussi pour le client ? », relate M. Cho.

La solution : Crew, une entreprise nouveau genre qui met en relation pigistes et clients pour des projets dans le domaine des produits numériques (sites web, applications, etc.), réalisés sous sa supervision. Et n'entre pas qui veut chez Crew : les travailleurs autonomes sont minutieusement sélectionnés - seulement 500 pigistes font partie de l'équipe, alors que la liste d'attente est de 10 000 noms ! - , tout comme les projets - environ 70 % sont refusés.

Cela n'a pas empêché l'entreprise, depuis sa fondation en 2012, d'aider à réaliser pour 30 millions de dollars en projets en mettant en relation pigistes et clients. « Les gens gagnent vraiment leur vie avec Crew. Nous avons des travailleurs qui sont déménagés aussi loin qu'en Afrique du Sud avec leur famille parce qu'ils ont la flexibilité pour le faire ! », illustre le designer.

Un monde en transformation

Alors que le nombre de travailleurs indépendants et pigistes ne cesse d'augmenter - il a doublé au Québec entre 1979 et 2009, selon la Fédération canadienne de l'entreprise indépendante - , les espaces adaptés à leurs besoins manquent.

« Le monde du free-lance est en pleine évolution ; il y a de plus en plus de gens, mais de moins en moins d'espaces pour travailler. On a tous déjà expérimenté les tracas de se trouver une place où travailler : les chaises inconfortables et les espaces serrés dans les cafés où il n'y a qu'une seule prise, par exemple ! », se remémore M. Cho.

La solution ? Un endroit qui combine les bénéfices de la maison et du café. Pour Crew, cela prendra la forme, dès la mi-avril, d'un café et espace collectif de travail destiné non seulement à la communauté de l'entreprise, mais à tous les gens à la recherche d'un espace de travail adapté à leurs besoins - il y aura même des boîtes où verrouiller ses objets de valeur lorsqu'on doit aller aux toilettes.

C'est dans le siège social originel de la Banque Royale du Canada, dans le Vieux-Montréal, que le Crew Collective & Café installera ses pénates, au rez-de-chaussée, dans la magnifique ancienne salle de guichets. Bâti en 1928, l'édifice est le premier gratte-ciel au Canada, avec ses 22 étages. Occuper cet espace symbolise en quelque sorte le changement de paradigme dans le monde du travail. « Cet édifice a été construit au début de la révolution industrielle, rappelle M. Cho. Aujourd'hui, alors qu'une nouvelle révolution économique commence -  l'économie connectée - , nous espérons que notre espace pourra jouer un rôle significatif dans cette nouvelle économie. »

Le pouvoir de la communauté

Né à New York en 2010, WeWork est un espace de travail collectif qui fournit bureau, espace, services et communauté aux travailleurs. « Notre slogan est "Vis ta passion". L'idée est de fournir la plateforme et les ressources pour permettre aux gens de faire ce qu'ils aiment », résume Heather McCuen, responsable du bureau montréalais de WeWork, un espace de travail collectif qui a ouvert ses portes le 1er mars à Place Ville Marie.

Six ans plus tard, le concept se répand comme une traînée de poudre sur la planète, avec 75 emplacements dans 23 villes, dont Amsterdam, Londres et Tel-Aviv. Montréal est le premier emplacement canadien de WeWork.

Pourquoi Montréal ? « Parce que c'est Montréal !, répond du tac au tac Mme McCuen. Il y a une culture créative unique ici, un mélange intéressant de créativité et d'innovation. Montréal est vraiment un endroit où cette énergie peut être cultivée, et c'est exactement ce à quoi s'emploie WeWork. »

Les Montréalais sont au rendez-vous ; l'endroit grouillait déjà d'activité, avec une atmosphère animée dans l'aire commune, lors de la visite de La Presse à peine deux semaines après l'ouverture.

Des entreprises montréalaises comme DecodeMTL, Wearhacks et Founder Institute sont déjà installées dans les espaces qu'offre WeWork.

«Un de nos membres me disait qu'il n'avait jamais été autant productif depuis qu'il est ici. C'est contagieux d'être entouré de gens passionnés, et ça donne le goût de travailler encore plus fort !»

Heather McCuen
WeWork

Car les pigistes et démarreurs d'entreprises ne sont pas les seuls à adopter ce type d'espace. « Nous nous sommes rendu compte que les petites et moyennes entreprises trouvaient aussi beaucoup de valeur dans ce genre de communauté - en plus de pouvoir leur donner accès à des travailleurs de talent. Nous avons vraiment un mélange intéressant de pigistes, entrepreneurs, PME ; des graphistes, des avocats, des comptables ! », énumère la Montréalaise.

L'espace de travail collectif n'est que la pointe de l'iceberg de ce qui constitue le coeur de WeWork, soit la communauté. Une communauté de 50 000 membres provenant de partout sur le globe, qui peuvent tous se connecter par l'entremise un réseau qui fait penser à Facebook. « Nos membres l'utilisent pour rechercher des services, faire leur propre promotion, poser des questions et discuter de différents sujets d'affaires... Et les gens l'utilisent énormément ! », s'enthousiasme Mme McCuen.

Connectés, vous dites?

40%
Proportion de la main-d'oeuvre mondiale qui sera composée de travailleurs autonomes, d'entrepreneurs indépendants et de « solopreneurs » en 2020
78%
des « coworkers » ont moins de 40 ans
64%
des « coworkers » se disent plus efficaces pour terminer leurs tâches

Source : Wix and Office Vibe

GAB est à la fois café et espace... (PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE) - image 7.0

Agrandir

GAB est à la fois café et espace de travail collectif.

PHOTO ROBERT SKINNER, LA PRESSE

Bureaux communautaires dans la cité

Travailler dans des espaces de « coworking » n'aura jamais été aussi accessible à Montréal. Voici quelques adresses à découvrir.

Crew Collective & Café

Avec ses 12 000 pieds carrés et ses plafonds s'élevant à 50 pieds, l'espace du nouveau Crew Collective & Café est magnifique. Les anciens comptoirs des guichets de la Banque Royale servent à séparer l'espace entre le café public de 70 places à l'avant - accessible gratuitement à tous - et l'espace réservé aux membres et employés de Crew, qui cumule 75 places pour l'instant. Les membres auront notamment un espace garanti et accessible en tout temps (24/7) ainsi qu'un accès à un concierge (à partir de 425 $ par mois). Pour le café - dont le menu santé a été imaginé par Alex Ragoussi, ancien du Pied de Cochon et du Flyjin Café - il suffira de se brancher au wifi pour pouvoir commander directement de sa place. Ouverture prévue : 18 avril.

360, rue Saint-Jacques

WeWork

Avec ses 60 000 pieds carrés sur deux étages à Place Ville Marie, WeWork compte actuellement 600 places - et 600 autres s'ajouteront cet automne (seul un étage est ouvert pour le moment). En plus d'un espace commun à l'entrée, l'endroit propose différents espaces : des espaces collectifs avec places individuelles (à partir de 350 $ par mois) aux bureaux privés de différentes grandeurs (jusqu'à 21 places), en passant par des salles de conférence et même une salle d'allaitement pour les nouvelles mamans. Seuls les membres ont accès à l'espace et profitent notamment de café, thé et bière en fût gratuits !

3, Place Ville Marie

GAB

Travailler dans un café n'est pas toujours évident : petits espaces, chaises inconfortables, éternelle bataille pour la prise de courant, sans compter certains cafés qui ont pris les pigistes en grippe et la difficulté à se concentrer dans le bruit ambiant. GAB, « le premier café pour travailler à Montréal », veut répondre à ces problèmes avec son concept, qui est mi-café, mi-espace collaboratif. Internet haute vitesse, lounge, cuisinette et réceptionniste sont au nombre des services, offert pour 2,50 $ l'heure. Aussi, possibilité de louer case postale et adresse commerciale. Une bonne solution pour ceux qui ne veulent pas louer un espace au mois dans un espace collaboratif.

4815-A, boulevard Saint-Laurent

Halte 24-7 est situé sur le Plateau.... (PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK) - image 8.0

Agrandir

Halte 24-7 est situé sur le Plateau.

PHOTO TIRÉE DE LA PAGE FACEBOOK

Halte 24-7

Le concept de Halte 24-7 : réunir un réseau d'indépendants et de très petites entreprises en proposant une solution de rechange au travail à la maison. Situé sur le Plateau, l'endroit compte 21 bureaux fermés pour une, deux ou quatre personnes (à partir de 679 $ par mois) avec plusieurs services inclus, dont l'accès à des salles de conférence et aux aires communes (lounge, salle à manger, terrasse), un service de réceptionniste, une case postale et, bien sûr, l'internet haute vitesse.

4284, rue de la Roche

Ecto Coop

Cette coopérative du Plateau réunit plus de 100 entrepreneurs et travailleurs autonomes. Flexible, l'endroit propose des forfaits à la carte (à partir de 25 $ par jour) ou un bureau flottant à cinq jours par semaine (250 $ par mois), accessible pour les non-membres. Les membres peuvent louer un bureau fixe, accessible en tout temps (350 $ par mois). Parmi les services inclus : salle de conférence, espaces créatifs, adresse postale et pigeonnier, zone de repos, cuisine équipée.

936, avenue du Mont-Royal Est

La Gare

Entrepreneurs, designers, créateurs, artistes, travailleurs autonomes se rencontrent dans la communauté de La Gare, située dans le Mile End. L'endroit organise régulièrement formations et événements pour les membres et les gens du quartier et propose des espaces communs (lounge, table communale, cuisine) et des salles de conférence. Bureau fixe à partir de 295 $ par mois, incluant espace réservé avec table, chaise, classeur et casier... et internet haute vitesse, évidemment !

5333, avenue Casgrain

Orbit Montréal

Situé dans la rue d'Iberville, près de Mont-Royal, Orbit est un acronyme pour Organisation régionale de bureaux individuels et temporaires. On y propose espaces de bureau partagés (225 $ par mois) ou privés avec salle de conférence, internet haute vitesse, imprimantes, machines à café et accès 24/7.

4360, rue d'Iberville

À l'Anticafé, il est possible de travailler ou... (PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK) - image 10.0

Agrandir

À l'Anticafé, il est possible de travailler ou d'étudier en toute tranquillité, en consommant des boissons gratuites à volonté et en payant à l'heure.

PHOTO TIRÉE DE FACEBOOK

Anticafé

L'Anticafé se veut comme une maison - on vous invite à enfiler des pantoufles en entrant ! On peut s'y rendre pour travailler, étudier, jouer à des jeux de société, le tout en profitant de café, de thé et de biscuits gratuits et à volonté. L'étage supérieur regroupe bureaux, chaises et canapés. Il suffit de payer 3 $ pour la première heure (et 2 $ pour les suivantes). Ici, personne ne vous fera de gros yeux pour que vous quittiez les lieux parce que vous ne consommez pas assez !

294, rue Sainte-Catherine O.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer