• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Société 
  • > Une entreprise britannique lance un débat sur les congés de menstruations 

Une entreprise britannique lance un débat sur les congés de menstruations

Une étude canadienne publiée en 2005 et portant... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

Une étude canadienne publiée en 2005 et portant sur la prévalence de la dysménorrhée (menstruations pénibles et douloureuses) chez les femmes a découvert que les symptômes les plus graves pouvaient avoir un grand impact sur le quotidien.

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Lauren La Rose
La Presse Canadienne
Toronto

Les congés de maladie sont maintenant la norme dans la plupart des organisations, mais une entreprise britannique pourrait bientôt permettre à ses employées de s'absenter du travail en raison d'un mal précis: les douleurs menstruelles.

Situé à Bristol, le centre communautaire Coexist a l'intention d'élaborer une politique sur les règles qui pourrait notamment autoriser les femmes à prendre congé durant leurs menstruations. Il a même organisé un événement sur cette question, qui aura lieu le 15 mars.

Coexist pourrait donc emboîter le pas à certains pays où les congés liés aux règles sont un droit protégé par la loi.

Le Japon a adopté le congé de menstruations dès 1947. À Taïwan, les femmes éprouvant de la difficulté à travailler durant leurs règles peuvent s'absenter du boulot une fois par mois. La Corée du Sud offre aussi des congés payés aux travailleuses souffrant de leurs menstruations.

Une étude canadienne publiée en 2005 et portant sur la prévalence de la dysménorrhée (menstruations pénibles et douloureuses) chez les femmes a découvert que les symptômes les plus graves pouvaient avoir un grand impact sur le quotidien.

Sur les 934 femmes souffrant de ce problème interrogées par les chercheurs, 51 pour cent ont indiqué devoir limiter leurs activités durant leurs règles et 17 pour cent ont rapporté devoir manquer l'école ou le travail quand elles ont leurs règles.

«Un nombre important de femmes ressentent de la douleur durant leurs règles et, pour certaines d'entre elles, c'est presque impossible à gérer», a expliqué la Dre Catherine Allaire, directrice médicale du Centre des femmes sur la douleur pelvienne et l'endométriose de la Colombie-Britannique.

Selon la Dre Allaire, il arrive que des femmes soient forcées de garder le lit en raison de leurs malaises, qui peuvent aussi être un symptôme d'endométriose, une maladie qui survient lorsque le tissu qui tapisse l'intérieur de l'utérus commence à proliférer à l'extérieur de l'organe.

L'experte en ressources humaines Lisa Kay a dit croire pour sa part que l'adoption de congés de menstruations pourrait avoir à la fois des avantages et des désavantages.

«Du point de vue des employées, ce serait certainement agréable de savoir que votre employeur comprend qu'il s'agit d'un moment difficile pour les femmes et qu'il est d'accord pour qu'une femme s'absente du boulot si nécessaire», a indiqué Mme Kay, présidente et principale conseillère pour la firme torontoise Peak Performance Human Resources.

«Mais je pense que ce serait un peu étrange pour une femme de faire cette requête auprès d'un employeur de sexe masculin. Il faudrait que des ressources ou qu'un réseau de soutien soit mis en place afin que ce soit possible pour les femmes de tirer profit de cela.»

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer