• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Société 
  • > Une majorité d'Américains ne souhaite pas vivre jusqu'à 100 ans 

Une majorité d'Américains ne souhaite pas vivre jusqu'à 100 ans

Seulement 9% des Américains souhaiteraient vivre plus de... (Photos.com)

Agrandir

Seulement 9% des Américains souhaiteraient vivre plus de cent ans.

Photos.com

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
WASHINGTON

Une majorité d'Américains ne veulent pas vivre jusqu'à cent ans ou plus, estimant qu'une telle longévité épuiserait les ressources naturelles et ne serait accessible qu'aux plus riches, selon un sondage du centre de recherche Pew publié mardi.

Interrogés sur le fait de savoir s'ils seraient prêts à subir des traitements pour ralentir leur vieillissement et vivre jusqu'à 120 ans ou au-delà, 56% des participants ont répondu par la négative, mais 68% ont estimé que la plupart des autres personnes seraient prêtes à le faire.

En outre, une large majorité a jugé qu'un prolongement aussi radical de la vie «épuiserait les ressources naturelles du pays et serait réservé qu'à un petit nombre de nantis».

Cette enquête d'opinion a été réalisée au niveau national auprès de 2012 adultes représentatifs, du 21 mars au 8 avril, avec une marge d'erreur de plus ou moins 2,9 points de pourcentage.

Interrogés sur le nombre d'années qu'ils souhaiteraient vivre, 69% des sondés ont cité un âge médian de 90 ans, soit 11 ans de plus que l'espérance de vie moyenne actuelle aux États-Unis de 78,7 ans -- dont 81 ans pour les femmes et 76,2 ans pour les hommes.

Seulement 9% souhaiteraient vivre plus de cent ans.

La chute du taux de natalité et la forte augmentation de l'espérance de vie font que la population américaine vieillit rapidement. Selon le Bureau du recensement, un Américain sur cinq aura au moins 65 ans d'ici 2050, et au moins 400 000 seront alors centenaires.

La médecine pourrait connaître des avancées importantes ces prochaines décennies, permettant d'arrêter voire d'inverser le vieillissement et de repousser la longévité. Des laboratoires privés et des universités conduisent des recherches visant à percer les secrets de la fontaine de jouvence et des responsables religieux, des bioéthiciens et des philosophes commencent à réfléchir aux implications sociales et morales d'une telle prolongation de la vie, selon Pew, organisme indépendant et respecté de Washington.

L'enquête publiée mardi laisse penser que les Américains ne sont pas particulièrement inquiets du vieillissement de la population. Près de neuf personnes sur dix estiment ainsi qu'avoir plus de personnes âgées dans le pays est soit «une bonne chose pour la société» soit ne «fait aucune différence», tandis que 10% voient cela négativement.

Les Américains paraissent en outre généralement optimistes quant à leur avenir: la plupart (81%) se disent satisfaits de leur vie et considèrent que les choses seront même mieux d'ici dix ans (56%), ou sans changement (28%).

Alors qu'environ 20% des adultes s'inquiètent d'épuiser leurs ressources durant leur retraite avant leur décès, plus de 57% disent «ne pas s'en préoccuper outre mesure».

Le public américain se montre également optimiste quant à des percées médicales majeures ces prochaines décennies: 70% pensent que la plupart des cancers seront guérissables d'ici 2050 et que les membres artificiels fonctionneront mieux que les originaux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer