Amis à louer

Vous n'avez personne avec qui prendre un verre dans un bar à la sortie du... (Photos.com)

Agrandir

Photos.com

Vous n'avez personne avec qui prendre un verre dans un bar à la sortie du bureau? Personne avec qui partager votre passion pour la peinture sur soie? Pas de panique! Scott Rosenbaum a pensé à vous. Avec Rent a Friend, l'Américain originaire du New Jersey offre à tous la possibilité de rencontrer de «nouveaux amis», moyennant un dédommagement horaire.

D'emblée, le site Rent a Friend attise la curiosité. Présent au Canada, aux États-Unis mais aussi en Europe et en Asie, le site peut vous trouver un ami à deux pas de chez vous. Ainsi, une soixantaine de Québécois de Laval, Granby, Montréal ou encore Pierrefonds, aux profils divers et variés, offrent leurs services.

Jean (nom fictif), 25 ans, est du nombre. Le jeune homme, qui travaille dans l'immobilier, se fond avec plaisir dans le rôle de l'ami à louer: il a lui-même beaucoup voyagé en Asie, où ce genre de service est très répandu. «C'est vraiment pratique pour rencontrer des gens», dit-il.

J'ai joint Jean après avoir essuyé plusieurs refus auprès d'«amis» sur Rent a Friend, visiblement peu enclins à parler de leur expérience à une journaliste. À Jean, je me suis présentée telle que j'étais lors de mon arrivée à Montréal, il y a quelques années: une étudiante française qui ne connaît pas grand monde ni grand-chose au Québec.

Le rendez-vous est pris dans le Vieux-Montréal. Jean me propose une promenade dans le Vieux-Port. On discute de la vie en ville et de Rent a Friend, site où Jean, qui semble jouir d'une vie sociale bien remplie, offre ses services pour aider les touristes à trouver leur route à Montréal.

À une Française en goguette, Jean recommande plusieurs adresses bien établies comme celles des bars Le Confessionnal ou L'Assommoir, mais vers lesquelles les touristes n'arrivent pas toujours du premier coup.

La balade dure 45 minutes et si j'en apprends moins sur le Vieux-Montréal qu'au cours d'une balade touristique traditionnelle, Jean n'hésite pas à me donner des conseils pratiques sur la ville: pour un touriste ou un nouvel arrivant, l'expérience peut se révéler précieuse. Et contrairement aux «amis» qui affichent leur tarif horaire sur leur fiche de présentation, Jean, lui, n'accepte pas d'argent. «Je ne le fais pas pour ça», indique-t-il.

Site populaire pour gens impopulaires?

Lancé il y a un an en Amérique du Nord, Rent a Friend s'est propagé partout dans le monde et compte, selon son fondateur, près de 300000 «amis» à louer et 26000 membres (utilisateurs qui, après s'être abonnés, peuvent joindre les «amis»). «Cela fonctionne extrêmement bien», se félicite Scott Rosenbaum.

C'est en Chine qu'il a eu l'idée de lancer ce site. Là-bas, la coutume veut qu'au décès d'un époux, par exemple, un nouvel époux soit «loué» pour remplacer le défunt. «J'ai tout de suite su que ça pouvait marcher en Amérique du Nord, surtout pour les amis», explique-t-il.

Le succès a dépassé ses espérances. Rapidement, Scott Rosenbaum a été sollicité pour lancer Rent a Friend dans d'autres pays (France, Royaume-Uni, etc.). «Je remarque qu'il existe beaucoup de différences, dit-il. En France, on s'en sert pour des cours, beaucoup de gens appellent aussi des Américains pour parfaire leur anglais. Mais c'est dans les grandes villes, où il y a beaucoup de touristes, qu'on a le plus de succès.»

Les affaires vont bon train pour Scott Rosenbaum, qui empoche les frais d'abonnement des usagers. Le tarif horaire revient, quant à lui, à l'«ami». L'entrepreneur croit avoir trouvé son créneau, entre des médias sociaux orientés vers des relations déjà nouées et des sites de rencontres consacrés... aux rencontres.

«Ce n'est pas un site d'escorte ni un site de rencontre. C'est vraiment tolérance zéro», dit celui qui passe en revue les fiches des nouveaux arrivants afin de flairer la dérive.

Aussi surprenante qu'elle puisse paraître, la formule séduit. Au Québec, en quelques semaines, quelques dizaines de nouveaux profils sont apparus. Scott Rosenbaum espère que le site continuera à s'étendre. Aujourd'hui, le doyen des amis à louer de Rent a Friend a 80 ans. Comme quoi il n'y a pas d'âge pour vouloir se faire de nouveaux amis.

rentafriend.com

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer