À l'origine de la monogamie... les ITS?

Le développement des infections transmissibles sexuellement pourrait avoir... (PHOTO THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

Le développement des infections transmissibles sexuellement pourrait avoir influencé l'émergence de la monogamie dans nos sociétés, selon une étude publiée mardi, laissant supposer que ce que nous considérons comme un choix moral ou une norme sociale peut avoir été façonné par notre environnement naturel.

«Notre étude montre que les ITS se développent différemment selon la taille des groupes humains et selon qu'ils sont polygames ou monogames», explique Chris Bauch de l'Université de Waterloo au Canada, coauteur de cette recherche.

Selon cette étude publiée dans Nature Communications, la polygamie était la norme dans les petites sociétés de chasseurs-cueilleurs, mais ce constat a été de moins en moins vrai au fur et à mesure que les sociétés se sont agrandies avec l'avènement de l'agriculture et la sédentarisation. La monogamie est alors devenue dominante.

En se basant sur des données démographiques chez les chasseurs-cueilleurs et des données épidémiologiques sur les ITS, Chris Bauch et ses collègues ont modélisé l'évolution des différentes normes familiales.

Deux cas de figure ont été mis en évidence. Quand une société est importante (environ 300 personnes), la prévalence des ITS devient endémique dans la population et le taux de fécondité baisse. On voit alors émerger la norme monogame. Le mode de vie polygame est alors stigmatisé, la société allant jusqu'à punir les membres du groupe qui ne s'y conforment pas.

En revanche, au sein d'un petit groupe (de maximum 30 personnes), les ITS sont caractérisées par des épidémies de courte durée qui ne deviennent pas endémiques. Le taux de fécondité reste fort, la polygamie est la norme sociale dominante.

«Cette étude montre comment des événements naturels, telle que la propagation des maladies contagieuses, peuvent fortement influencer le développement de normes sociales et nos jugements», explique le chercheur.

Mais selon lui, éradiquer les ITS ne nous ferait passer à un monde polygame. «Il y a sûrement plusieurs facteurs qui poussent la société à imposer la monogamie. Je pense qu'il est prématuré de dire que le mariage va disparaître ou que la polygamie va revenir si nous résolvons le problème des ITS», a-t-il reconnu.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer