Fantasmes, partenaires et infidélité

Quelque 41% des Québécois ont des fantasmes à... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Quelque 41% des Québécois ont des fantasmes à propos de quelqu'un d'autre que leur conjoint.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Une majorité de Québécois (75 %) sont très satisfaits ou au moins assez satisfaits de leur vie sexuelle. Ce qui ne les empêche pas de regarder ailleurs et même parfois de sauter la clôture. Coup d'oeil commenté par Geneviève Despatie, sexologue et psychothérapeute, et Martin Blais, professeur à l'UQAM.

>>>Consulter les résultats du sondage.

24% d'insatisfaits

Après 55 ans, près d'un homme sur quatre se dit assez insatisfait ou très insatisfait de sa sexualité. C'est le seul segment d'âge où l'insatisfaction masculine supplante celle des femmes (qui est de 20 %). Les dysfonctions érectiles peuvent expliquer la chose, selon Martin Blais, mais le célibat aussi. Geneviève Despatie ajoute que la ménopause a aussi des impacts sur la sexualité des couples.

28% des 18 à 34 ans ont eu un seul partenaire

Quelque 28 % des Québécois âgés de 18 à 34 ans disent n'avoir eu qu'un seul partenaire sexuel au cours de leur vie. « Un seul ? s'étonne Geneviève Despatie. Je n'en aurais pas prévu des dizaines, mais peut-être plus entre un et cinq. Je trouve ça surprenant, surtout chez les 18-34. » La majorité des répondants de cette tranche d'âge (31 %) disent avoir eu entre 2 et 5 partenaires.

25% ont été infidèles

Le quart des répondants croient que leur partenaire a déjà été infidèle. Et environ 25 % des Québécois disent d'ailleurs avoir été infidèles. « Je vois une recrudescence depuis la montée des médias sociaux, dit Geneviève Despatie. Selon mon expérience clinique, il y a un lien à faire. »

Plus riche, plus volage?

36 % des personnes qui gagnent plus de 100 000 $ ont été infidèles.

19 % seulement de ceux qui gagnent moins de 25 000 $ ont sauté la clôture.

41% fantasment sur quelqu'un d'autre que leur conjoint

Dans 70 % des cas, l'objet d'un fantasme se trouve dans l'entourage : ami(e), collègue, ami(e) du couple, ami(e) du conjoint ou de la conjointe, membre de la famille élargie, voisin(e). « On érotise davantage des gens que l'on côtoie au quotidien et avec qui il y a une possibilité, suggère Martin Blais. Ça donne une texture peut-être plus réelle au fantasme. »

* Méthodologie: La firme de sondage CROP a réalisé pour La Presse une collecte de données en ligne sur les Québécois et la sexualité du 14 au 18 janvier 2016 par le biais d'un panel web. Au total, 1000 personnes ont répondu aux questions.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer