Tous bigames, les hommes?

Tous les hommes seraient bigames, du moins psychiquement, soutient le... (PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK)

Agrandir

PHOTO DIGITAL VISION/THINKSTOCK

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Tous les hommes seraient bigames, du moins psychiquement, soutient le psychanalyste freudien Gérard Pommier, qui n'est pas à une provocation près. Nous l'avons joint à ses bureaux de Paris. Voici, en cinq questions, ses explications. Attention, vous pourriez vous étouffer dans votre café...

Tous bigames, comme ça, les hommes?

La bigamie originelle tient du fait que d'une part, les hommes tiennent à leur mère, et d'autre part, ils vont la quitter pour une femme. La bigamie est donc d'abord dans leur tête. Parfois, ils y sont fidèles (NDLR: fidèles à cette bigamie), d'autant plus que certaines femmes se comportent en mères, ce qui n'est pas très érotique.

Est-ce à dire que tous les hommes rêvent d'une double vie, pour vivre leur amour avec la mère, d'une part, et avec la femme, de l'autre?

Ce que je dis, c'est qu'au moins, les hommes vont diviser leur femme en deux: ils vont lui demander d'être maternante d'une part, mais aussi maîtresse d'autre part, d'un point de vue érotique. Quand la vie sexuelle devient impossible avec la femme légale, c'est là qu'une double vie peut s'installer. Pourquoi une double vie? Mais parce que ça marche érotiquement. Dans une maison, l'homme va rêver de l'autre femme, et réciproquement. S'il est avec une femme qui se comporte en mère, il va rêver à l'autre, et vice-versa.

Les personnes qui mènent des doubles vies développent-elles deux identités?

Non, pas du tout. Je ne crois pas à la double identité. Il y a plusieurs places possibles dans la vie: la place du père, du fils, du grand-père, du mari... Mais c'est toujours la même personne qui occupe ces places différentes. C'est la même personne, mais les différentes places commandent différents rapports.

Et les femmes, elles, sont-elles aussi toutes psychiquement bigames?

Non. Non. Non. Parce que l'homme capable de remplacer le père, il n'y en a pas plusieurs, il n'y en a qu'un. Chez l'homme, il y en a toujours deux. L'homme n'est pas obligé de changer son premier objet d'amour: c'est sa mère, et il la garde toute sa vie. La fille, elle, est obligée de changer son premier objet d'amour, qui est sa mère aussi. Le chemin vers la féminité est beaucoup plus compliqué que le chemin vers la masculinité. L'homme garde son amour pour sa mère jusqu'à ce qu'il rencontre la femme. La fille, elle, doit quitter sa mère pour choisir son père. Ensuite, il faut qu'elle trouve un héros capable de remplacer son père. Ce n'est pas facile. Une fois qu'elle le trouve, elle le garde.

Pourtant, plusieurs femmes mènent elles aussi des doubles vies, non?

Bien sûr. Il y a même des femmes qui mènent des triples ou des quadruples vies. Mais ce n'est pas du même ordre. Les hommes trouvent du plaisir dans la bigamie, alors que pour les femmes, c'est un tracas. Pour les femmes, c'est un tracas d'aimer un homme contre un autre. La femme n'a besoin que d'un seul homme pour plusieurs raisons, notamment parce qu'il n'y a pas tellement d'hommes qui peuvent remplacer le père. Il ne lui faut qu'un seul héros. Alors que l'homme, lui, il lui faut une maman, et une putain.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer