• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Sexualité 
  • > La majorité des Canadiens manquent de connaissances sur le consentement sexuel 

La majorité des Canadiens manquent de connaissances sur le consentement sexuel

Selon l'étude, seule une personne sur trois a... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Selon l'étude, seule une personne sur trois a identifié que le consentement pouvait être retiré à tout moment.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
La Presse Canadienne
TORONTO

Le flou persiste: les deux tiers des Canadiens manquent de connaissances sur ce qu'est un réel consentement sexuel, relève un sondage réalisé en ligne par la Fondation canadienne des femmes.

Celle-ci note que même si presque tous les Canadiens sont d'avis que les relations sexuelles doivent toujours être consentantes, deux Canadiens sur trois ne comprennent pas vraiment ce que cela signifie.

La Fondation souligne que selon le droit canadien, le consentement doit être à la fois positif (dire «oui», initier l'activité sexuelle ou l'apprécier) et continu, tout au long de la relation sexuelle. Le consentement peut donc être retiré à tout moment.

Selon l'étude, seule une personne sur trois a identifié que le consentement pouvait être retiré à tout moment.

Les sondeurs ont aussi noté qu'environ un Canadien sur 10 croyait que le consentement n'était pas nécessaire, ou ne savaient pas s'il était nécessaire, entre des époux ou des partenaires de longue date.

Le sondage a été réalisé en ligne du 8 au 9 avril auprès de 1500 adultes canadiens sélectionnés au hasard parmi les panélistes du forum Angus Reid. Le regroupement professionnel de l'industrie du sondage, l'Association de la recherche et de l'intelligence marketing (ARIM), affirme que les sondages en ligne ne peuvent se faire assigner une marge d'erreur puisqu'ils ne sont pas forcément un échantillon aléatoire et ne sont pas ainsi nécessairement représentatifs de toute la population.

La Fondation a dévoilé les résultats pour coïncider avec le lancement de sa campagne annuelle contre la violence, qui se tient durant tout le mois de mai.

«Au Canada, la plupart des agressions sexuelles sont commises par une personne connue de la victime et en qui elle a confiance», explique Anuradha Dugal, directrice des programmes de prévention de la violence à la Fondation canadienne des femmes, dans le communiqué. «Peu importe qu'un couple soit ensemble depuis longtemps ou non, le consentement sexuel est toujours requis.»

La Fondation canadienne des femmes se décrit comme une fondation publique ayant pour but d'outiller les femmes et les filles au Canada pour leur permettre d'échapper à la violence, de sortir de la pauvreté et d'avoir pleinement confiance en elles.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer