Sexualité des seniors: 50 nuances du Japon

Yasue Tomita avoue être «un peu rouillée», mais... (Photo Toru YAMANAKA, AFP)

Agrandir

Yasue Tomita avoue être «un peu rouillée», mais laisse libre cours à son désir exubérant pour la vie: au rebut tricot et crochet, et va pour les films X!

Photo Toru YAMANAKA, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Alastair HIMMER, Natsuko FUKUE
Agence France-Presse
TOKYO

Vêtue d'un kimono et sagement agenouillée sur un tatami, la sexagénaire japonaise Yasue Tomita semble être sur le point d'ouvrir une cérémonie du thé. Mais en réalité, elle fait ses débuts d'actrice pornographique.

À 61 ans, Mme Tomita brave la rigidité de la société nippone. Elle appartient au club fermé d'un marché florissant au Japon: celui de la senior-pornographie, qui repousse les limites de l'érotisme et bouscule les normes sociales.

Elle avoue être «un peu rouillée», mais laisse libre cours à son désir exubérant pour la vie: au rebut tricot et crochet, et va pour les films X!

«J'apprécie les passe-temps artisanaux, mais je voulais m'essayer à autre chose tant que mon corps fonctionne encore», confie-t-elle à l'AFP avant le début du tournage.

«J'aime le sexe et c'est ma dernière chance avant d'être trop vieille. Je suis très nerveuse. Je me demande si je dois vraiment le faire, surtout en face de tant de gens... Mais tout le monde devrait suivre ses fantasmes. J'espère juste que je peux», dit cette ancienne ouvrière d'une usine de pièces d'automobiles.

Elle fait partie, avec sa fille, des actrices enregistrées auprès d'une agence spécialisée dans le vaste marché des vidéos pour adultes, une énorme industrie au Japon.

«Nous nous sommes inscrites ensemble via internet et c'est moi qui ai la première reçu une proposition, ce qui était pour le moins inattendu», raconte Mme Tomita.

Les attitudes envers le commerce du sexe et la pornographie sont au Japon moins prudes que dans d'autres parties du monde.

Plaisirs interdits

Et au Japon, le marché des seniors est conséquent: un quart des Japonais ont plus de 65 ans et cette proportion devrait atteindre 40% d'ici 2060, en raison du faible taux de natalité et d'une longévité croissante.

Les films pour adultes y représentent des ventes annuelles d'environ deux milliards de dollars. Parmi eux, 20 à 30% mettent en vedette des hommes et des femmes ridés. Pour quel public ? Pas uniquement pour des seniors, relèvent les professionnels du secteur.

Depuis une décennie, la demande explose et la géronto-pornographie semble promise à un bel avenir.

Le genre a réellement décollé grâce au désormais octogénaire Shigeo Tokuda, le pape du X grisonnant, qui a joué dans des centaines de films avec de jolies jeunes plantes.

«Chacun a des envies et des goûts sexuels différents», souligne le réalisateur Fumiaki Kimura.

«Le cinéma pornographique avec des acteurs âgés est devenu très populaire au cours des dix dernières années. Les couples âgés regardent ensemble parce qu'ils peuvent ressentir une proximité et une familiarité avec des personnes de même génération», explique-t-il. Et «les jeunes les apprécient parce qu'ils en ont marre de voir toujours la même chose», dit-il.

Shigeo Tokuda, qui couche avec des actrices si jeunes qu'elles pourraient être ses petites-filles, a également eu pour partenaire éphémère Fujiko Ito, de seulement deux ans sa cadette.

Vedette de la vidéo X, Natsuko Kayama, 44 ans, dont 25 dans le métier, est prête à continuer pendant des décennies. «Je voudrais battre le record de longévité», avoue-t-elle de but en blanc.

Noces en robe courte et... amour

Si la pornographie attire une niche de seniors, d'autres, plus nombreux, recherchent plus prosaïquement de la compagnie à l'automne de leur vie, parfois après avoir perdu ou quitté leur premier partenaire.

Un besoin dont profitent des agences de rencontre. Parmi elles, Ai-Senior, spécialisée dans les personnes âgées, compte 6000 membres inscrits dont certains ont dépassé les 90 ans.

Yosuke Komori, 66 ans, et sa femme de 57 ans, Mutsuko, se sont connus ainsi. Chacun avait déjà été marié avant de convoler de nouveau il y a quatre ans.

«Je pense qu'une vie sexuelle saine est une partie importante du mariage», souligne Mutsuko, qui a fêté ses noces vêtue d'une audacieuse robe courte, au grand dam de ses filles. «Mais la compréhension mutuelle dans une relation est plus importante encore».

Le timide Yosuke ne s'en tient pas lui non plus au côté physique: «je suis plus content quand je la sens heureuse. Je ne veux pas paraître mièvre, je veux juste la faire sourire. L'important c'est l'amour, en fait».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer