Le Nutella est-il un dessert?

Les autorités américaines vont devoir trancher une question fondamentale: le... (PHOTO ARCHIVES ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES ULYSSE LEMERISE, COLLABORATION SPÉCIALE LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Washington

Les autorités américaines vont devoir trancher une question fondamentale: le Nutella est-il un «dessert» ou une «confiture»?

La réponse importe sans doute peu aux inconditionnels de la célèbre pâte à tartiner au cacao mais elle est prise très au sérieux par son fabricant, le groupe Ferrero.

Le géant italien fait pression sur l'Agence américaine des produits alimentaires et des médicaments (FDA) pour qu'elle cesse de considérer le Nutella comme une «garniture de dessert» qui accompagnerait par exemple une glace.

Si ses voeux étaient exaucés, la taille des portions de référence que Ferrero doit faire figurer sur les pots de Nutella aux États-Unis - et, avec elle, la teneur en sucre et la valeur calorique - serait réduite de moitié.

L'image du Nutella a été ternie ces dernières années aux États-Unis après avoir été accusé d'être trop calorique. Visé par une plainte en nom collectif, Ferrero avait d'ailleurs dû cesser de présenter sa pâte à tartiner comme un produit bon pour la santé.

Pour rendre sa décision, la FDA vient d'ouvrir une période de consultations publiques afin d'obtenir plus d'informations sur la manière dont le Nutella et d'autres produits à base de cacao sont consommés aux États-Unis.

Selon des données de Ferrero transmises aux autorités américaines en 2014, 74% des consommateurs mangeraient le Nutella en en étalant une cuillère à soupe sur du pain, soit entre 18 à 23 grammes. Cela représente la moitié de la portion de référence apparaissant actuellement sur les pots de Nutella aux États-Unis.

Ces données contredisent toutefois une précédente étude de 1991 - jugée obsolète par Ferrero - selon laquelle une majorité d'Américains l'utilisent comme du miel.

Les autorités devront trancher cette épineuse question à l'issue de la période de consultations publiques, qui se referme début janvier.

La pâte à tartiner cinquantenaire a été au coeur d'une autre polémique en France où les autorités se sont émues de la présence dans sa composition d'huile de palme, accusée d'avoir des effets nocifs sur la santé et d'accélérer la déforestation.

En juin 2015, la ministre française de l'Environnement Ségolène Royal avait dû présenter ses «excuses» pour avoir appelé à cesser de manger du Nutella au nom de la défense des forêts.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer