Un régime riche en fritures lié au plus grand risque cardiovasculaire

Aux États-Unis 735 000 personnes ont une crise... (PHOTO PAUL J. RICHARDS, AFP)

Agrandir

Aux États-Unis 735 000 personnes ont une crise cardiaque chaque année et 120 000 en meurent, selon l'American Heart Association.

PHOTO PAUL J. RICHARDS, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les amateurs de plats riches en fritures et de charcuteries accompagnés de boissons sucrées voient leur risque de développer une pathologie cardiovasculaire augmenter de 56%  par rapport à ceux qui optent pour d'autres menus, selon une nouvelle étude menée aux États-Unis et publiée lundi.

L'étude, publiée dans Circulation, le magazine de l'American Heart Association, a été conduite pendant six ans auprès de 17 418 Américains de plus de 45 ans aux États-Unis.

Les consommateurs de ce type de régime, typique du sud des États-Unis, --poulet frit, tomates vertes et pommes de terre frites, viandes rouges, bacon et jambon-- ont un risque accru par rapport aux quatre autres styles de cuisine examinés, y compris un menu centré sur des plats comme les pâtes, les pizzas, la cuisine mexicaine et chinoise.

«Quels que soient votre sexe, race ou l'endroit où vous vivez, si vous mangez fréquemment des aliments typiques de la cuisine du sud, vous devez être conscients du risque accru de maladies cardiovasculaires et vous efforcer de changer vos habitudes», conseille James Shikany, un épidémiologiste de l'université d'Alabama, principal auteur de la recherche.

Un autre régime alimentaire étudié était riche en légumes, fruits, céréales, yaourt et comprenait aussi du poisson et du poulet.

Le troisième groupe examiné était dominé par le sucre, avec des déserts, du chocolat, des confiseries.

Enfin, il a été observé une quatrième tendance alimentaire appelée «alcool et salade», dans laquelle les personnes consomment une quantité notable de vin ou de bière et mangent beaucoup de légumes verts, des tomates et de la salade.

Les participants ont été interrogés par téléphone sur leur style d'alimentation, la fréquence et les quantités consommées en moyenne durant les douze mois précédents. Ils ont aussi subi un examen médical.

Les maladies cardiovasculaires sont la première cause de mortalité dans le monde. Aux États-Unis 735 000 personnes ont une crise cardiaque chaque année et 120 000 en meurent, selon l'American Heart Association.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer