Dix faits méconnus sur les menstruations

La journaliste Élise Thiébaut signe un ouvrage divertissant... (Photo Thinkstock)

Agrandir

La journaliste Élise Thiébaut signe un ouvrage divertissant sur ce sang mystérieux qui habite les femmes pendant près de 40 ans.

Photo Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Parce que non, tout n'a pas encore été dit sur les règles. La journaliste féministe Élise Thiébaut signe un ouvrage à la fois divertissant et instructif sur ce sang mystérieux, quoique drôlement puissant, qui habite les femmes pendant près de 40 ans. Explications en 10 temps.

Quatre fois plus qu'au Moyen Âge

Parce que les règles surviennent plus tôt (à 12 ans plutôt qu'à 16), parce que les femmes vivent plus longtemps et font surtout moins d'enfants, nous avons aujourd'hui en moyenne 400 cycles, contre 100 au Moyen Âge. À l'époque, la femme était «enceinte, elle allaitait ou elle était morte», écrit avec beaucoup d'humour Élise Thiébaut, dans Ceci est mon sang, publié aux éditions La Découverte.

Un demi-verre de vin (rouge)

C'est la quantité maximale que nous perdons à chaque cycle. On est loin du demi-litre imaginé par Hippocrate (à qui l'on doit les saignées, comme s'il fallait perdre du sang pour être en bonne santé), lequel a contribué à véhiculer cette image de la femme qui «pisse le sang». Une image qui, soit dit en passant, a bien plu à «l'industrie de la protection menstruelle», fait aussi valoir l'auteure en entrevue.

Un mystère qui perdure

Ce sang qui coule entre les cuisses des femmes a longtemps eu quelque chose de mystérieux. Ce n'est heureusement plus le cas. Par contre, une question demeure: pourquoi régulièrement, chaque mois? Parce que non, mesdames, ça n'a rien à voir avec la Lune. «C'est une coïncidence. Mais une relation de cause à effet? Non, répond l'auteure. Sinon, nous aurions toutes nos règles en même temps!»

La journaliste et auteure française Élise Thiébaut a... (Photo fournie par l’éditeur) - image 2.0

Agrandir

La journaliste et auteure française Élise Thiébaut a consacré un livre aux menstruations, Ceci est mon sang, qui sera en librairie jeudi.

Photo fournie par l’éditeur

Menstruée et giflée

Les premières règles, dites «ménarches», se sont accompagnées de différents rituels dans le monde: un grand souper au Japon, une gifle en Biélorussie, un front badigeonné de sang en Serbie. «Mais à ce que je sache, les "séménarches" [premières éjaculations] ne font partie des choses célébrées nulle part», signale en souriant l'auteure française.

Et si on faisait saigner le pénis?

Dans l'histoire, croyez-le ou non, plusieurs sociétés ont jonglé avec différents rituels pour faire saigner le pénis. Que ce soit pour évacuer le sang impur ou exalter une certaine virilité, on coupait l'extrémité du pénis de façon régulière. La Nouvelle-Guinée a d'ailleurs été baptisée l'«île des hommes menstrués» par un ethnologue australien, signale l'auteure.

Tampons antiques

Nous n'avons rien inventé. Les femmes égyptiennes y ont pensé bien avant nous. On a en effet retrouvé des bâtons entourés de coton qui remontent à l'Égypte ancienne. Dire qu'il a fallu attendre jusqu'aux années 50 pour qu'ils soient offerts en Europe...

Ceci est mon sang - Petite histoire des règles,... (IMAGE FOURNIE PAR LA DÉCOUVERTE) - image 3.0

Agrandir

Ceci est mon sang - Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font, d'Élise Thiébaut

IMAGE FOURNIE PAR LA DÉCOUVERTE

Tampons toxiques

Étrangement, comme les tampons et les serviettes sont considérés comme des «instruments médicaux», les marques ne sont pas tenues d'en signaler tous les ingrédients. «Or, on sait qu'ils sont composés de polyéthylène et de polypropylène, des dérivés d'hydrocarbures, des composés chimiques, et ils sont en contact direct avec nos muqueuses», dénonce l'auteure, qui en a elle-même porté, en 40 ans, entre 12 000 et 15 000.

Flux libre!

Le saviez-vous? Il existe un mouvement, certes marginal (3000 membres sur Facebook), baptisé le «flux libre instinctif». Le concept? Ici, les femmes, souvent des écologistes «profondes», ne portent ni serviettes ni tampons, mais misent sur le «contrôle» de leur flux. «C'est avant tout une réappropriation de son corps. Être concentrée et conscientisée sur soi-même», résume l'auteure. Elle convient que le mouvement peut surprendre. «Il y a toujours eu une volonté de contrôler le corps des femmes. Alors toute action vis-à-vis de ça est considérée comme malvenue», dit-elle.

Le SPM, un mythe?

Certes, plusieurs femmes ont des maux de ventre, ce n'est pas un mythe. Mais ceux-ci varient d'une femme à l'autre, d'un cycle à l'autre. Mais une mauvaise humeur liée au cycle menstruel? «Peut-être que les règles ont le dos large, avance Élise Thiébaut. C'est plutôt un stéréotype auquel on se conforme.»

Des cellules souches dans le sang menstruel

Pourquoi ne pas y avoir pensé avant? «Ce n'est pas si étonnant quand on y réfléchit, signale l'auteure, études scientifiques à l'appui. La muqueuse utérine est censée accueillir un embryon. Il n'y a rien d'étonnant à ce qu'il y ait des cellules souches là-dedans.» Si la recherche demeure ici embryonnaire («c'est très long, les recherches!»), reste que les possibilités sont plutôt prometteuses. De quoi redorer la réputation de ce sang tabou et malaimé? «C'est ce que je pense!»

____________________________________________________________________________

Ceci est mon sang - Petite histoire des règles, de celles qui les ont et de ceux qui les font. Élise Thiébaut. La Découverte, 242 pages.




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer