• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé > 
  • Enfants 
  • > Un «effet rebond» aux réactions allergiques des enfants, selon une étude 

Un «effet rebond» aux réactions allergiques des enfants, selon une étude

Environ 15 % des enfants qui subissent une anaphylaxie - une réaction... (PHOTO ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Helen Branswell
La Presse Canadienne
Toronto

Environ 15 % des enfants qui subissent une anaphylaxie - une réaction allergique grave - pourraient en développer une autre dans les heures qui suivent, selon une nouvelle étude ontarienne.

Les auteurs de la recherche, publiée dans le magazine scientifique Annals of Allergy, Asthma and Immunology, suggèrent d'ailleurs aux parents et aux médecins d'être aux aguets de ce type de réactions allergiques en deux temps.

Les enfants âgés de six à neuf ans qui ont besoin de plus qu'une dose d'épinéphrine ou qui ont tardé à recevoir le traitement lors de leur première réaction seraient plus susceptibles de développer ce que les experts appellent une anaphylaxie biphasique.

Les adultes peuvent aussi être affectés par ce type de réactions, mais seulement des enfants ont été examinés dans cette étude, qui est d'ailleurs l'une des plus approfondies sur le sujet.

Des chercheurs du Centre hospitalier pour enfants de l'est de l'Ontario ont examiné les dossiers médicaux de 484 enfants qui avaient été soignés pour des réactions allergiques à l'hôpital pour enfants malades de Toronto.

L'objectif de la recherche était de connaître l'étendue de l'anaphylaxie biphasique auprès de cette population et de découvrir si des enfants étaient plus à risque que d'autres d'en souffrir.

Ainsi, 71 enfants, ou 15 % des jeunes examinés dans le cadre de l'étude, ont subi une deuxième réaction allergique quelques heures après le premier choc. Dans les trois quarts des cas, la deuxième phase est survenue dans les six heures suivant la première.

«Le message-clé est: traitez une réaction allergique avec de l'épinéphrine et traitez-la tôt. Après, demandez de l'aide. C'est le message pour les parents», a expliqué le docteur Waleed Alqurashi, premier auteur de l'étude.

Le docteur Alqurashi affirme que les enfants, après la réaction initiale, devraient rester à l'urgence pour quelques heures au cas où ils en développeraient une autre. En revanche, ceux qui ont eu une réaction modérée et qui ont reçu les soins adéquats pourraient quitter.

Le médecin signale que les résultats de la recherche devraient être pris avec précaution, puisque de nouvelles études seront nécessaires pour confirmer les données.

Le docteur Alqurashi travaille actuellement avec des collègues sur une recherche «prospective» - ils examinent les patients dès qu'ils arrivent à l'hôpital et non après leur départ. Ces recherches sont généralement considérées plus fiables par les experts.

L'anaphylaxie est une réaction allergique grave souvent liée à la consommation d'aliments déclencheurs, tels que les arachides ou des fruits de mer, ou aux piqûres d'abeilles. Les gens touchés par ces allergies doivent toujours avoir en leur possession des doses d'épinéphrine, comme l'ÉpiPen ou le TwinJect.

L'anaphylaxie peut mener à une fermeture des voies respiratoires qui peut s'avérer fatale si elle n'est pas traitée.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer