Crèmes solaires: à quel écran se vouer?

Quelle crème solaire choisir? Doit-on opter pour un... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

Quelle crème solaire choisir? Doit-on opter pour un écran minéral ou chimique? La Presse s'est penchée sur la question.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On compte un nombre croissant d'écrans solaires minéraux en pharmacie. Ce type d'écran solaire est-il vraiment plus sécuritaire que les traditionnels filtres chimiques? Est-il aussi efficace? Et pourquoi est-il plus cher? Explications et suggestions de produits.

Chimique ou minéral?

Les ingrédients actifs dans les crèmes solaires existent sous deux formes: les traditionnels filtres «chimiques», composés de molécules organiques qui pénètrent dans la peau, et les filtres «minéraux» (oxyde de zinc ou dioxyde de titane), qui agissent comme une barrière à la surface de la peau. Lesquels choisir? Le tour de la question... en quatre questions.

Existe-t-il des écrans solaires dangereux?

«En général, toutes les crèmes solaires sont très sécuritaires, indique d'emblée le Dr Joël Claveau, dermatologue au CHU de Québec et spécialiste du mélanome. En pratique, on ne voit jamais personne s'intoxiquer aux écrans solaires.» Quelques patients vont présenter des allergies à certains ingrédients ou agents de conservation, mais c'est «très, très rare», «10 fois moins fréquent que l'allergie au soleil», indique le Dr Claveau.

Le pharmacien Olivier Bernard s'est penché sur la question des écrans solaires pour son blogue, Le Pharmachien. «Présentement, dit-il, on ne peut pas dire qu'il y a des ingrédients dangereux dans les écrans solaires.» En se basant sur les données scientifiques actuelles, il serait même «absurde», selon lui, d'affirmer une telle chose.

Que penser des craintes entourant certains ingrédients?

Des études de laboratoire menées sur des cellules et sur des animaux ont mis en évidence des «signaux» concernant certains ingrédients contenus dans les écrans solaires chimiques, explique Olivier Bernard.

«Il y a un signal, par exemple, que l'oxybenzone [un filtre solaire largement utilisé dans les écrans chimiques] a le potentiel d'être un perturbateur endocrinien, explique Olivier Bernard. Il y a un signal comme quoi les dérivés de la vitamine A [le palmitate de rétinyle] peuvent être cancérigènes. Mais un signal, ce n'est pas la même chose qu'un cancérigène connu ou qu'un perturbateur endocrinien connu.»

Le professeur Ariel Fenster, fondateur de l'Organisation pour la science et la société de l'Université McGill, souligne que plusieurs de ces études ont été faites dans des conditions «extrêmes», en soumettant les animaux à de très fortes doses. «Pas dans des conditions qui s'appliquent à l'humain.»

En cas de doute, vaut-il mieux s'abstenir?

Depuis 2007, l'Environmental Working Group (EWG) établit chaque année un guide d'achat des écrans solaires en passant en revue les ingrédients contenus dans quelque 750 produits offerts aux États-Unis. Et parmi les écrans solaires recommandés par l'organisation environnementale américaine, la très vaste majorité contient uniquement des filtres minéraux: on recommande même à la population d'éviter les écrans solaires contenant de l'oxybenzone. «Habituellement, écrit l'EWG sur son site internet, les écrans minéraux obtiennent de meilleures notes que les écrans chimiques sur le plan de la sécurité.»

Aux yeux de Louise Hénault-Ethier, chef des projets scientifiques à la Fondation David Suzuki, le principe de précaution devrait primer autant que possible lorsqu'on choisit un écran solaire. «Qu'on opte pour un écran chimique ou minéral, il faut le faire en tenant compte des recommandations les plus récentes sur le sujet», dit-elle.

«Si on a identifié un danger à une substance, même si on y est exposé très peu dans notre environnement, on ne sait jamais s'il peut y avoir une interaction avec une autre substance, poursuit Louise Hénault-Ethier. Une autre substance peut ne pas être hyper toxique, mais être présente dans ta pâte dentifrice, dans ta crème solaire, dans ton savon, dans ton détersif à lessive...»

Le principe de précaution - la tendance à éliminer une substance qui fait l'objet d'un doute - est souvent appliqué en Europe, souligne Olivier Bernard. «Ce n'est pas nécessairement la meilleure approche, en passant», estime le pharmacien, qui rappelle qu'on peut se tromper lorsqu'on prend des décisions en se basant sur de l'information incomplète.

L'écran solaire minéral est-il moins efficace?

En général, les écrans solaires chimiques offrent une couverture plus complète des rayons UV, si on se fie aux tests réalisés chaque année par le Consumer Reports, un mensuel américain.

Parmi les produits testés par Consumer Reports entre 2013 et 2016, 74 % des écrans solaires minéraux n'atteignaient pas le FPS indiqué sur l'étiquette, contre 42 % des écrans solaires chimiques. Les résultats des plus récents tests, publiés la semaine dernière, sont similaires : seuls 2 écrans solaires minéraux sur 17 atteignaient le FPS indiqué.

Soulignons que le FPS concerne le blocage des rayons UVB seulement; or, les rayons UVA augmentent aussi les risques de cancer. Sur ce plan, les écrans solaires minéraux font meilleure figure (5 écrans minéraux sur les 17 testés cette année avaient une «excellente» couverture des rayons UVA), mais encore là, les écrans chimiques demeurent plus performants.

Cela dit, la disponibilité des écrans solaires minéraux est en constant développement, tient à souligner le Dr Joël Claveau.

«Nous avons observé au cours des dernières années une plus grande variété d'écrans physiques [minéraux] avec des couvertures améliorées et des aspects cosmétiques améliorés», indique le Dr Joël Claveau. Les gens qui souffrent d'allergies et d'eczéma tolèrent en général mieux les écrans minéraux, ajoute-t-il.

Et que dire des nanoparticules?

Dans le monde des écrans solaires, un autre champ d'études intervient : celui des nanoparticules. Pour rendre leurs écrans solaires minéraux translucides lors de l'application, des fabricants utilisent l'oxyde de zinc et le dioxyde de titane sous forme de nanoparticules. Quelques études ont suggéré que les nanoparticules pourraient induire la formation de radicaux libres qui pourraient théoriquement pénétrer dans la peau et endommager les cellules. Des revues de la littérature sur le sujet ont toutefois conclu qu'il n'existe aucune preuve que les nanoparticules contenues dans les écrans solaires peuvent avoir une quelconque conséquence négative pour la santé humaine.

Des ingrédients à surveiller, selon l'Environmental Working Group (EWG)

Oxybenzone

Autres noms: benzophénone-3, 2-hydroxy-4-méthoxybenzophénone

Ce filtre UVB-UVA serait présent dans environ 70 % des écrans solaires vendus aux États-Unis. Des chercheurs qui ont fait mangé de l'oxybenzone à des rats pendant 21 jours ont noté qu'il pouvait avoir un potentiel de perturbateur endocrinien chez ces derniers. Ce potentiel a aussi été identifié dans des études in vitro (sur des cellules). 

Au Canada: sa concentration est limitée à 6 % dans les écrans solaires.

Cote de risque selon l'EWG: 8/10

Palmitate de rétinyle

Autres noms: acétate de rétinyle, linoléate de rétinyle, rétinol 

Ce dérivé de la vitamine A est ajouté aux écrans solaires dans le but de réduire le vieillissement de la peau. Une étude menée en 2012 par des scientifiques du gouvernement américain a montré que, lorsqu'elles étaient exposées à des rayons solaires synthétiques, les souris enduites de crème contenant du palmitate de rétinyle développaient plus de tumeurs, et plus rapidement. Soulignons que des revues de la littérature sur le sujet ont contesté ces résultats. 

Au Canada: sa concentration est limitée à 1,83 % dans les cosmétiques.

Cote de risque selon l'EWG: 9/10

Enzacamène

Autres noms: benzylidène camphre de 4-méthyle, 4-MBC

Ce filtre UVB est surtout utilisé en Europe - son utilisation comme ingrédient actif n'a d'ailleurs pas été approuvée aux États-Unis. Des chercheurs qui ont fait manger cette substance à des rats ont constaté qu'elle pouvait retarder la puberté des rats mâles et affecter le développement de leurs organes sexuels.

Au Canada: sa concentration est limitée à 4 % dans les écrans solaires.

Cote de risque selon l'EWG: 7/10

Octinoxate

Autres noms: salicylate de 2-éthylhexyle, salicylate d'octyle

Des études en laboratoire ont montré que ce filtre UVB avait un potentiel de perturbation endocrinienne (de faible à moyen) chez les rats qui en consommaient. Des cas d'allergie ont aussi été signalés.

Au Canada: sa concentration est limitée à 7,5 % dans les écrans solaires.

Cote de risque selon l'EWG: 6/10

Padimate-O

Autre nom: PABA d'octyle diméthyle

Le padimate-O est un dérivé du PABA, un filtre autrefois répandu dans les crèmes solaires, mais qui figure aujourd'hui sur la liste des ingrédients interdits dans les cosmétiques au Canada. Des études suggèrent que le padimate-O pourrait libérer des radicaux libres, avoir un potentiel de perturbateur endocrinien et provoquer des allergies chez certains. 

Au Canada: sa concentration est limitée à 8 % dans les écrans solaires.

Cote de risque selon l'EWG: 5/10

On compte un nombre croissant d'écrans... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Plus cher, le minéral?

Impossible de les louper: les crèmes solaires à écran minéral sont partout. Depuis deux ans, elles sont de plus en plus présentes sur les tablettes. En 2016, les écrans solaires minéraux occupaient 34 % du marché aux États-Unis, soit deux fois plus qu'en 2007, selon l'Environmental Working Group.

D'aucuns remarqueront le coût élevé des écrans minéraux. Est-ce que ces derniers sont plus chers à produire, ou est-ce un effet de la forte demande? «À mon avis, la raison est en partie légitime et en partie du marketing», avance Olivier Bernard, pharmacien et auteur du blogue Le Pharmachien.

Du côté des raisons légitimes: le fait que l'ajout de filtres minéraux rend les crèmes plus épaisses et blanches, et que les entreprises doivent donc investir davantage pour arriver à des formulations agréables pour les consommateurs. «Les fabricants risquent aussi de dire que le prix des matières premières est plus élevé, surtout pour l'oxyde de zinc et le dioxyde de titane "non nano"; c'est très possible, mais il faut se fier à la leur parole à ce sujet», ajoute M. Bernard.

Un argument auquel fait écho David Durand, directeur général de Bioderma et d'Esthederm au Canada et aux États-Unis et pharmacien de formation: «Les formules à base de particules minérales sont très chères à fabriquer, si on désire une crème agréable au niveau sensoriel, qui s'étend et s'enlève bien également. Ça coûte cher d'utiliser les bons tensioactifs, les bons émulgateurs, les bons ingrédients pour y arriver.»

Nathalie Pelletier, directrice scientifique de Jouviance, ne croit pas pour sa part que les écrans minéraux soient nécessairement plus chers.

«Il faut prendre en considération le positionnement de la marque sur le marché et les ingrédients actifs ajoutés aux formules, qu'elles soient minérales ou chimiques».

Par exemple les huiles de noix de coco, d'argan et de pépins de raisin que Jouviance a ajoutées dans son nouvel écran minéral pour le visage.

La raison moins «légitime»: le marketing. «Comme les écrans minéraux sont très populaires et à la mode, les compagnies profitent de cet engouement pour vendre leurs produits plus cher, en jouant sur des arguments de vente comme quoi ces produits sont plus sécuritaires, rassurants ou naturels», ajoute M. Bernard.

Cela dit, les entreprises ont aussi la latitude d'ajuster leur prix en réduisant leur marge de profit, comme le fait Bioderma, qui vend son Photoderm à écran minéral au même prix que son écran chimique, afin de le rendre plus accessible au consommateur qui désire ce type de produit, affirme M. Durand.

La conclusion? «Le prix d'un écran solaire n'est pas garant de sa qualité», lance le Pharmachien, qui recommande de choisir une crème mixte, contenant à la fois des écrans chimiques et minéraux. À méditer lors de votre prochaine sortie à la plage.

Différences de prix

Avène

Crème minérale FPS 50 (visage) (50 ml): 27,99 $

Haute protection émulsion FPS 40 (visage) (50 ml): 24,99 $

Bioderma

Photoderm Minéral FPS 50 (100 g): 28,99 $

Photoderm spray FPS 40 (200 ml): 28,89 $

Aveeno

Écran solaire minéral peau sensible FPS 50 (88 ml): 19,99 $

Écran solaire visage et corps FPS 45 (81 ml): 16,49 $




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer