• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > La cigarette électronique aiderait à arrêter de fumer, selon une étude 

La cigarette électronique aiderait à arrêter de fumer, selon une étude

La cigarette électronique pourrait avoir aidé quelque 18 000 fumeurs à cesser... (PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
PARIS

La cigarette électronique pourrait avoir aidé quelque 18 000 fumeurs à cesser de fumer l'an dernier en Angleterre, selon une étude publiée mercredi.

Toutefois, cette étude ne reposant pas sur un essai clinique, elle ne constitue pas une garantie d'un lien de cause à effet entre l'utilisation des cigarette électroniques délivrant de la nicotine et le nombre de personnes ayant cessé de fumer.

Des travaux précédents avaient contesté l'idée que la cigarette électronique est un substitut efficace du tabac. Certaines études allant jusqu'à soutenir qu'elle représente pour les adolescents une «porte d'entrée» à la dépendance aux cigarettes.

Mais une équipe de chercheurs dirigée par Emma Beard de Londres (University College London), ainsi que des experts non impliqués dans l'étude, évoquent de nouvelles preuves convaincantes que «vapoter» peut aider les fumeurs à arrêter.

«Les tentatives pour arrêter la cigarette ont davantage été couronnées de succès au moment où les cigarettes électroniques sont devenues populaires», commente Ann McNeill, une spécialiste des questions de dépendance au tabac au King College de Londres, qui n'a pas pris part à cette étude.

«À mon avis, les fumeurs qui luttent pour cesser de fumer devraient essayer toutes les méthodes possibles, y compris les e-cigarettes», ajoute-t-elle.

L'impact positif de la cigarette électronique est d'autant plus probable que, dans le même temps, le financement des programmes publics pour aider les fumeurs a été revu à la baisse en Angleterre, fait valoir l'étude.

Un peu moins d'un adulte sur cinq fume au Royaume-Uni. Les services publics proposent une aide à l'arrêt du tabac, incluant conseils et prescriptions, mais pas l'e-cigarette utilisée par 2,8 millions de personnes au Royaume-Uni.

L'étude suggère néanmoins qu'ils devraient peut-être le faire.

Les quelque 18 000 ex-fumeurs recensés en 2015 par cette étude représentent certes un chiffre «relativement faible» , mais médicalement «significatif compte tenu des énormes bénéfices pour la santé de l'arrêt du tabac», notent les auteurs dans leur étude parue dans le British Medical Journal (BMJ).

Une personne de 40 ans qui cesse de  fumer peut espérer vivre neuf ans de plus qu'un fumeur qui a toujours fumé au cours de sa vie, soulignent-ils.

Une baisse d'un point en 2015 par rapport à 2014 du pourcentage de fumeurs adultes «indique que quelque chose dans la politique de lutte contre le tabagisme au Royaume-Uni fonctionne», commente John Britton, directeur du Centre britannique des études sur le tabac et l'alcool dans le BMJ, estimant que la cigarette électronique est «probablement un contributeur majeur» à ce succès.

Un autre rapport sur les cigarettes électroniques, publié simultanément par la Cochrane Library, conclut également que ce dispositif électronique peut aider les fumeurs à se débarrasser du tabac. La revue Cochrane constate également, dans une mise à jour de ses conclusions de 2014, que l'utilisation de la cigarette électronique n'est pas associée à des effets secondaires indésirables graves.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer