• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Nouveautés dans le guide Mieux vivre avec notre enfant 

Nouveautés dans le guide Mieux vivre avec notre enfant

Mieux vivre avec son enfant de la grossesse... (PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR)

Agrandir

Mieux vivre avec son enfant de la grossesse à deux ans, publié par l'INSPQ.

PHOTO FOURNIE PAR L'ÉDITEUR

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'édition 2016 du guide pratique Mieux vivre avec notre enfant de la grossesse à deux ans, remis à tous les futurs parents lors du suivi prénatal, vient de paraître. Imprimée à 113 000 exemplaires, cette édition « contient de petites modifications qu'on se permet de faire pour rester à jour », explique Chantale Audet, rédactrice en chef du guide publié par l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ). En voici quelques exemples.

Pas d'oka ni de feta

Les fromages à pâte demi-fermes pasteurisés (Oka, Havarti, etc.) sont maintenant ciblés comme des fromages à éviter par les femmes enceintes, pour ne pas transmettre la listériose. « Les fromages bleus n'étaient pas mentionnés auparavant, mais ils font aussi partie des fromages qui sont déconseillés pendant la grossesse », indique Mme Audet. Autre changement : la feta est ajoutée à la liste des fromages non grata. « Le fait qu'elle soit un fromage à pâte molle n'allait pas de soi », observe la rédactrice en chef. Le fromage en grains gagne, quant à lui, la liste des choix plus sûrs. « Une maman qui contracte la listériose pendant la grossesse ne sera peut-être pas très souffrante, souligne Mme Audet. Mais il peut y avoir des conséquences graves pour le développement du foetus. »

Multivitamine à prendre

Il est désormais recommandé aux femmes enceintes ou qui souhaitent le devenir de prendre une multivitamine contenant au moins 0,4 mg d'acide folique. Jusqu'à maintenant, seul un supplément d'acide folique était conseillé. Cette modification « s'appuie sur de nouvelles recommandations de la Société des obstétriciens et gynécologues du Canada, explique Mme Audet. Santé Canada fait également cette suggestion ».

Contraception d'urgencePour ne pas avoir un autre bébé tout de suite, la nouvelle maman qui a eu une relation sexuelle mal ou non protégée peut avoir recours au stérilet au cuivre comme contraception d'urgence, « quel que soit le moment après l'accouchement ou la césarienne », précise le guide.

Le délai maximal pour qu'un médecin l'insère passe de cinq à sept jours après la relation sexuelle, puisque cette méthode est efficace pendant une semaine.

Pas de quantité de lait à téter

La ligne illustrant la quantité de lait moyenne dont le bébé allaité a besoin par jour a été retirée. « Pour les parents, l'idée, c'est vraiment d'apprendre à connaître leur enfant et d'y aller selon ses besoins, explique Mme Audet. Les bébés sont tellement différents les uns des autres, qu'on essaie de ne pas mettre d'information qui donne des balises précises. »

« Sinon, on s'aperçoit qu'il y a des parents qui suivent à la lettre certaines consignes, au détriment de la santé de l'enfant, poursuit-elle. Parfois, ils en donnent trop, d'autres fois, ils n'en donnent pas assez... Un bébé, ce n'est pas une recette. Ses besoins changent, d'un jour à l'autre. »

Pas automatiquement aux urgences

Jusqu'à cette année, le guide recommandait « de consulter de façon urgente si un enfant de 3 à 6 mois a une température rectale de 39 ºC ou plus ». L'édition 2016 précise plutôt : « Si votre bébé de moins de 6 mois fait de la fièvre, consultez Info-Santé ou votre médecin. Ils vous conseilleront sur la conduite à suivre. »

La décision de se rendre aux urgences doit être basée sur « l'état de l'enfant, plus que sur une balise très précise, indique Mme Audet. L'idée, c'est de ne pas envoyer les nourrissons trop vite aux urgences, ni trop tard ».

Sièges d'auto

« N'installez jamais un enfant âgé de 12 ans et moins à l'avant si votre véhicule est muni d'un coussin gonflable frontal du côté passager », avertit dorénavant le guide. S'il faut le faire en raison de « circonstances exceptionnelles », le mieux est de repousser au maximum le siège du passager vers l'arrière, pour réduire les risques de blessures en cas de déploiement du coussin.

Le Mieux vivre n'indique plus qu'il « n'est pas obligatoire d'utiliser un siège d'auto dans un taxi ». En cas d'urgence, il est néanmoins précisé qu'un bébé incapable de se tenir droit par lui-même peut être porté par son parent dans un taxi. L'adulte doit alors s'attacher « et tenir son enfant sur ses genoux ».

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer