• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Les entraînements par intervalles aident le coeur des ados 

Les entraînements par intervalles aident le coeur des ados

Les adolescents pourraient réduire leur risque de maladie... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Les adolescents pourraient réduire leur risque de maladie cardiaque en s'entraînant trois fois par semaine, à raison de 30 minutes par entraînement, en incluant le temps de repos.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Associated Press
MONTRÉAL

Les adolescents qui effectuent aussi peu que huit ou dix minutes d'entraînements par intervalles à haute intensité (HIIT) trois fois par semaine semblent réduire considérablement leur risque de maladie cardiaque.

Même les adolescents qui semblaient déjà en bonne santé ont témoigné d'une amélioration importante de certains marqueurs de leur santé cardiovasculaire, ont révélé des chercheurs de l'université britannique d'Exeter.

Actuellement, seulement 20% des adolescentes et 30% des adolescents effectueraient au moins une heure d'activité physique par jour, tel que recommandé par les responsables britanniques de la santé publique.

L'équipe du docteur Alan Barker avait précédemment démontré que les HIIT peuvent offrir plus de bienfaits pour la santé et être potentiellement plus plaisants, pour les adolescents, qu'une activité physique plus modérée.

La nouvelle découverte va encore plus loin, en établissant que seulement huit ou dix minutes de HIIT trois fois par semaine peuvent suffire. Cela signifie que les adolescents pourraient réduire leur risque de maladie cardiaque en s'entraînant trois fois par semaine, à raison de 30 minutes par entraînement, en incluant le temps de repos.

La quinzaine d'adolescents qui ont participé à l'expérience du docteur Baker ont tous connu une amélioration du fonctionnement de leurs vaisseaux sanguins et d'une capacité du cerveau à contrôler le rythme cardiaque. Ces améliorations se sont produites indépendamment d'autres marqueurs importants, comme la pression artérielle ou la glycémie.

Les conclusions de cette étude sont publiées dans le American Journal of Physiology: Heart and Circulation Physiology.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer