• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Consommé cru, le champignon Shiitaké peut être dangereux 

Consommé cru, le champignon Shiitaké peut être dangereux

Le Shiitaké ou encore champignon parfumé est un... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Le Shiitaké ou encore champignon parfumé est un champignon dont la culture est très répandue et que l'on retrouve fréquemment sous forme séchée ou dans des compléments alimentaires.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
PARIS

La consommation du champignon Shiitaké «à l'état cru» peut être dangereuse, avec un risque de «réaction toxique» sur la peau, met en garde la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) de France.

«La consommation de ce champignon à l'état cru ou insuffisamment cuit (...) peut engendrer des dermatites toxiques dites flagellaires  caractérisées par une éruption de petites lésions extrêmement prurigineuses sur l'ensemble du corps», avertit vendredi la DGCCRF dans un communiqué.

Cette réaction peut se produire, «quel que soit le mode de présentation du champignon»:  «frais, séché puis réhydraté dans l'eau, poudre ou infusion».

«Cette réaction toxique survient environ trois jours après la consommation de ce champignon et régresse le plus souvent en une quinzaine de jours sans traitement particulier», explique la DGCCRF, qui recommande de «faire cuire suffisamment» le champignon avant de le manger, «qu'il soit acheté frais, séché ou en poudre».

«Le Lentin du chêne (Lentinula edodes) communément appelé Lentin comestible, Shiitaké ou encore champignon parfumé est un champignon dont la culture est très répandue et que l'on retrouve fréquemment sous forme séchée ou dans des compléments alimentaires», rappelle la DGCCRF, qui a lancé l'avertissement dans un souci de «prévention» et non en raison d'une multiplication de cas.

Selon la DGCCRF, le Japon cultivait 94% du Shiitaké au niveau mondial dans les années 1970, avant d'être évincé par la Chine, qui produisait plus de 85% de la production mondiale à la fin des années 2000. La culture de ce champignon se développe désormais en France.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer