• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > É.-U.: les Hispaniques en meilleure santé que les Blancs 

É.-U.: les Hispaniques en meilleure santé que les Blancs

Le rapport n'a pas établi de comparaison de... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Le rapport n'a pas établi de comparaison de risque pour la santé avec d'autres minorités ethniques aux États-Unis, comme les Afro-américains.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
WASHINGTON

Les Hispaniques, minorité la plus importante aux États-Unis avec 17,7% de la population, sont généralement en meilleure santé que les Blancs non hispaniques malgré des obstacles socio-économiques importants, selon le premier rapport national des autorités sanitaires sur ce sujet publié mardi.

Les Hispaniques, en moyenne quinze ans plus jeunes que les Blancs américains, ont une espérance de vie deux ans plus élevée, et ce malgré le fait qu'ils soient beaucoup plus nombreux à vivre sous le seuil de pauvreté, à ne pas avoir fini leurs études secondaires et à être près de trois fois plus à ne pas avoir d'assurance maladie, précisent les Centres de contrôle et de prévention maladies (CDC).

Leur taux de mortalité de toute cause a été pendant la période de cette étude (2009-2013) 24% plus faible que chez les Blancs.

«Ce paradoxe» s'explique surtout par le fait que les Hispaniques fument moins, a indiqué lors d'une conférence de presse téléphonique le Dr Tom Frieden, le directeur des CDC.

Dans ces deux groupes ethniques, le cancer et les maladies cardio-vasculaires restent les deux principales causes de décès: 40% des Hispaniques meurent par exemple de l'une ou l'autre de ces maladies. Mais neuf des quinze premières maladies mortelles dans la population américaine ont beaucoup moins frappé les Hispaniques, selon les auteurs du rapport.

En revanche, ceux-ci ont eu un taux de décès nettement plus important que les Blancs quand il s'agit du diabète (+51%), des maladies hépatiques (+48%), de l'hypertension (+8%) et des homicides (+96%).

Les Hispaniques souffrent beaucoup plus souvent que les Blancs de diabète adulte (+133%) et d'obésité (+23%).

Le risque pour la santé peut varier selon différents sous-groupes: ainsi, les Portoricains sont 66% plus nombreux à fumer que les Mexicains.

Le rapport souligne également un risque plus élevé d'obésité (+30%), d'hypertension (+40%), de tabagisme (+72%), de maladies cardio-vasculaires (+89%) et de cancer (+93%) pour les Hispaniques nés aux États-Unis par rapport à ceux ayant vu le jour dans un autre pays avant d'immigrer.

La «malbouffe» aux États-Unis «a une grande part de responsabilité», a commenté devant la presse, le Dr Ken Dominguez, un épidémiologiste des CDC, principal auteur de l'étude.

«En évitant de fumer et en restant physiquement, les Hispaniques peuvent réduire le risque de ces maladies chroniques et d'autres pathologies comme le diabète», a souligné le Dr Frieden.

Le rapport n'a pas établi de comparaison de risque pour la santé avec d'autres minorités ethniques aux États-Unis, comme les Afro-américains.

Les Hispaniques sont la plus grande minorité raciale et ethnique aux États-Unis: ils sont à ce jour 57 millions et devraient être 85 millions d'ici 2035, soit un habitant du pays sur quatre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer