• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > Les virus des gastros peuvent se propager par voie aérienne 

Les virus des gastros peuvent se propager par voie aérienne

Le mode de propagation par voie aérienne pourrait notamment... (PHOTOS.COM)

Agrandir

Le mode de propagation par voie aérienne pourrait notamment expliquer pourquoi les éclosions de gastroentérite sont si difficiles à contenir.

PHOTOS.COM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Un type de virus responsable de la moitié des gastroentérites peut se transmettre par voie aérienne sur plusieurs mètres, selon une nouvelle étude de l'Université Laval. Si les résultats sont confirmés, cela signifie que concierges dans les écoles devraient porter des masques respiratoires pour nettoyer les tracées laissées par les enfants souffrant de cette maladie.

« Si les autres études que nous faisons sur le sujet confirment que les novovirus peuvent se transmettre par voie aérienne, il faudra que les préventionnistes réfléchissent aux mesures que doivent prendre les gens qui sont en contact avec le vomi et les excréments des gens infectés », explique Caroline Duchaine, l'auteure principale de l'étude publiée dans la revue Clinical Infectious Diseases. « Dans les hôpitaux, les gens portent déjà des masques, mais pas dans d'autres milieux, comme les écoles. On pourra également penser à des filtres pour réduire les risques de transmission. »

Les chercheurs de l'Université Laval ont utilisé une trousse d'appareils de mesures de bioaérosols « unique au monde » pour détecter des novovirus dans l'air de six des huit hôpitaux québécois étudiés - jusqu'à plusieurs mètres de distance. Le novovirus était présent dans l'air de la moitié des chambres de patients atteints de gastro, plus du tiers des corridors attenants et la moitié des postes d'infirmières. Les concentrations de virus allaient de 13 à 2350 par mètre cube d'air, alors que le seuil de contamination est d'une vingtaine de norovirus.

Mme Duchaine et ses collègues ont aussi utilisé un modèle animal de novovirus pour s'assurer qu'il est vivant quand il est dans les airs. « Beaucoup de virus meurent quand ils sont dans les airs, mais celui qui est responsable de la gastroentérite de la souris résiste très bien à ce stress, dit Mme Duchaine. Nous pensons que ça sera la même chose pour le novovirus humaine. » Des tests à cet effet sont actuellement en préparation dans une chambre d'analyse construite spécifiquement pour les études sur les bioaérosols.

La transmission de la gastroentérite est mal connue. En 2012, une méta-analyse publiée dans la revue Epidemiology and Infection concluait que 18% des cas sont dus à une transmission directe de personne à personne (par exemple un parent qui embrasse son enfant) et 4% à une transmission alimentaire (boire dans le verre de son frère infecté); le mode de transmission était inconnu dans les autres cas (78%).

« Certaines études épidémiologiques semblaient pointer vers une transmission aérienne, dit Mme Duchaine. Par exemple, des enfants qui tombent malades après qu'un camarade de classe vomisse en classe et dont on sait qu'ils n'ont pas eu d'interactions physiques avec l'enfant malade. Ou alors, la même situation dans un restaurant. Des millions de novovirus sont aérosolisés lors d'un vomissement. Nous avons décidé d'en avoir le coeur net. »

Même si les chercheurs déterminent que le novovirus reste vivant même dans les airs, cela ne signifiera pas qu'il s'agit du mode de transmission dominant, prévient Mme Duchaine.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer