• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Santé 
  • > La pneumonie menant à l'hospitalisation augmente le risque de crise cardiaque 

La pneumonie menant à l'hospitalisation augmente le risque de crise cardiaque

.La raison de cette corrélation n'est pas connue,... (Photothèque La Presse)

Agrandir

.La raison de cette corrélation n'est pas connue, bien que d'autres infections entraînent ce risque.

Photothèque La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Helen Branswell
La Presse Canadienne
TORONTO

Les personnes âgées qui développent une pneumonie assez grave pour qu'ils soient hospitalisés présentent un risque plus élevé de crise cardiaque, d'accident vasculaire cérébral ou de mourir d'un problème cardiaque, démontre une étude.

Pour les adultes de 65 ans et plus, ce risque est plus élevé dans l'année suivant la pneumonie, mais le risque demeure présent durant dix ans.

Dans les 30 premiers jours, en fait, le risque de faire une crise cardiaque est quatre fois plus élevé que chez les gens qui ne sont pas hospitalisés pour leur pneumonie.

Chez les autres adultes, le risque est également élevé, mais pas autant que chez les 65 ans et plus, et le risque semble revenir à la normale après deux ans, dit l'étude publiée dans la revue de l'association médicale américaine.

Selon l'auteur principal, le docteur Vicente Corrales-Medina de l'hôpital d'Ottawa, les gens qui ont été hospitalisés pour une pneumonie devraient être avertis de ce risque accru de maladies cardiaques et prendre les mesures nécessaires pour les prévenir. Ils devraient aussi s'assurer que leur pression sanguine, leur niveau de cholestérol et d'autres facteurs de risque sont bien contrôlés.

La raison de cette corrélation n'est pas connue, bien que d'autres infections entraînent ce risque.

Jacob Udell, un cardiologue qui étudie les effets de l'influenza sur le risque de maladie cardiaque, affirme que ces conclusions devraient alerter les médecins.

«Ce devrait être un signal d'alarme pour quiconque croit que ces événements sont simplement des incidents à court terme qui n'ont pas d'effets à long terme», a-t-il expliqué. Le docteur Udell, qui ne faisait pas partie de l'étude, travaille à l'hôpital Women's College de Toronto.

Le docteur Corrales-Medina conseille aux médecins et aux patients de 65 ans et plus de prendre toutes les mesures possibles pour prévenir la pneumonie. Le corps médical devrait s'assurer que ces individus reçoivent un vaccin pneumococcique, qui protège de la bactérie Streptococcus pneumoniae, l'une de celles qui causent la pneumonie. Le vaccin annuel contre la grippe est aussi recommandé, dit-il, puisque l'influenza peut évoluer en pneumonie, particulièrement chez les personnes âgées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer