Grippe: le vaccin moins efficace que d'habitude

Cette année, le virus de la grippe s'est... (Photo Digital/Thinkstock)

Agrandir

Cette année, le virus de la grippe s'est modifié sur le plan génétique depuis l'été, ce qui explique que le vaccin est moins efficace.

Photo Digital/Thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

La saison de la grippe au Québec s'annonce intense, mais le vaccin s'avère moins efficace que d'habitude. Raison de plus, selon des médecins en santé publique, de réinventer le vaccin de la grippe pour le rendre plus durable et plus efficace.

Pourquoi le vaccin contre l'influenza confère-t-il une protection d'un an seulement, contrairement à d'autres, qui protègent de certaines maladies pendant 5 ou 10 ans? Et pourquoi son efficacité ne dépasse-t-elle pas 50% dans la population à risque?

Ces questions font l'objet d'un débat dans le monde médical aux États-Unis. Des médecins en santé publique, dont ceux de l'Université du Minnesota, jugent que le statu quo n'est plus tolérable: les fabricants du vaccin contre la grippe, disent-ils, doivent dès maintenant mettre au point une nouvelle génération de vaccins qui protégeront la population à plus long terme, plus efficacement et contre des souches multiples du virus de la grippe.

Ce débat acquiert une résonance particulière cette année alors que la mouture 2014-2015 du vaccin saisonnier contre la grippe s'avère moins efficace que d'habitude, selon les données préliminaires recueillies aux États-Unis.

«En temps normal, le vaccin contre la grippe offre une protection de 70% à 80% chez les gens en bonne santé, et de 30% à 50% chez les personnes âgées, malades ou ayant un système immunitaire affaibli», indique le Dr Karl Weiss, chef du service des maladies infectieuses et de microbiologie médicale à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont.

«Cette année, l'efficacité sera peut-être de 20 %. C'est mieux que zéro, mais c'est sûr que ce n'est pas très bon.

»

Dr Karl Weiss
chef du service des maladies infectieuses et de microbiologie médicale à l'hôpital Maisonneuve-Rosemont

Un autre facteur risque de compliquer la donne, cette année. Au Québec, la saison de la grippe a commencé au début du mois de novembre, environ un mois plus tôt qu'à l'habitude. «On pense que ce sera une saison intense», a dit à La Presse Horacio Arruda, directeur de la Protection de la santé publique au ministère de la Santé et des Services sociaux.

Vers un vaccin plus efficace?

Or, l'industrie pharmaceutique aurait la capacité de créer et de mettre sur le marché un vaccin innovateur, selon le Centre de recherche et de politique sur les maladies infectieuses de l'Université du Minnesota (CIDRAP), qui a récemment publié une analyse exhaustive sur le sujet.

Le vaccin actuel, écrivent-ils, n'a pas beaucoup changé depuis son autorisation, en 1968. En plus de devoir être administré chaque année, il offre une protection plus faible que la plupart des vaccins de routine recommandés. «Est-ce qu'on pourrait faire mieux?», demande le Dr Karl Weiss, qui rappelle l'ampleur du défi que représente chaque année la vaccination.

Le vaccin saisonnier est reformulé chaque année pour l'adapter aux mutations mineures des trois souches du virus qui circulent (B, H1N1 et H3N2). Un vaccin qui aurait une durée de protection de 5 ou 10 ans pourrait-il protéger contre ces mutations?

«Certains disent qu'il faut mettre au point des technologies grâce auxquelles on pourrait trouver des régions très conservées du virus, qui permettraient d'avoir des anticorps protecteurs contre un plus grand nombre d'espèces de virus de l'influenza.»

Dr Karl Weiss

Mais encore faut-il vouloir investir dans ces nouvelles technologies. L'un des obstacles à la création de vaccins innovateurs demeure le manque d'intérêt des entreprises pharmaceutiques, selon l'équipe du CIDRAP. La mise en marché d'un nouveau vaccin demande jusqu'à 15 ans et peut coûter 1 milliard de dollars. C'est un important risque financier.

«Le vaccin actuel contre la grippe est peut-être un «no-brainer» pour les compagnies, illustre le Dr Weiss. On le fabrique chaque année et on le vend à des millions d'exemplaires.»

La volonté, selon le CIDRAP, doit être politique.

Un vaccin moins efficace

Les autorités conçoivent le vaccin saisonnier pendant l'été en se basant sur la souche qui circule dans l'hémisphère Sud. Cette année, le virus s'est modifié sur le plan génétique depuis l'été, ce qui explique que le vaccin est moins efficace. Contrairement à une pandémie, où on assiste à l'émergence d'un nouveau virus, la souche reste la même. «La serrure est la même, mais la clé entre plus difficilement», explique Horacio Arruda, qui souligne que le vaccin conserve une certaine efficacité malgré tout. Le vaccin pourrait en outre réduire le risque de complications découlant de la grippe.

Mesures à adopter

  • Faites-vous vacciner. La vaccination demeure la meilleure façon de vous protéger et de protéger les autres.
  • Gardez toujours vos mains propres.
  • Suivez les conseils pour tousser ou éternuer sans contaminer.
  • Évitez de vous toucher le nez, les yeux et la bouche, portes d'entrée pour les virus et les bactéries.
  • Évitez les contacts avec les personnes malades, qui pourraient être contagieuses.
  • Prenez l'habitude de nettoyer régulièrement votre environnement et les appareils sanitaires que vous utilisez.

- Source: ministère de la Santé

Principaux symptômes de la grippe

  • douleurs musculaires ;
  • fatigue ;
  • fièvre soudaine, entre 38 °C et 40 °C (100,4 °F et 104 °F) ;
  • malaise généralisé important qui dure plusieurs jours ;
  • toux ;
  • maux de tête ;
  • gorge irritée ou douleur à la gorge.

- Source: ministère de la Santé

Quoi faire?

Vous présentez des symptômes de la grippe? Vous songez à consulter? Le ministère de la Santé et des Services sociaux propose une marche à suivre.

Consultez la marche à suivre du ministère: http://publications.msss.gouv.qc.ca

Un modèle pour prédire l'apogée de la grippe

Des experts en santé publique de l'Université Columbia, à New York, ont mis sur pied un modèle pour prédire à quel moment la grippe atteindra son apogée dans les principales villes américaines. L'équipe, qui a gagné un concours organisé par les centres pour le contrôle et la prévention des maladies, a utilisé une formule mathématique semblable à celle utilisée pour les prévisions météorologiques.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer