Le soleil bon pour le coeur

Les programmes de prévention du cancer de la peau pourraient augmenter le... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, ARCHIVES LA PRESSE

Les programmes de prévention du cancer de la peau pourraient augmenter le risque de maladie cardiovasculaire parce qu'ils prônent une diminution de l'exposition au soleil, selon une nouvelle étude britannique publiée vendredi dans le Journal of Investigative Dermatology.

«Plusieurs études ont montré qu'il semble y avoir un lien entre l'exposition au soleil et les cardiopathies», explique l'auteur principal de l'étude, Martin Feelisch de l'Université de Warwick en Angleterre. «Nous avons voulu voir si l'exposition aux rayons UVA du soleil diminue la pression sanguine, pour comprendre le mécanisme en jeu.»

Les auteurs ont exposé 24 cobayes à une faible dose d'UVA, environ 10 % de la dose quotidienne en Angleterre. Leur pression sanguine a diminué de 7 %. «Nous n'avons pas voulu spéculer sur le nombre de décès ou de maladies cardiovasculaires possiblement liés à l'exposition au soleil, dit le pharmacologiste de Warwick. Mais une importante étude danoise a noté l'an dernier une diminution de 20 % du risque d'infarctus chez les gens qui prennent beaucoup de soleil. Et une petite étude australienne avait recensé deux fois plus de mortalité chez les gens qui se mettaient beaucoup de crème solaire.»

Études préliminaires

À l'Université McGill, la dermatologue Beatrice Wang a prévenu que l'étude du Dr Feelisch, quoique «très intéressante», est trop préliminaire pour changer les recommandations.

Le cancer de la peau au Canada

1,3 %
Pourcentage des morts par cancer qui sont dus au cancer de la peau

Source: Société canadienne du cancer

Même son de cloche à l'Institut de cardiologie, où le Dr Éric Poulin pense que des suppléments alimentaires de vitamine D3 peuvent compenser l'exposition au soleil. La vitamine D abaisse la pression sanguine par deux mécanismes biologiques, notamment l'inflammation des parois des vaisseaux sanguins, explique-t-il.

«Il faudrait prendre un apport, surtout durant la saison hivernale, dit le Dr Poulin. Il est rare qu'on puisse compenser seulement par l'alimentation normale. Il faut l'équivalent de 1000 unités de vitamine D3 par jour. Il est à la mode, chez les médecins de famille actuellement, de prescrire 10 000 unités une fois par semaine.» La vitamine D2, elle, ne peut compenser l'absence de soleil.

Martin Feelisch de l'Université de Warwick prévient que les patients les plus à risque, par exemple ceux qui maîtrisent déjà mal leur hypertension, sont souvent ceux qui auront de la difficulté à s'astreindre à prendre des suppléments alimentaires régulièrement. «On tente de changer, et on a déjà en partie réussi, les habitudes de la population envers le soleil, dit le Dr Feelisch. Il faut en savoir plus pour doser les recommandations officielles et trouver le meilleur équilibre entre les risques de cancer de la peau et de cardiopathies.»

Facteurs de risque*

Surpoids

IMC entre 27 et 30: 18 % plus de risque d'hypertension

Obésité

IMC plus grand que 30: 48 % plus de risque d'hypertension

Génétique

Les deux parents faisaient de l'hypertension: 520 % plus de risque d'hypertension

Alcool

Boire en dehors des repas: 41 % plus de risque d'hypertension

Tabagisme

Plus de 15 cigarettes par jour: 10 % plus de risque d'hypertension

* Les populations pour chaque facteur sont différentes. L'IMC est l'indice de masse corporelle (le poids divisé par la taille au carré).

Sources: Lancet 2013, JID 2014, JAMA 2008, JACC 2007




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer