À la santé de... Danny St-Pierre

Danny St-Pierre... (Photo Maxime Picard, La Presse)

Agrandir

Danny St-Pierre

Photo Maxime Picard, La Presse

Partager

Iris Gagnon-Paradis
La Presse

Il est à la barre des restaurants Auguste et Chez Augustine, à Sherbrooke. On l'a vu à la télévision dans Ma caravane au Canada et il prépare actuellement un livre de recettes pratico-pratiques qui sera publié aux Éditions La Presse cet automne. Bon vivant et épicurien, le chef Danny St-Pierre a dû se rendre à l'évidence il y a quelques années : pour continuer à profiter des plaisirs de la vie, il devait se mettre à l'exercice. Quoi de mieux qu'un entraîneur privé pour y parvenir

Pourquoi avoir décidé de vous remettre en forme ?

Dans la vie, je mange, je bois, je fête ! Il y a trois ans, j'ai eu une prise de conscience: je pesais 200 livres, pas de musculature, avec une grosse bedaine À 33 ans, ça n'avait pas d'allure! Pour pouvoir supporter mon mode de vie, je devais me mettre à l'exercice.

Pourquoi un entraîneur privé ?

Je voulais avoir un rendez-vous fixe; autrement, je n'irais pas au gym par moi-même. Mon entraîneur, Samuel Plouffe, me suit depuis deux ans: on fait des entraînements spécifiques avec des objectifs. Avec mon métier, je travaille beaucoup à «flipper» des poêles qui pèsent de 10 à 15 livres, et je m'étais abîmé les rotateurs d'épaules on les a reconstruits. Autre exemple: j'ai commencé à courir et Samuel m'a montré la bonne technique pour le faire comme il faut, sans me blesser.

Quels types d'exercices faites-vous, et où?

Nous allons dans un gym ici, à Sherbrooke. Mon entraînement est varié: je peux faire des anneaux, des machines, de l'entraînement de course, du cross-fit

À quelle fréquence faites-vous de l'exercice ?

Chaque semaine, j'essaie de faire trois entraînements de 60 minutes avec mon coach et deux activités de cardio, comme le vélo ou la course l'été et le ski de fond l'hiver.

Quelle est votre relation avec la nourriture ?

Je suis un hédoniste et ma relation avec la nourriture est reliée au plaisir. Si je mange quelque chose de bon, je ne m'arrêterai pas! Je n'ai donc pas le choix de m'entraîner si je veux maintenir ma vie festive, sans tomber dans l'abus, bien sûr.

Complétez la phrase : Pour moi, être en santé, c'est...

Ne pas être limité dans mes activités. Pouvoir faire tout ce que je veux, quand je veux.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600172:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer