Restos: bienvenue aux groupes, mais...

Le chef du M.Mme, Stelio Perombelon, indique qu'en... (Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse)

Agrandir

Le chef du M.Mme, Stelio Perombelon, indique qu'en ouvrant son nouveau restaurant, il voulait « offrir un bel endroit pour sortir en groupe et bien manger, qu'on soit une table de six ou un grand groupe ».

Photo Olivier PontBriand, Archives La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

C'est le 30e anniversaire de votre meilleure amie ou la fête de retraite de votre père. « Facile ! Allons fêter ça au resto », vous dites-vous naïvement avant de dresser la longue liste des convives. Quelques appels plus tard, vous commencez à avoir mal à la tête.

Un restaurant vous a proposé un menu de groupe à 150 $, un autre vous demande de signer un contrat, un gérant vous explique que vous devez promettre un « revenu minimum garanti » par personne, un établissement vous a même demandé des milliers de dollars simplement pour réserver l'endroit.

Le problème des « no-shows », c'est-à-dire des personnes qui réservent sans se présenter, est l'un des plus grands fléaux en restauration. Dans le cas d'un groupe, c'est une catastrophe. C'est pourquoi de nombreux restaurateurs ont commencé à instaurer des mesures pour tenter de se protéger. Au bout du compte, expliquent de nombreux restaurateurs, la formule doit être gagnant-gagnant.

Le copropriétaire du restaurant Kitchen Galerie Mathieu Cloutier adore recevoir des groupes, car l'ambiance est toujours à la fête, mais il a déjà vécu de très mauvaises expériences.

« La pire, pire, pire expérience que j'ai eue, c'était le vendredi avant Noël il y a trois ans. Nous attendions un groupe qui avait réservé le restaurant pour un party de bureau. On avait confectionné un menu juste pour eux. Quand ils ne se sont pas présentés, le maître d'hôtel a téléphoné à l'employé qui avait fait la réservation et il a carrément raccroché. On a essayé de rappeler, sans réponse. J'ai alors appelé avec mon cellulaire pour changer le numéro sur l'afficheur, lorsque la personne a répondu, elle a juste dit : "On a décidé d'aller ailleurs." Pourtant, on s'était échangé des emails, on s'était même rencontrés en personne ! »

Puisque le Kitchen Galerie s'apprêtait à fermer pour les Fêtes, il était impossible de récupérer la nourriture les jours suivants. « On s'est fait un party de Noël et on a apporté les restes dans nos familles. Reste que ça m'est vraiment resté de travers. »

SANS LIMITES

Malgré ses mésaventures, Mathieu Cloutier ne demande pas de dépôt. Le prix du menu de groupe est fixé selon l'historique des recettes le soir de la réservation. Peu importe le resto, le temps des Fêtes est généralement le moment le plus achalandé et le début de la semaine, le temps le plus creux.

« Un menu de groupe, ça peut aller de 20 $ à "sky is the limit". Je dis toujours aux gens : "Venez jaser avec nous de ce que vous voulez, je vous offre la bière !" Tout est possible, mais c'est sûr qu'à 20 $ par personne, il n'y aura pas d'huîtres et de foie gras », dit Mathieu Cloutier, copropriétaire du restaurant Kitchen Galerie.

Au groupe MTL Cuisine, qui chapeaute des restaurants comme Les 400 Coups, le Helena, le Tapas 24 ou le Nolana, on ne demande pas de frais de réservation ou de dépôt, mais dès que le groupe excède 15 personnes, un contrat de réservation qui inclut une garantie minimum en termes de revenus doit être signé au préalable.

« Le but, c'est d'être le plus transparent possible, un client sérieux n'a habituellement aucun problème avec ça », explique Ann-Sophie Perigny Michel, gérante d'événements.

Ce prix plancher est aussi déterminé selon l'historique des revenus à la date choisie.

Les organisateurs doivent-ils souvent débourser de leur poche lorsque leurs convives sont chiches ? « Pour être honnête, c'est extrêmement rare. La dernière fois que c'est arrivé, c'était il y a un an et demi. D'habitude, on ne demande pas une somme, on va par exemple aller voir l'organisateur pour lui dire où on est rendus et on leur offre, par exemple, d'acheter une bouteille de champagne pour arriver au montant entendu. »

Au restaurant Chez Victoire, on exige un dépôt par personne. « Les gens qui sont réticents sont ceux qui ne sont pas sûrs de leur gang », souligne Sindie Goineau, sommelière et copropriétaire.

Selon son expérience, la formule de groupe est très populaire, le restaurant en accueille tous les week-ends dans son espace de 50 places réservé à cette fin sur la mezzanine. 

« Quand on a ouvert le Victoire, c'était important d'avoir une salle privée, ça a vraiment influencé notre choix de local. Quand les gens viennent en groupe, c'est toujours une ambiance le fun, les gens sont heureux de se voir », dit Sindie Goineau, copropriétaire du restaurant Chez Victoire.

Même son de cloche pour le chef Stelio Perombelon qui explique qu'on a pensé aux groupes en concevant le plan d'affaires pour son nouveau restaurant, M.Mme. Les deux salles privées au sous-sol ont leur propre cuisine. Du matériel audiovisuel, le WiFi et l'Apple TV sont par ailleurs mis à la disposition des clients pour les événements d'entreprise, dit-il.

« Si on ouvre un resto classique et qu'on attend que les gens se pointent, il y aura beaucoup, beaucoup de compétition. Nous, notre but, c'est logique, on veut offrir un bel endroit pour sortir en groupe et bien manger, qu'on soit une table de six ou un grand groupe. On est capables d'offrir un menu à peu près semblable, parce qu'on est tous allés dans des salles de réception où le menu est un peu plate », dit-il.

Suggestions de restaurants qui accueillent des groupes

TAPAS 24

Formule conviviale de plats à partager. La mezzanine peut accueillir jusqu'à 50 personnes assises ou 70 personnes pour un cocktail dînatoire. Les deux étages peuvent être loués pour 100 personnes assises ou 250 personnes debout. Menus de groupe : de 35 à 80 $. Une garantie de revenus minimums est exigée. Le Tapas snack-bar 24, un local adjacent qui offre 40 places assises, peut aussi être réservé. Un minimum de revenus garantis de 1500 $ est exigé.

420, rue Notre-Dame Ouest

M.MME

Un bar à vin dans un beau décor. Deux salles privées : 18 places assises ou 50 places assises. Possibilité d'organiser une soirée accords mets-vin. Différentes formules de groupe offertes de 60 $ à 85 $. Dépôt exigé.

240, avenue Laurier Ouest

THAZARD

Ce restaurant japonais du Mile End a une salle privée à l'arrière. Idéal pour les groupes qui ne veulent pas vivre une soirée trop guindée. Capacité de 15 à 30 personnes. Menu de groupe de 30 à 45 $. Pas de dépôt.

5329, boulevard Saint-Laurent

HELENA

Un choix haut de gamme pour ceux qui veulent bien manger. La salle privée peut accueillir jusqu'à 32 invités assis. Le restaurant en entier a une capacité de 110 personnes. Midi : menu de groupe à 30 $. Soir : choix de six menus de groupe allant de 60 $ à 175 $. Formule cocktail dînatoire à 55 $. Une garantie de revenus minimums est exigée.

438, rue McGill

GRUMMAN 78

Pour les amateurs de tacos. Ambiance festive. Ce grand espace peut accueillir de grands groupes. Menu de groupe à 34 $ qui comprend deux entrées, trois types de tacos à assembler soi-même et un dessert. Il y a cependant deux services, à 19 h et à 21 h.

630, rue De Courcelle

BISTRO LUSTUCRU

Si vous aimez manger cru. La mezzanine peut accueillir jusqu'à 33 personnes assises. Le menu de groupe, à 40 $ pour 3 services, n'est pas obligatoire. On peut aussi commander à la carte. La planche à 125 $, qui comprend tartares, ceviche, carpaccios et gravlax, se partage agréablement à deux ou à trois ou comme entrée de groupe. Pas de dépôt.

5159, avenue du Parc

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer