Du nouveau chez Accords

Il manquait une cuisine précise qu'on attendait d'un... (PHOTOS OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE)

Agrandir

Il manquait une cuisine précise qu'on attendait d'un resto comme Accords. C'est chose faite.

PHOTOS OLIVIER PONTBRIAND LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Il y a maintenant plusieurs années que l'équipe formée par l'animateur humoriste Guy A. Lepage, la comédienne Chantal Fontaine et l'homme d'affaires Jean Des Rosiers a acheté l'espace du Vieux-Montréal occupé jadis par le Cépage - lieu mythique de belles pierres d'une autre époque où se tenait jadis, notamment, l'auteur Mordecai Richler - pour en faire un restaurant spécialisé en vins.

Installé dans un sous-sol, avec accès à une magnifique cour intérieure minérale à l'européenne pour mangeral fresco dès le retour des beaux jours, le restaurant s'est rapidement imposé comme destination pour les amateurs de bons crus.

Les trois coéquipiers sont de grands dégustateurs de vins. Et ça paraît. Peu importe les prix, les bouteilles sont toujours bien choisies.

Ce qui a toujours été le maillon le plus faible de ce restaurant, c'est l'assiette. Le printemps dernier, cependant, Accords a décidé d'aller chercher un chef qui s'était démarqué lors de son passage à Bar&Boeuf puis chez Racine, Simon Mathys.

Et c'est ce qui manquait. Accords a pris un nouvel envol.

C'est, actuellement, un de mes coups de coeur montréalais.

Ne reste qu'à peaufiner la trame sonore pour plaire au style de gourmets qui vont là pour bien manger et déguster des vins fins - parce que Lil Wayne et Gros Manseng ou Bruno Mars et Brunello, pas sûre... - et hop! nous aurons là la terrasse la plus romantique en ville.

La cuisine de Simon Mathys est charmante et elle l'est encore plus lorsqu'elle est appuyée par les accords du sommelier Gabriel Gallant, un ancien du Toqué!, un nouveau lui aussi chez Accords.

Pour bien prendre connaissance de la cuisine du nouveau venu, on prend le menu du jour dicté par le chef, le menu carte blanche. Les plats arrivent donc sans être annoncés. On peut choisir de les accompagner d'une série de vins sélectionnés par Gallant.

On commence ainsi l'aventure par une assiette d'asperges vertes du Québec, servies avec une vinaigrette de salicorne, sur une crème fumée. D'entrée de jeu, on est bouleversé par la rencontre de la verdure croquante aux tons légèrement métalliques avec le sel de la salicorne et les notes onctueusement torréfiées de la crème. La combinaison marche à merveille.

Vient ensuite un plat de homard, tout en délicatesse, qui s'articule autour d'oignons verts braisés, de pois de mer, d'une émulsion au citron et d'un beurre à la ciboulette qu'on râpe joliment sur le plat juste avant de servir, les copeaux fondant dans la minute. Et comme il y a des allergies aux crustacés autour de la table, on découvre une solution de rechange, un plat de truite particulièrement délicate, présentée avec purée de chou-fleur et lamelles ultraminces du même légume. La composition est tout en subtilité, avec juste assez de moelleux et de frais craquant pour charpenter chaque bouchée.

Ce menu, offert pour 45$, se poursuit avec un autre plat de poisson, cette fois de la morue que l'on sert avec, entres autres choses, du jus de boeuf. Le surf and turf rend l'accord mets et vin complexe - on nous sert un vin naturel légèrement oxydé qui tombe pile - mais le plat, lui, passe à travers cette rencontre dans la plus grande élégance, notamment grâce une purée de brocoli bien dense.

Le quatrième service ouvre la porte à la viande, de l'agneau particulièrement tendre et rose, servi avec du persil frit et une très fine purée de panais. Si on n'était pas déjà rassasié, là, on le devient.

Pour le dessert, on poursuit dans les créations inusitées, avec une combinaison galette de maïs, fraises et tomates cerises, qui n'a pas la magie que l'on anticipe en entendant une description aussi surprenante. En fait, le dessert goûte cela: du maïs, des fraises, des tomates, et le tout n'est pas plus fort que la somme des éléments. La combinaison chocolat, bleuets et café du second dessert marche mieux et d'un point de vue technique, aussi, ce plat est plus abouti, avec sa fine ganache et sa tuile diaphane.

Accords, resto bar à vin

212, rue Notre-Dame Ouest

Montréal

514 282-2020

> Prix: Le menu à quatre services est à 45$, et on peut ajouter un accord de vin à 30$. Le menu du soir compte, sinon, des plats de tailles tapas entre 13 et 21$.

> Carte de vins: Riche, remplie de crus naturels, bien expliquée par le sommelier. Une des belles caves en ville.

> Service: Courtois et efficace

> Atmosphère: La terrasse est hyper romantique, tout en pierre, doucement illuminée le soir, avec des tables sous la porte-cochère qui avance vers la rue. La musique est étrangement forte et rythmée pour cette ambiance. Pas certaine que cela convienne à la clientèle quand même adulte qui fréquente les lieux...

(+) La terrasse, la cuisine magnifique, les vins

(-) La musique et la décoration extérieure, notamment, qui pourrait être juste un brin actualisée.

On y retourne? C'est sûr.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer