Deux adresses asiatiques pour se réchauffer

Chez Sammi et Soupe, on peut regarder les... (Photo François Roy, La Presse)

Agrandir

Chez Sammi et Soupe, on peut regarder les cuisinières à l'oeuvre derrière une vitre. On peut prendre le temps de découvrir leurs trucs. Comment font-elles pour mettre la soupe dans le dumpling?

Photo François Roy, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Nous sommes actuellement plongés, j'en suis convaincue, dans la période la plus navrante de l'année - le froid, le sentiment d'être à un siècle des prochaines vacances, la rigueur budgétaire post-Fêtes sans parler de celle imposée par Québec. En fait, il n'y a qu'avril, avec sa slotche et ses promesses printanières constamment remises à plus tard, qui lui fait concurrence côté déprime.

Que faire devant cette adversité, sachant que vous êtes probablement encore un peu confit dans le gras de canard ou la tourtière du jour de l'An? Il n'y a qu'une option: la chaleur légère et savoureuse des bouillons, nouilles et autres plats très légumes plus ou moins épicés de la cuisine asiatique.

Le mois de janvier devrait être renommé le mois du potage tonkinois, des ravioles au bouillon et de la soupe aux algues.

Où aller? Vous connaissez déjà mes adresses préférées Saka-Ba! pour le ramen, Kazu pour l'ensemble de l'oeuvre, KanBai, pour la salade d'algues et la soupe de poisson, Mei dans la rue MacKay, Chez Chili...

Cette semaine, j'en ajoute deux autres: Sammi et Soupe, rue Sainte-Catherine Ouest - dans le nouveau Quartier chinois, tout près de chez Kazu - et Nudo, dans le Quartier chinois classique. (Deux suggestions de Bartek Komorowski, ex-critique gastronomique du Mirror et collaborateur au webzine Cult, qui tombe toujours dans le mille.)

Sammi et Soupe

Sammi et Soupe est une adresse relativement nouvelle, mais on connaît le groupe derrière cette enseigne depuis plusieurs années. Il s'agit des gens de Qing Hua, des spécialistes de la raviole à la soupe - le bouillon est à l'intérieur du dumpling - qu'on a d'abord connus alors qu'ils venaient d'ouvrir un boui-boui dans un sous-sol de la rue Saint-Marc. Il y a cinq ans, ils se sont installés rue Lincoln, où le restaurant est devenu fort populaire, puis ils ont ouvert une autre succursale sur le boulevard Saint-Laurent, dans le Quartier chinois traditionnel, pas aussi intéressant que le premier.

J'avais donc de toutes petites craintes quand j'ai su que Sammi et Soupe était la troisième table, mais elles se sont vite effacées.

Les prix sont imbattables. Le personnel ne parle peut-être pas le français avec l'éloquence de Bernard Pivot, mais tout le monde est gentil et fait un effort. On peut regarder les cuisinières à l'oeuvre derrière une vitre. On peut prendre le temps de découvrir leur truc. Comment font-elles pour mettre la soupe dans le dumpling? Elles mélangent du bouillon en gelée à la farce, avant d'envelopper le tout dans la pâte et de faire cuire à la vapeur.

Et dans l'assiette, le résultat est chaleureux, nourrissant, savoureux.

Sur la table, on explique comment manger ces créatures, les dumplings de type «xiao long bao», qui arrivent à la douzaine à table, encore très chaudes. On prend la grosse raviole avec les baguettes, on la trempe dans la sauce soja, puis on la dépose dans la cuillère. Là, on la perce pour boire le jus qui coule, avant d'avaler le tout le plus élégamment possible mais ça ne sera peut-être pas possible. Pas grave.

La liste des saveurs est longue: porc et coriandre, agneau et coriandre, pétoncles, crevettes... Ce dumpling traditionnel de la région du Liaoning - au nord de Pékin - prend la quasi-totalité du menu.

En bouche, le bouillon est goûteux, profond, pas épicé, juste bien mijoté. La viande hachée, elle, fond toute seule. À essayer par jour de grand froid. Réchauffement sympathique garanti.

On peut aussi essayer les ravioles sautées dans la poêle, plus coriaces, moins coulantes mais tout aussi goûteuses. Porc et coriandre? On ne se trompe pas. Et on commence le repas avec quelques bouchées de concombres frais marinés dans la sauce épicée histoire de s'ouvrir les papilles. Mieux que la salade d'algues, un peu lourdaude.

Sammi et Soupe

1909, rue Sainte-Catherine Ouest, Montréal

514 846-8886

> Prix: on mange amplement, pour deux, pour une trentaine de dollars. Sans alcool. Avec thé et taxes.

> Service: gentil

> Concept: un restaurant spécialiste du dumpling au bouillon, tenu par l'équipe derrière le Qing Hua de la rue Lincoln.

(+) Le bonheur de croquer dans un dumpling au bouillon bien chaud et savoureux.

(-) La déco inexistante, mais est-ce vraiment un moins ou n'est-ce pas plutôt une partie de l'expérience?

On y retourne? C'est sûr.

Nudo est une adresse toute simple située dnas... (Photo Marco Campanozzi, La Presse) - image 3.0

Agrandir

Nudo est une adresse toute simple située dnas un sous-sol du Quartier chinois. 

Photo Marco Campanozzi, La Presse

Nudo

L'autre adresse que je vous recommande est du côté du Quartier chinois traditionnel. C'est une adresse toute simple dans un sous-sol qui n'a pas exactement été décoré par des émules de Martha Stewart ou des lecteurs d'Architectural Digest.

Ici, comme dans la plupart des restaurants chinois, ou plus précisément taïwanais dans ce cas-ci, le menu est long, mais les plats ne sont pas tous égaux. Les kimchis, par exemple, ces morceaux de chou fermenté et très épicés à la coréenne, sont corrects mais ne sont pas épatants et j'ai été déçue par la salade de gros morceaux de radis chinois, trop sucrée. Et les convives avec qui j'étais n'ont pas particulièrement adoré leur soupe aux nouilles avec du porc grillé au barbecue, un peu banale. Comme si on l'avait neutralisée à coup de bouillon clair et de bok choi pour plaire aux Occidentaux.

Par contre, la soupe aux algues est formidable, car elle est servie bien chaude et avec une bonne quantité d'algues noires qui glissent doucement dans la bouche comme des nouilles qu'on aurait dotées de cette toute petite touche de croquant cartilagineux si sympathique qu'ont les verdures marines. Et le bouillon, relevé au cinq-épices, a une jolie profondeur.

À table, la salade de pommes de terre crues, râpées, façon rémoulade à l'asiatique a aussi fait la totale unanimité. Une belle trouvaille, relevée et savoureusement rehaussée à l'huile de sésame, ail, piment.

Autre plat fort intéressant: le porc haché aux fèves fermentées, que l'on sert sur des nouilles, avec quelques pousses de soja et des carottes. On apporte un bouillon en à-côté, qui se verse sur le plat à la dernière minute. Le porc est savoureux, les nouilles rebondissent en bouche, encore pleines de tonus. C'est pimenté mais rien pour faire peur aux gringos comme moi. Juste assez de chaleur, bref, pour ensoleiller et réchauffer, une journée un peu dure de janvier.

Yé!

Nudo

1055, boulevard Saint-Laurent, Montréal

514 508-9636

> Prix: Très abordables. Par exemple, en entrée: petites salades à 1,25$ et soupes à 1,75$. Plats principaux de nouilles ou soupes-repas à 7,50$. Bref, on y lunche aisément pour 15$ par personne tout compris.

> Service: gentil, efficace.

> Concept: un restaurant sans décoration, mais avec de gros écrans de télé, assez grand - on peut débarquer en gang - dans un sous-sol au coeur du Quartier chinois.

(+) Certains plats sont franchement délicieux et surprenants, comme la salade de pommes de terre râpées.

(-) Certains plats manquent de zeste, comme la soupe aux nouilles et au porc barbecue.

On y retourne? Oui, pour le porc aux fèves fermentées.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer