Coiffure: une tête estivale

En coiffure comme ailleurs, les techniques et les... (Photo Andrew Kelly, archives Reuters)

Agrandir

En coiffure comme ailleurs, les techniques et les produits ne cessent d'évoluer et de s'améliorer avec, à la clé, des résultats follement dans l'air du temps.

Photo Andrew Kelly, archives Reuters

L'été, c'est fait pour explorer ! Notre journaliste vous dévoile les dernières tendances en matière de coloration venues de Los Angeles, en plus des looks les plus populaires de la saison, avec tout ce qu'il faut pour les reproduire à la maison.

Le « foilyage »... (Photo tirée d'Instagram) - image 1.0

Agrandir

Le « foilyage »

Photo tirée d'Instagram

Vents d'ouest

En coiffure comme ailleurs, les techniques et les produits ne cessent d'évoluer et de s'améliorer avec, à la clé, des résultats follement dans l'air du temps et - surtout - faciles à entretenir... et à aimer ! Afin de se mettre à la page des nouveautés en matière de coloration provenant de la côte Ouest, nous avons passé une journée en compagnie de Véronique Beaupré, du Local B, qui nous a révélé tous ses secrets... ou presque !

Véritable « artiste du cheveu » pour qui les cheveux sont « une matière créatrice constamment en mouvement », Véronique Beaupré est sans cesse à la recherche de nouvelles techniques de coloration et de coupes pour sa clientèle recherchée. Il y a celles qui veulent oser le pastel, le métallique ou les couleurs plus tranchées et celles, plus nombreuses, en phase avec la tendance du moment en beauté qui est à l'authenticité, qui recherchent des couleurs naturelles et lumineuses.

Voilà pourquoi elle a été plus que séduite par la nouvelle technique du « foilyage », qui lui a été enseignée par un coiffeur vedette de L'Oréal Professionnel établi à Los Angeles, où cette technique de coloration est de plus en plus prisée. Très peu de salons l'offrent pour l'instant à Montréal.

Qu'est-ce que c'est ?

Comme son nom l'indique, le « foilyage » est un hybride utilisant à la fois les techniques inspirées du balayage, où les mèches sont peintes à la main, à l'air libre, et celles des mèches en papillotes (dites « foils »), emballées dans du papier d'aluminium.

Pourquoi le « foilyage » est-il si intéressant ? D'abord, il permet un résultat plus uniforme, moins contrasté, constate Mme Beaupré, qui le propose à ses clientes depuis quelques mois. 

« Je trouve que ça s'agence bien avec les tendances mode du moment, qui sont très axées sur les motifs. On équilibre ce look avec une couleur plus globale, comme si on avait un filtre Instagram  sur les cheveux en tout temps ! »

Cette technique permet aussi d'obtenir un éclaircissement plus marqué en une seule séance au salon de coiffure et est idéale pour les couleurs froides. « En général, le balayage donne un effet plus chaud, comme on travaille à l'air libre. Avec le "foilyage", le fait d'utiliser du papier d'aluminium donne la possibilité d'obtenir plusieurs niveaux d'éclaircissement et une couleur plus froide », précise la maître coiffeuse.

Un « match parfait », donc, pour les blonds chauds qui veulent passer au froid nordique - une couleur très prisée, mais souvent difficile à réaliser - et pour les brunettes qui désirent éclaircir leur couleur d'un ton pendant la saison estivale, mais sans changer leur base. La coiffeuse a d'ailleurs utilisé avec succès la technique sur la blogueuse Julie Mateian, qui désirait passer à un blond nordique et éclaircir de plusieurs tons sa couleur.

Une couleur sur mesure

Selon Mme Beaupré, le « foilyage » aurait plusieurs autres avantages : d'abord, comme le « tricotage » se fait plus près des pointes, et non à la racine, on évite l'effet de repousse très marqué. C'est donc une couleur très facile à entretenir et dont le temps d'application est beaucoup plus rapide qu'un balayage usuel, car la coiffeuse travaille avec de larges bandes de cheveux.

« Cette technique ne crée pas une grosse repousse ; les cheveux allongent, et ça reste beau. On peut donc seulement venir refaire sa couleur deux, ou même une fois par année », assure-t-elle. Une bonne nouvelle pour le portefeuille, quoi !

Côté précision, c'est idéal, note-t-elle. « Comme les mèches sont emballées, je peux vérifier souvent, durant le temps de pause, comment ça avance. Je peux même venir rincer la moitié de la tête, ce qui n'est pas possible avec un balayage. Cela me permet également d'utiliser des peroxydes plus doux, quitte à venir les activer doucement avec la chaleur. »

« J'ai la précision de la mèche, mais le côté artistique du balayage. C'est un deux-dans-un ! »

C'est également une coloration polyvalente qui permet de créer réellement une couleur sur mesure, en y intégrant des reflets métalliques subtils, des mèches dites « babylights » - de mini-mèches qui partent de la racine, plus près du visage - ou encore le « smudging », une coloration express qui élimine l'effet « mèches » à la racine, une autre technique née sur la côte Ouest.

« Le "smudging", c'est hyper efficace et rapide. Cela crée un effet aquarelle, en transparence, sans démarcation, un peu comme, en maquillage, on privilégie désormais les BB crèmes aux fonds de teint très opaques. C'est une coloration très froide, qu'on doit entretenir plus souvent - toutes les six semaines environ - et qui complémente très bien le "foilyage". »

Avant la coiffure.... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

Avant la coiffure.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Après la coiffure.... (PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE) - image 2.1

Agrandir

Après la coiffure.

PHOTO MARTIN TREMBLAY, LA PRESSE

Notre expérience

Notre journaliste a testé le « foilyage » et le « smudging » en confiant ses cheveux aux mains expertes de Véronique Beaupré, du Local B.

La ligne de départ

Nous arrivons de bon matin au salon Local B, avenue Bernard, dans Outremont, et nos cheveux sont rapidement examinés par Véronique. Le balayage commence à dater, avec pour conséquence un effet « ombré » pas nécessairement désiré - des pointes claires et des racines assez foncées. Ajoutez à cela quelques cheveux gris dans la repousse. Rapidement, il est convenu que deux techniques seront combinées : le « foilyage », afin d'uniformiser notre couleur et de l'éclaircir pour l'été, et le « smudging », aux racines. Avant de commencer la coloration, notre coiffeuse fait notre coupe de cheveux « à sec », une technique qu'elle affectionne particulièrement et qui lui permet de façonner une petite frange de style années 70, en coupant quelques mèches à l'avant.

«Foilyage» 101

C'est ensuite parti pour la coloration en utilisant la technique du « foilyage ». Avant d'appliquer le décolorant, Véronique mélange au peroxyde (20 volumes, assez doux) l'additif Smartbond. Mis au point par L'Oréal Professionnel, ce traitement préventif permet de renforcer les cheveux et de prévenir les cassures. « Cela rend aussi la fibre du cheveu moins rêche après la coloration », ajoute-t-elle. Après avoir décoloré la plupart des cheveux avec la technique du « foilyage », la coiffeuse passe aux plus classiques, des petites mèches dites « babylights » pour le contour du visage et sur notre nouvelle frange, où elle tricote plus près de la racine. Nous passons ensuite plus d'une heure avec nos papillotes sur la tête. Comme le peroxyde utilisé est assez doux, la décoloration se fait plus lentement, activée par la chaleur du Rollerball, un casque séchoir. Véronique vient vérifier régulièrement l'avancement de la décoloration ; lorsque le résultat est satisfaisant, les cheveux sont rincés, puis lavés.

Effet aquarelle

Avant d'appliquer le gloss qui viendra donner une jolie couleur faune moka aux accents cendrés à notre longueur, c'est l'heure de passer au fameux « smudging », qui permet d'éviter la démarcation entre les longueurs et les racines grâce à un effet « aquarelle ». Ici, pas de temps à perdre : la coiffeuse doit s'exécuter rapidement et appliquer le mélange - légèrement plus foncé que celui qui servira pour nos longueurs - en trois minutes. Après sept minutes d'attente, on rince activement, puis le gloss est appliqué, et rincé après quelques minutes. Après quelques heures sur la chaise du coiffeur, notre couleur est enfin prête !

Le résultat

Ne reste plus qu'à faire la mise en plis, et hop ! Le tour est joué. Le résultat est tel que souhaité, uniformise notre couleur tout en l'éclaircissant légèrement, et apporte brillance et lumière à nos cheveux, qui en avaient bien besoin. Quant au « smudging », on aime bien l'effet à la racine, très naturel, mais on doit dire qu'il ne couvre pas entièrement nos quelques cheveux gris, comme nous en avait prévenue Véronique. Mais l'effet de couleur « en transparence » fait en sorte qu'ils se fondent beaucoup mieux au reste de la chevelure et qu'ils passent presque inaperçus. Verdict ? Une réussite, à en croire les réactions de notre entourage, à tout le moins !

Le «blunt shag»... (Photo fournie par Matrix) - image 3.0

Agrandir

Le «blunt shag»

Photo fournie par Matrix

À adopter pour l'été... et plus si affinités

La saison estivale est l'occasion de s'amuser avec des looks qui riment avec vacances et festivités, mais aussi une façon de se préparer tranquillement aux nouvelles tendances de l'automne. Notre petit guide de coiffures et de coupes à essayer.

Retour dans le futur

Les années 90 sont à l'ordre du jour en mode, tout comme en beauté. Ce que ça signifie ? Le retour des cheveux longs et... droits ! On dit donc adieu aux vagues glamour bien définies qui ont dominé depuis quelques années et on se dirige tranquillement vers le cheveu lisse. « Le cheveu droit revient beaucoup. La boucle, c'est out ! On s'en va vers un cheveu plaqué droit, de belles coupes droites également aux pointes. Ce que je trouve vraiment beau, c'est une belle queue de cheval droite, fixée bien haut sur le vertex du crâne. Ça donne une superbe silhouette ! », lance Félix Larivière, coiffeur dans les studios de Hollywood et fondateur de la gamme Felix Hair Care.

Un produit lissant est indispensable pour discipliner la chevelure et maîtriser les frisottis, tout en donnant une jolie brillance et en protégeant de la chaleur. Notre choix : le sérum lissant Stylista de L'Oréal Paris, à appliquer sur les cheveux humides.

Prix : 8,99 $

Le « shag » de l'été

Le « shag » pourrait bien être LA coupe de 2018 si on en croit tous les blogues et articles de magazines consacrés au sujet, et il aurait officiellement remplacé le bob et le « lob » (le long bob) au sommet des tendances. Ici, on oublie l'effet « étagé » ou « boule disco » associé aux années 80 de ce dégradé mi-long ; sa version moderne, à effet plus naturel et très texturisé, se porte aussi bien avec ou sans frange, sur cheveux bouclés ou droits. « La brillance parfaite est moins présente ; on veut une texture dans le cheveu, qui n'est ni trop droit ni trop frisé », détaille Véronique Beaupré. Et pour être vraiment dans l'air du temps, on adopte le « blunt shag », aux pointes coupées très droit. Le chic décontracté à son mieux !

Un spray texturisant, utilisé avec parcimonie, permet d'obtenir l'effet légèrement poudré, idéal pour ce look. Notre choix : le spray Sail par la société R+Co pour des vagues naturelles, tout en légèreté.

Prix : 29 $.

Coupés court

D'un côté, les cheveux allongent. Mais de l'autre, la coupe carrée à la mâchoire revient aussi à l'ordre du jour, remarque Véronique Beaupré. « La "French cut" est un look plus graphique, mais en même temps assez simple. On peut la porter avec une petite frange très courte. » À la dernière cérémonie des Oscars, l'actrice Margot Robbie a d'ailleurs fait sensation avec son carré court aux pointes très droites. Une belle option pour celles qui ont envie de passer au court !

Les cheveux courts ont souvent besoin d'être séchés au séchoir et coiffés au fer. Pour qu'ils restent beaux et brillants, un produit thermoprotecteur est essentiel. Notre choix : celui de la gamme québécoise Felix Hair Care, qui permet de maîtriser les frisottis.

Prix : 23,99 $.

La frange triomphe

Selon la rumeur qui court, la frange effectuera un grand retour cet automne. Si vous hésitez à passer à la frange pleine, surtout en plein été, un excellent compromis, en plus d'être follement en vogue, est la frange de style rideau. Inspirée des années 70, mais remise au goût du jour, cette frange à la Brigitte Bardot complémente à merveille le « shag », en plus d'être discrète et polyvalente ; il suffit de changer sa séparation sur le côté pour la dissimuler, selon les occasions. « C'est presque un "faux" toupet, on vient couper seulement quelques petites mèches qui se tassent très facilement », précise Mme Beaupré. Un changement qui vient joliment encadrer le visage, sans être trop difficile à entretenir.

Pour éviter l'effet « toupet gras », le shampoing sec est le meilleur allié pour rafraîchir sa frange sans avoir à se laver les cheveux. Notre choix : l'Uniq One proposé par Revlon Professional, à l'odeur vivifiante et qui rafraîchit, ravive, absorbe le sébum et aide à préserver la couleur.

Prix : 24,95 $.

Mon chouchou

Qui l'aurait cru ? Le chouchou est de retour dans le portrait ! Cet accessoire « quétaine » des années 90, reprend ses lettres de noblesse ; on le trouve désormais en chic velours, avec reflets métalliques ou même orné de perles ou de paillettes ! Jason William, artiste portfolio pour L'Oréal Professionnel et coiffeur au Salon Espace K, s'est amusé à l'intégrer lorsqu'il a créé quelques looks à partir de la gamme de produits Stylista par L'Oréal Paris chez Jean Coutu récemment. « Comme on retourne vers les années 90, les accessoires comme le petit "scrunchy" ou même le peigne banane vont redevenir très forts », prédit-il. Il a couplé le chouchou à une queue de cheval ébouriffée, à la vague très négligée, qu'il a coiffée avec la brume texturisante de Stylista.

Envie d'adopter le look ? Une jeune entreprise québécoise, Chignon urbain, lancée par Geneviève Rivard, coiffeuse, et sa mère Sylvie Loiseau, couturière à ses heures, en propose de fort jolis et colorés, parfaits pour l'été.

Boho-chic

Un autre accessoire qui semble revenir au goût du jour est le foulard de soie. À la fois bohémien et chic, il donne du style tout en restant décontracté et s'adopte fort bien par une chaude journée d'été où nos cheveux n'en font qu'à leur tête ! On peut le porter en version classique autour de la tête, mais le foulard, ce caméléon, peut aussi se nouer autour d'une queue de cheval basse ou d'un joli chignon. Avec la maquilleuse Virginie Vandelac, Véronique Beaupré s'est amusée à créer trois looks différents pour l'été dans un petit tutoriel, dont notre préféré, une demi-queue de cheval avec bandeau bouffant. De quoi s'amuser tout l'été !

Pour aller de pair avec ce look joliment décontracté, la brume texturisante Eau de vagues Aura Botanica par Kérastase a été utilisée par la coiffeuse. Ici, le sucre paraguayen remplace le sel marin, pour un effet « après plage » qui garde les cheveux doux et soyeux. P.-S. : c'est à 99 % d'origine naturelle !

Prix : 43 $.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer