Parfums: Vuitton mise sur une technique d'extraction exclusive

La nouvelle collection de parfums de Louis Vuitton.... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

La nouvelle collection de parfums de Louis Vuitton.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Septime Meunier
Agence France-Presse
Paris

La marque française de luxe Louis Vuitton, qui vient de faire son retour en parfumerie après 70 ans d'absence, a eu recours à une méthode d'extraction très novatrice pour confectionner deux de ses sept nouvelles fragrances.

À l'origine de cette technique, le «nez» Jacques Cavallier-Belletrud, qui a notamment conçu Acqua di Gio de Giorgio Armani, L'eau d'Issey d'Issey Miyake ou Poême de Lancôme.

Ce fils et petits-fils de parfumeurs grassois l'a mise au point durant cinq ans chez Firmenich, l'un des trois leaders mondiaux de la parfumerie et des arômes, avant de rejoindre le groupe LVMH début 2012.

«On a développé un système qui est une première mondiale, l'extraction par gaz supercritique de fleurs fraîches», explique-t-il à l'AFP.

Le gaz est du dioxyde de carbone (CO2), soumis à une pression allant jusqu'à 300 bars pour le rendre liquide. Cette méthode est déjà utilisée par des industriels de la parfumerie comme Mane ou Robertet mais différemment.

Connue depuis les années 70, elle a d'abord été employée pour enlever la caféine du café, à la place de la soude ou de l'acide chlorhydrique qui occasionnaient des maux d'estomac.

«Elle s'est avérée parfaite pour les matières sèches comme le gingembre, les épices, le houblon, mais était incompatible avec l'eau que contiennent les fleurs fraîches», souligne Jacques Cavallier-Belletrud.

Pour les produits naturels, les méthodes d'extraction habituelles sont la distillation, apparue en Mésopotamie 4000 ans avant Jésus-Christ, et celle aux solvants volatiles, brevetée à Grasse en 1894.

Mais elles impliquent de chauffer les fleurs, ce qui «tue les parties volatiles et fragiles qui font la beauté de leur odeur dans un champ», selon le maître parfumeur de 54 ans.

«La grande différence c'est qu'en travaillant à seulement 25 degrés, le liquide va absorber toutes les molécules odorantes par immersion sur un temps précis, et on obtient un extrait de fleurs 100% naturel, sans solvants issus du pétrole».

Louis Vuitton a obtenu l'exclusivité de cette technologie auprès de Firmenich pour toutes les fleurs et matériaux issus du terroir grassois, à commencer par deux de ses emblèmes: la rose de mai Centifolia, présente dans son parfum Rose des vents et le jasmin, récolté pour Dans la peau.

«Il faut 800 kilos de fleurs pour faire un kilo d'extrait absolu de jasmin au CO2», précise Jacques Cavallier-Belletrud.

En ce qui concerne la rose, «c'est l'exercice le plus difficile pour le parfumeur car c'est un thème qui a été très visité, et donc un peu galvaudé», juge ce natif de Grasse.

«La rose de mai a été mon premier contact olfactif réel, avec une mouillette que m'avait tendu mon père quand j'avais six ans, et ma mère me passait tous les matins sur le visage de l'eau distillée de cette rose quand j'étais petit», se remémore-t-il.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer