Le visage mis à nu

Si le rasage s'avère une méthode efficace pour... (photo thinkstock)

Agrandir

Si le rasage s'avère une méthode efficace pour éliminer la pilosité faciale, le phénomène découlerait davantage d'une mode, selon des experts.

photo thinkstock

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Philippe Lépine

Collaboration spéciale

La Presse

Elles ont commencé par s'épiler les jambes, puis les aisselles, les sourcils, le bikini, et voilà qu'elles passent aujourd'hui au visage en entier en espérant retrouver des airs de jeunesse. Mesdames, à vos rasoirs!

Sophie se rase la figure. Bien qu'elle le fasse en secret, comme quelques Québécoises, elle s'est laissé inspirer par des blogueuses et expertes beauté qui font leur coming out de leur rasage facial en en vantant les bienfaits haut et fort.

Le but? Une peau bien exfoliée, lisse, qui transforme le visage en véritable canevas prêt à recevoir le maquillage ou à mieux absorber la crème. Certains attribuent même au rasage des propriétés rajeunissantes dues à l'exfoliation.

Chop-chop, le duvet au niveau de la moustache, autour des sourcils, sur les favoris et à la racine des cheveux. Et pour quelques-unes d'entre elles, c'est la figure au complet qui y passe.

«J'étais complexée de mes poils foncés et quand j'ai vu que plusieurs femmes en vantaient les mérites, j'ai regardé des tutoriels beauté et je me suis dit: "Go." [...] C'est rapide et plus économique», explique Sophie, qui avoue utiliser un rasoir pour hommes.

Selon le dermatologue Wayne Carey, le rasage facial n'aurait cependant que des effets superficiels sur la peau.

«Ça n'enlève qu'une mince quantité de la première couche de la peau. Ça n'exfolie pas grand-chose et surtout, rien ne prouve que ça atténue les rides.»

«Le rasage force en fait la régénération cellulaire, mais il ne fait rien qu'un bon exfoliant ne ferait pas», surenchérit la professeure en esthétique au Collège Inter-Dec Lucie-Rose Bickel.

Si le rasage s'avère une méthode efficace pour éliminer la pilosité faciale, le phénomène découlerait davantage, selon eux, d'une mode. Il faut dire que la pratique a explosé depuis que la visagiste de célébrités Kate Somerville en a fait la promotion, mais ça demeure «plus obsessif qu'esthétique», résume Mme Bickel.

La hantise de la pioche

Pour celles qui, comme Sophie, veulent tout de même se débarrasser des indésirables, l'ultime crainte est que les poils repoussent avec plus de robustesse. Qui a envie de ressembler au père Fouras ? Que personne ne s'énerve le poil des jambes, la pilosité demeure inchangée même si on défriche à la lame.

«C'est certain que le poil sera plus carré à l'extrémité, donc on le sent plus épais et plus foncé, mais il demeure identique. C'est l'équivalent de se couper les cheveux. [...] Il ne se mettra pas non plus à vous pousser trois poils si vous en coupez un», explique Lucie-Rose Bickel.

«Non, je n'ai pas de barbe, rigole Sophie. Personne ne m'a même jamais fait de commentaire sur ma pilosité après le rasage. C'est sûr que je regarde toujours si j'ai une repousse et j'hydrate énormément.»

L'experte en soins esthétiques admet toutefois que le rasage comporte certains dangers, comme les risques de coupures, qui pourraient laisser des cicatrices. Ou encore l'apparition de poils incarnés qui laissent de petites bosses rouges.

La marche à suivre

Selon le dermatologue Wayne Carey, les femmes qui décideront de passer à l'acte n'ont qu'à copier messieurs. Crème à rasage, utilisation d'un rasoir simple à deux ou trois lames, rinçage et hydratation. Lucie-Rose Bickel suggère aussi d'éviter les produits parfumés, de nettoyer son rasoir et d'exfolier la peau 24 heures après.

Pour plus de précision, plusieurs blogueuses beauté recommandent l'utilisation d'un rasoir facial féminin muni d'une seule lame délicate, comme le Tinkle, trouvé sur Amazon.

Sinon, un traitement nommé dermaplaning commence à faire son apparition dans certains salons et spas de la planète. Il consiste en un rasage du visage minutieux à la lame suivi d'un soin du visage. Il faudra cependant faire la route jusqu'à Toronto pour l'instant, puisqu'il n'a pas encore été popularisé au Québec.

D'autres façons de faire

Pour une exfoliation optimale, le docteur Carey conseille plutôt la microdermabrasion, qui va plus en profondeur et qui permet ensuite à la peau de se régénérer, donc d'atténuer l'apparence des rides et des imperfections.

Côté rasage, celles attirées par une solution définitive optent pour l'épilation au laser, mais la pratique n'étant pas réglementée, il faut vérifier à qui on a affaire. Et attention, dans bien des cas, les poils fins et clairs comme ceux du visage ne pourront être retirés. Même chose avec l'électrolyse.

Quant aux crèmes dépilatoires, elles sont vivement déconseillées par les esthéticiennes. «C'est vite fait et facile, mais c'est tellement toxique que ça coupe le poil, imaginez ce que ça fait à la peau», affirme Lucie-Rose Bickel.

L'épilation à la cire sur le visage demeure aussi réservée aux plus téméraires. Peau arrachée et brûlures pourraient être au rendez-vous.

Difficile de faire un choix parmi la gamme de soins faciaux inusités qui continuent de s'ajouter à la carte des spas. Mais celles qui pensent toujours que le rasage facial ou le dermaplaning ne sont pas glamour doivent se détromper, clament nombre d'expertes beauté. Après tout, comme le raconte la visagiste Kate Somerville, même les icônes Marilyn Monroe et Elizabeth Taylor s'y adonnaient autrefois.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer