Exclusif

Kristen Stewart: une dernière pose pour Balenciaga

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

La Bella de Twilight, Kristen Stewart, est l'égérie de la maison Balenciaga Paris depuis 2012. Elle pose une dernière fois pour le parfumeur dans la campagne pour la nouvelle eau de parfum Rosabotanica, alors que Chanel a récemment annoncé son association avec la vedette. L'actrice de 23 ans, réputée pour son franc-parler et son allergie aux tapis rouges, a accepté de répondre aux questions de La Presse.

Au départ, pourquoi avoir accepté d'être le visage de Balenciaga Paris?

Tout part de Nicolas Ghesquière [NDLR: styliste et ancien directeur artistique de Balenciaga]. J'ai rencontré ce dernier lorsque j'étais toute jeune, à 13 ans, lors d'une séance photo. Son travail unique, extraordinaire et très artistique avait fait une forte impression sur moi. Quelques années plus tard, lorsque Nicolas m'a appelée pour me proposer de travailler avec lui chez Balenciaga, j'ai accepté immédiatement.

Donc vous avez surtout accepté grâce à lui?

Oui, en grande partie. Il a revitalisé la marque et il est, selon moi, un vrai artiste. Quand je l'ai rencontré, je voyais le monde de la mode et tout ce qui l'entoure comme assez superficiel. Mais en voyant sa façon de travailler, de parler, de me regarder... C'était tellement inspirant et, vous savez, réel. Il est un artiste compulsif et c'était la première fois que je réalisais que ce type de personnalité pouvait exister aussi dans un contexte de mode. Cela m'a vraiment impressionnée... Je trouvais ça cool! Et qu'il veuille travailler avec moi, j'étais bien sûr flattée.

Quelle était alors votre relation avec l'univers des parfums?

C'était la première fois que je devenais le visage d'un parfum... et que je portais du parfum, en fait! Il faut dire que j'étais encore jeune à l'époque.

Que pensez-vous du nouveau parfum de Balenciaga, Rosabotanica?

J'aime beaucoup Rosabotanica. C'est frais, naturel. J'aime le fait qu'on n'a pas l'impression de porter quelque chose de synthétique, comme le parfum de notre grand-mère! Je trouve que c'est un «élévateur»; le parfum prend notre tenue, notre humeur du moment et les élève à un autre niveau. Il nous fait bien paraître.

Comment le compareriez-vous au parfum précédent de la maison, Florabotanica?

Rosabotanica est très lié à Florabotanica; son odeur est similaire, mais son musc est plus puissant, sensuel, plus audacieux même. La rose lui donne ce côté dangereux, téméraire; je dirais que c'est une version nocturne de Florabotanica.

Avez-vous l'impression que ces parfums vous représentent, d'une certaine façon?

Ils le peuvent, oui... Cela a beaucoup à voir, selon moi, avec l'humeur du moment. C'est un peu comme si c'était deux versions de moi-même. C'est pourquoi je préfère porter Florabotanica le jour et Rosabotanica le soir, à l'occasion d'une sortie avec des amis, par exemple.

La campagne publicitaire de Rosabotanica a été photographiée par Craig McDean, qui a imaginé un univers contrasté entre des fleurs colorées et votre image en noir et blanc. Comment avez-vous trouvé l'expérience?

J'ai adoré l'idée de l'art qui était incorporé dans la photo grâce aux fleurs qui ont été peintes et découpées à la main, puis placées sur mon corps. Sur le plateau, rien n'était forcé, il y avait place à la créativité. C'est bien, car, surtout lorsqu'on fait une publicité, tout peut facilement devenir très rigide.

De plus en plus de vedettes comme vous acceptent de s'associer à des parfums. Quels bénéfices en tirez-vous?

Pour moi, tout part de Nicolas. Il a toujours montré de l'intérêt pour la personne que j'étais et nous nous sommes inspirés mutuellement au fil du temps. C'est extraordinaire d'être autour de cette énergie créatrice. Lorsque j'ai accepté son offre, je savais que je ne serais pas impliquée dans la fabrication du parfum et tout, mais que je pourrais être celle qui le fait vivre, que ce serait mon apport à son monde. L'idée d'être associée à Balengiaga était aussi excitante. Je les aide et ils m'aident; c'est une relation créative, dans un sens. Et si je dois aller sur un tapis rouge et porter les vêtements d'un créateur [NDLR: Balenciaga est aussi une maison de couture], j'aime autant le faire avec des gens que j'admire.

Donc, pour vous, ce sont les gens qui sont derrière le produit qu'on vous propose de représenter qui sont importants?

Bien sûr! C'est ce qui sépare ce qui est intéressant et artistique d'un vulgaire produit commercial qu'on veut vendre.

Mais ces sociétés profitent aussi de votre notoriété... 

C'est sûr... Le fait que j'aie fait quelques films, que les gens me reconnaissent, cela me donne la chance de travailler avec des gens extraordinaires... Enfin, vous voyez ce que je veux dire!

Rosabotanica de Balenciaga

Créé par les maîtres parfumeurs Olivier Polge et Jean-Christophe Hérault

«Ce parfum est une rose très végétale, enchantée et épicée.»

Notes de tête:  Poivre, agrumes, feuilles de figuier vertes et laiteuses

Notes de coeur: Rose, jacinthe, cardamome

Notes de fond: Bois blancs, ambre




publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer