Patrick Vimbor, le styliste des vedettes

Le styliste Patrick Vimbor, Maripier Morin et le... (PHOTO FOURNIE PAR LE MAGAZINE LOULOU)

Agrandir

Le styliste Patrick Vimbor, Maripier Morin et le photographe Shayne Laverdière, le trio des 365 jours de looks pour Loulou.

PHOTO FOURNIE PAR LE MAGAZINE LOULOU

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Patrick Vimbor veille sur le style et toutes les tenues de Marie Mai, Maripier Morin et Ariane Moffatt. Son secret ? La confiance. Il partage avec elles la même vision de la mode : classique, féminine, intemporelle, avec parfois quelques touches extravagantes. Pause a voulu savoir ce que ça signifiait d'habiller de grandes stars d'ici.

Jouer de prudence

Il est très discret et n'aime pas se faire photographier. Pour lui, les vraies vedettes sont les stars qu'il habille. Cette passion l'habite depuis longtemps. Lors de notre rencontre, Patrick Vimbor se rappelle qu'il avait à peine 10 ans lorsqu'il a commencé à conseiller sa mère pour l'achat de ses tenues. 

Diplômé du Collège LaSalle en commercialisation de la mode, il débute à titre d'aide-styliste dans différents magazines de mode, puis assiste Annie Horth, styliste de Céline Dion. En 2003, il se retrouve dans le monde de la télévision où il collabore plusieurs années à titre de styliste à Star Académie, puis à l'émission Occupation double, où il rencontre Maripier Morin en 2006.

La première qualité pour être un bon styliste, selon Patrick Vimbor, est d'avoir la confiance de ses clients et le même goût de l'esthétisme. Il partage avec Maripier Morin, Marie Mai et Ariane Moffatt une vision assez semblable de la mode et de ce qu'elles ont envie de porter. Il s'agit d'un mélange d'éléments basiques et accessibles et de tenues parfois plus extravagantes, selon l'événement. Il sait ce qui va les mettre en valeur. 

Jouer de prudence

Patrick Vimbor préfère jouer de prudence avec les gens qu'il habille. « Ce n'est pas parce que tu es une chanteuse que tu dois porter un pantalon à paillettes roses et briller de mille feux, explique-t-il. Tu peux être plus sobre, plus naturelle, ou alors tu choisis un élément sur lequel tu vas mettre l'accent. » Il cite en exemple le veston en or, créé sur mesure par UNTTLD, qu'Ariane Moffatt porte à La voix, alors que tout le reste de son look est sobre et noir. 

Le styliste note au passage qu'il manque cruellement de choix de vêtements pour les femmes qui sont un peu plus rondes. « Ariane peut se permettre d'explorer des avenues plus sobres, ce qui convient très bien à son univers », souligne Patrick Vimbor.

Ses inspirations ? La rue. « C'est là que la mode se passe aujourd'hui. Avant, les magazines et les grands couturiers dictaient la mode ; aujourd'hui, c'est l'inverse. » Il s'inspire aussi des différents looks des tapis rouges qu'il voit sur Instagram.

«Il est important de faire rêver sur les tapis rouges.»

Patrick Vimbor
Ariane Moffatt, vêtue du veston or créé sur... (PHOTO OSA IMAGE, FOURNIE PAR TVA) - image 4.0

Agrandir

Ariane Moffatt, vêtue du veston or créé sur mesure par UNTTLD.

PHOTO OSA IMAGE, FOURNIE PAR TVA

Le pouvoir des vêtements

Patrick Vimbor a terminé le 31 décembre dernier un défi de taille. Il a créé 365 jours delooks pour Maripier Morin, pour le magazine Loulou. « J'ai adoré faire ça ! s'exclame-t-il. C'était fou ! » C'est maintenant Marie Mai qui a lancé l'édition 2016 ; d'autres chanteuses et comédiennes se passeront le flambeau en cours d'année.

« Marie Mai et Maripier Morin sont finalement très conservatrices, ce qui est d'ailleurs dans l'air du temps, explique-t-il. L'hypersexualité à la Gucci, c'est terminé. Elles ne mettront pas de décolletés plongeants. »

Selon lui, la façon dont on s'habille est extrêmement importante. « On peut changer la perception qu'on a d'une personne sur un seul vêtement, dit-il. Les vêtements ont un vrai pouvoir. Les stars d'Hollywood l'ont bien compris et c'est de cette façon qu'Angelina Jolie ou Cate Blanchett restent au sommet et font rêver. »

« C'est important de saisir ta personnalité et de savoir ce qui te va bien et te met en valeur. Quand tu es une artiste, tu es toujours très influencée par les commentaires de ton entourage ou du public, il suffit d'une petite remarque et tu changes d'avis ! Il faut donc bien se connaître et savoir ce qui va te mettre en valeur sans l'ombre d'un doute. »

Tendances à venir

Dans les tendances, il remarque que les silhouettes sont plus amples. « On voit beaucoup de pantalons et manteaux larges, de marinières, de looks romantiques. On privilégie le confort, moins de talons hauts, la semelle compensée revient en force. On s'habille pour se plaire à nous-mêmes et non pour plaire aux autres ou aux hommes. On n'a pas besoin de mettre un décolleté pour être sexy. Être sexy, ça se passe dans la tête avant tout. »

Tenue du 27 janvier du projet 366 jours... (PHOTO GENEVIÈVE CHARBONNEAU, FOURNIE PAR LE MAGAZINE LOULOU) - image 5.0

Agrandir

Tenue du 27 janvier du projet 366 jours de looks. Haut Topshop, jupe Saint-Laurent Paris, chaussures Brian Atwood. 

PHOTO GENEVIÈVE CHARBONNEAU, FOURNIE PAR LE MAGAZINE LOULOU

Les looks de Marie-Mai

Il s'occupe de toutes ses tenues, que ce soit sur scène, lors des tapis rouges, des entrevues ou de performances à la télévision. Patrick Vimbor veille à ce qu'elle soit toujours impeccable. Selon lui, Marie Mai est une artiste pop internationale avec une saveur américaine qui pourrait facilement aller aux États-Unis et être aux côtés de Katy Perry ou Taylor Swift... avec moins de budget ! 

« On réussit à faire de très belles choses malgré tout, dit-il. Car il faut savoir qu'une robe du soir ou une robe de gala à l'international, c'est entre 10 000 $ et 20 000 $. On n'a pas ces moyens-là. »

Donc, il active son réseau, il cherche, que ce soit chez les créateurs de chez nous, dans les boutiques comme SSense ou dans les grands magasins d'ici et de New York. « Marie Mai est consciente de l'importance de son image et souhaite séduire esthétiquement », dit-il. 

Lorsqu'il y a un gala comme celui de l'ADISQ, il commence à chercher LA robe six semaines à l'avance. Ils s'envoient des photos, regardent sur l'internet, et discutent ensemble du style que Marie Mai souhaite avoir pour le tapis rouge. « À la fin, on a sélectionné la même robe, celle d'Erdem, un designer canadien basé à Londres. »

Marie Mai travaille toujours avec David D'Amours à la coiffure et Sophie Parrot au maquillage.

Tenue du 1er novembre du projet 365 jours... (PHOTO SHAYNE LAVERDIÈRE, FOURNIE PAR LE MAGAZINE LOULOU) - image 6.0

Agrandir

Tenue du 1er novembre du projet 365 jours de looks. Pull H&M, jupe Zara, lunettes de soleil Tierry Lasry, bottes Club Monaco.

PHOTO SHAYNE LAVERDIÈRE, FOURNIE PAR LE MAGAZINE LOULOU

Les looks de Maripier Morin

Patrick Vimbor travaille avec Maripier Morin depuis 10 ans. Il aime dire qu'ils se connaissent par coeur tous les deux ! Il s'occupe de toute son image, qui a évolué au fil des ans. 

« D'Occupation double à aujourd'hui, pour pouvoir prendre Maripier plus au sérieux, ça se communique aussi par les vêtements », dit-il.

Après Le banquier, il fallait qu'elle change d'image, que ses vêtements soient plus classiques, plus sages, plus élégants.

Il a relevé avec elle le défi 365 jours de looks pour le magazine Loulou. Patrick Vimbor est fier de dire que certaines tenues coûtent moins de 100 $. Il propose des vêtements qui viennent de chez Zara, H&M, Club Monaco, Topshop, COS...

« C'est le mandat que nous avions, mais c'est important à mes yeux que ce soit accessible et de dire qu'il est possible de bien s'habiller à un petit prix. »

Prochaine étape : une marque pour Maripier Morin ?« Oui, il y a de l'intérêt, il faudrait trouver le bon détaillant de qualité qui serait prêt à développer à long terme. Faire des choses de qualité, des basiques avec de la personnalité ! » À suivre.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer