• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Défilés masculins: Balmain, Dior et Hermès 

Défilés masculins: Balmain, Dior et Hermès

Pour le premier défilé Balmain homme, le directeur... (PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP)

Agrandir

Pour le premier défilé Balmain homme, le directeur artistique Olivier Rousteing a présenté des explorateurs portant casquettes, bermudas ou pantalons et spartiates, équipés de sacs volumineux.

PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Anne-Laure MONDESERT
Agence France-Presse
PARIS

Un explorateur paré de broderies et de passementerie pour Balmain, un néo-bourgeois cool qui part en week-end pour Dior, un élégant raffiné pour Hermès: trois visions du vestiaire masculin de l'été 2016, samedi au quatrième jour des défilés parisiens.

Un explorateur paré de broderies et de passementerie... (PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP) - image 1.0

Agrandir

PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP

Balmain: aventuriers sur le podium, sportifs dans le public

Pour le premier défilé Balmain homme, le directeur artistique Olivier Rousteing a présenté des explorateurs portant casquettes, bermudas ou pantalons et spartiates, équipés de sacs volumineux. Les tons de sable dominent la palette. Les vestes au laçage de cordes rappellent les robes des silhouettes féminines, dont plusieurs ont également défilé.

«Je pense que cet homme est exactement moi, quelqu'un qui explore le monde, voyage comme un aventurier, essaye de découvrir des trésors», a commenté le créateur français de 29 ans après le défilé.

Rappelant que la mode masculine représente 40% des ventes de Balmain, Olivier Rousteing a souligné l'importance de ce défilé, et justifié la présence de modèles féminins par le désir de «connecter» les deux.

«Il y a quelque chose que je trouve amusant chez Balmain et qui est le cas de peu de marques, c'est que mari et femme peuvent aller acheter leurs vêtements dans la même boutique. Pour moi, c'est le même ADN», a-t-il expliqué.

Ce défilé, point fort de la Fashion Week masculine parisienne, s'est déroulé sous les yeux d'une brochette de sportifs, dont les joueurs de NBA Serge Ibaka et Amar'e Stoudemire et le nageur Tom Daley, ainsi que Kris Jenner, la mère de Kim Kardashian et inconditionnelle de la marque.

Un explorateur paré de broderies et de... (PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP) - image 2.0

Agrandir

PHOTO FRANCOIS GUILLOT, AFP

Camouflage et motifs losange chez Dior

Adepte du mélange entre une élégance traditionnelle et le sportswear, le directeur artistique de Dior homme Kris Van Assche a revisité le blazer sous toutes ses formes et anobli le bomber.

«J'ai essayé de redéfinir une nouvelle bourgeoisie, qui connaît tout des codes de ses parents, de l'élégance, mais les mélange avec les codes de la rue, et en fait quelque chose de plus cool», a expliqué le créateur belge à l'AFP.

Pièce phare du streetwear, le bomber s'ornait de broderies de roses blanches, des fleurs qu'affectionnait Christian Dior. Un parterre de deux mille rosiers avait été disposé sur les terrains couverts du Tennis club de Paris, où avaient pris place notamment Karl Lagerfeld et les acteurs Marisa Berenson, Adam Driver et Pierre Niney.

La célèbre doublure orange du bomber venait colorer de nombreuses pièces du vestiaire. Le motif camouflage, autre classique du streetwear, a remplacé le denim, quasiment absent de cette collection.

Autre élément récurrent, les losanges du motif Argyle, en maille, en broderies sur des chemises, ou travaillés avec du cuir.

Des pantalons stricts sont agrémentés de plusieurs poches à fermeture éclair. Aux pieds, des baskets, ou des chaussures ornées à la fois de boucles classiques et de zips pour un côté plus punk.

Outre l'orange, Kris Van Assche a injecté du rouge, du jaune et du bleu dans sa collection, s'inspirant du travail de l'artiste américaine Kristin McKirdy, spécialiste de la céramique.

Dans le cadre d'une collaboration, l'artiste a réalisé une série de grigris, portés à la main ou autour du cou par les mannequins du défilé, dont les touches de couleur faisaient écho à celles de la collection.

Un explorateur paré de broderies et de... (Photo PATRICK KOVARIK, AFP) - image 3.0

Agrandir

Photo PATRICK KOVARIK, AFP

Poésie et lignes graphiques pour Hermès

Chez Hermès, le raffinement extrême est comme toujours de mise: les silhouettes sont fluides, mais marquées, les matières précieuses et les détails recherchés. Ceinture étroite, mais vitaminée, cravate en twill de soie, petit carré format gavroche noué autour du cou, sans oublier à la main un cabas en veau argile.

Sur des pantalons droits aux couleurs neutres, l'homme dessiné par la directrice artistique Véronique Nichanian décline un blouson en serpent d'eau vert menthe, une veste deux boutons en coton fleuri, ou un imperméable couleur craie.

«Je voulais mélanger la poésie aux lignes graphiques et à l'esprit sportif, et aussi introduire des couleurs plus affirmées pour donner de l'énergie», a résumé Véronique Nichanian à l'AFP.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer