L'art de porter le couvre-chef

Chapeau Tribly en feutre de lapin, 325$.... (Photo fournie par Larose Paris)

Agrandir

Chapeau Tribly en feutre de lapin, 325$.

Photo fournie par Larose Paris

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Élément de style incontournable chez les hommes, la casquette gagne ses lettres de noblesse avec Larose Paris, griffe fondée il y a deux ans par le Montréalais Isaac Larose et le Parisien Marc Beaugé. Leurs casquettes haut de gamme séduisent les faiseurs de tendances les plus pointus de la planète, de Paris à Tokyo en passant bien évidemment par New York. Mais Larose Paris compte maintenant aussi des chapeaux.

On parle de l'art de porter le couvre-chef avec Isaac Larose, un jeune homme au style unique (un peu punk, un peu bohème), et qui porte le modèle fedora issu de sa collection quand nous le rencontrons.

Pourquoi le couvre-chef?

Amoureux des casquettes depuis l'adolescence, Isaac Larose a d'abord adopté un style plus habituel de casquette (street) avant d'évoluer vers des casquettes haut de gamme, moins conventionnelles.

«Ça fait partie de mon identité: j'ai toujours porté un accessoire sur la tête, tout le temps. C'est un élément stylistique assez fort, qui peut facilement exprimer ta personnalité», explique le jeune homme, qui a rencontré Marc Beaugé lors d'un séjour étudiant à Sciences Po Paris.

«Mes influences sont larges, mais Larose Paris, c'est une élégance décontractée, un côté preppy et cool.»

Isaac Larose
cofondateur de Larose Paris

Avec son partenaire d'affaires, ils produisent des casquettes entièrement faites en France, et qui expriment joyeusement le background streetwear d'Isaac Larose et le côté plus preppy de Marc Beaugé.

«Le produit qu'on a créé est vraiment quelque chose que l'on a envie de porter», dit Isaac Larose.

Quand le port de la casquette est-il approprié?

«Je crois que les casquettes en général sont appropriées dans la vie de tous les jours. Mais pour nous, l'idée, c'est une casquette habillée. Il y avait un manque, parce que la casquette est souvent plus street», dit Isaac Larose.

Contrairement aux sneakers, qui se sont invités dans la mode haut de gamme et sont acceptés aujourd'hui dans tous les styles, la casquette reste encore cantonnée au monde du sport ou de la rue. Mais l'interprétation de Larose Paris amène la casquette ailleurs: à cinq pans, faite avec des tissus empruntés au prêt-à-porter, avec une visière plus courte.

Comment remettre le chapeau au goût du jour?

Quant au chapeau, classique des classiques chez les hommes, il prend chez Larose Paris un coup de jeune.

«Le chapeau est réellement un classique du bon goût, mais tellement mal approprié pendant longtemps que cela a éloigné beaucoup d'hommes», croit Isaac Larose. Mais hors des clichés (Charlie Chaplin, Indiana Jones, etc.), le chapeau est un élément fort avec lequel on peut jouer.

Porté par des phénomènes de la pop et de la mode comme Pharrell Williams, le chapeau vit un petit retour en grâce en ce moment.

«Le chapeau peut sortir de son contexte, peu importe lequel», estime Isaac Larose. On peut le porter en s'amusant et en détournant les codes vestimentaires. «Tu peux toujours prendre la mode en riant, ou sinon, suivre les codes.» Une seule règle: s'assumer.

Visitez le site Larose Paris: www.laroseparis.com/

Au Canada, on trouve des casquettes et chapeaux Larose Paris chez Ssense ou Simons.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer