• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Rihanna sacrée par les «Oscars de la mode» américaine à New York 

Rihanna sacrée par les «Oscars de la mode» américaine à New York

Quasiment nue sous une robe de mailles fines aux milliers de cristaux, la... (Photo Charles Sykes/Invision/AP)

Agrandir

Photo Charles Sykes/Invision/AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Agence France-Presse
NEW YORK

Quasiment nue sous une robe de mailles fines aux milliers de cristaux, la chanteuse Rihanna a été sacré lundi soir par l'élite de la mode new-yorkaise icône «fashion» de l'année, en célébration de son goût pointu, mais aussi, et surtout, de son audace.

Dès son arrivée sur le tapis rouge des CFDA Awards, au Lincoln Center, temple officiel de la mode à New York, la pop star n'a pas déçu et a fait sensation, acclamée comme une petite reine par la foule et des photographes très inspirés par sa tenue provocante.

L'éclat de 200 000 cristaux Swarovski incrustés dans son léger fourreau signé Adam Selman, un créateur fidèle à la garde-robe de l'artiste, dissimulait avec peine un sein, une fesse, offerts presque sans détour à la vue de ses admirateurs.

La très influente rédactrice en chef du magazine Vogue, Anna Wintour, a remis elle-même sa récompense à l'artiste de 26 ans, originaire de l'île de La Barbade, aussi populaire dans ses chansons, au succès planétaire, que dans ses choix vestimentaires.

Diane von Furstenberg, la présidente du Council of Fashion Designers of America, le CFDA, l'a aussi avoué à l'AFP, sur le tapis rouge: «elle est très ''hot''!».

Autre lauréat de la soirée, le petit génie des podiums d'origine française et sino-américaine, Joseph Altuzarra, a confirmé son statut d'étoile montante de la mode new-yorkaise et décroché le Prix de créateur pour femme de l'année.

Chez les hommes, l'équipe formée par Dao-Yi Chow et Maxwell Osborne, à la barre de Public School, une griffe urbaine et tendance, démarrée dans le «streetwear», a raflé la récompense des créateurs pour homme, tandis que les pionnières du boho-chic, les soeurs Ashley et Mary-Kate Olsen, sont elles reparties cette année avec le Prix de la création d'accessoires.

À noter aussi, Bethann Ardison, militante infatigable pour la visibilité des minorités sur les podiums a reçu un prix d'honneur, tout comme l'Américain Tom Ford pour l'ensemble de sa carrière et le Belge Raf Simons, de Dior, reparti lauréat du Prix international.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer