• Accueil > 
  • Vivre > 
  • Mode 
  • > Marre des robes de princesse à Cannes? Admirez les hommes en smoking 

Marre des robes de princesse à Cannes? Admirez les hommes en smoking

Des vendeurs de noeuds papillon dans la rue,... (Photo YVES HERMAN, REUTERS)

Agrandir

Des vendeurs de noeuds papillon dans la rue, des smokings à louer, d'autres mis en avant dans les magasins de prêt-à-porter plus coutumiers des looks cool: pendant le festival, l'ambiance est au chic masculin.

Photo YVES HERMAN, REUTERS

Caroline TAIX
Agence France-Presse
PARIS

Il n'y a pas que les robes longues sur le tapis rouge du festival de Cannes: les hommes rivalisent également d'élégance, en smoking, choisi chez les plus grands couturiers, pour lesquels la montée des marches représentent une vitrine de premier choix.

Des vendeurs de noeuds papillon dans la rue, des smokings à louer, d'autres mis en avant dans les magasins de prêt-à-porter plus coutumiers des looks cool: pendant le festival, l'ambiance est au chic masculin.

Les célébrités préfèreront certainement s'arrêter chez Smalto, dont la boutique est installée au pied du palais des festivals, avec l'une des meilleures vues sur les marches. C'est d'ailleurs cette célèbre maison parisienne qui a habillé Abdellatif Kechiche, palme d'or 2013.

«Cannes a toujours été un rendez-vous important pour nous. Le festival permet d'habiller les hommes de manière plus sophistiquée», explique Youn Chong Bak, directrice artistique de Smalto. «Et les hommes font plus attention à eux-mêmes que par le passé: ils veulent être très élégants et deviennent des personnes phares sur tapis rouge», dit la créatrice.

Après un très bon cru 2013, Smalto devrait à nouveau habiller plusieurs personnalités. Des essayages ont été organisés à Paris, dès qu'ont été annoncés les films en compétition au festival. Et une série de smokings a été envoyée à la boutique de Cannes pour pouvoir habiller les personnalités sur place, en prêt-à-porter, faute d'avoir pris les mesures en amont.

Mais comment se différencier en smoking, et ne pas tomber dans l'uniforme?

«C'est très codifié», reconnait Youn Chong Bak. Et «les critiques peuvent être dures envers les acteurs» aux tenues audacieuses. D'ailleurs, «98% d'entre eux choisissent le noir».

La créatrice parle également de la «variante bleu marine». L'acteur Ryan Gosling avait tenté la veste bordeaux en 2011. Certains optent pour le look 100% blanc, de la veste au noeud papillon. La cravate est parfois préférée.

Veste en peau de mouton

Il y a le col pointe, le col châle, avec lequel «on peut beaucoup jouer sur l'arrondi du bas», selon Youn Chong Bak. «On a lancé une veste sans col, inspirée du kimono», explique-t-elle.

Pour Kris Van Assche, directeur artistique de Dior Homme, «contrairement aux idées reçues, le smoking n'est pas une contrainte». «On peut jouer avec les codes. Il est tout le contraire d'un uniforme».

Steven Spielberg, Guillaume Canet, Orlando Bloom, Alain Delon (entre autres) ont choisi de s'habiller en Dior pour monter les marches en 2013. «Nos propositions sont multiples», vante le créateur.

Dans sa collection pour cet été, il a d'ailleurs «réinterprété le smoking dans une version plus mode, en jouant du formel et de l'informel». Smoking certes, mais avec veste un bouton et bermuda gansé de satin. Celui qui osera montrer ses mollets est sûr de ne pas passer inaperçu.

Le dress code est rarement snobé à Cannes. On se souvient d'ailleurs encore de Picasso qui avait foulé le tapis rouge en 1953 en costume ordinaire, veste en peau de mouton sur les épaules.

Aujourd'hui, la tendance est plutôt au contrat passé entre certaines marques et des acteurs célèbres. Ils sont payés pour s'habiller exclusivement, pendant tout le festival, chez un créateur.

«C'est une grosse contrainte pour nous, car nous ne pratiquons pas ces contrats», confie Julie Allanet, directrice marketing de Smalto. Mais même sans ça, elle met en avant l'impact du tapis rouge cannois. «Cela entraîne des fortes retombées presse, en France et dans le monde».

«Ça enclenche des ventes partout dans le monde», renchérit Youn Chong Bak. «Les gens sont plus sensibles à ce genre de publicité, qu'avec un simple mannequin, estime-t-elle. «Ça montre qu'on habille tous les hommes. Grands ou petits: vous serez beaux», renchérit Julien Allanet.

S'il est plus facile de s'identifier à un réalisateur bien en chair qu'à un mannequin de 20 ans, il faudra mettre le prix pour un smoking Smalto: environ 3500 euros en prêt-à-porter.




Les plus populaires : Vivre

Tous les plus populaires de la section Vivre
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer